PUBLICIDAD

Iberdrola

Les obligations indexées sur le développement durable : une solution de financement pour les marchés émergents ?

Au début de l'année, le Chili a lancé la première obligation souveraine au monde liée à la durabilité.
atalayar-woman-walking-bank-stock-exchange

PHOTO/ARCHIVE  -  

Les marchés émergents s'appuient sur les mesures environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) pour lever des fonds et financer leur transition énergétique. Le Chili est récemment devenu le premier pays à émettre des obligations spécifiquement liées à des objectifs de durabilité.

Début mars, le Chili, frappé par une sécheresse qui dure depuis dix ans, a vendu pour 2 milliards de dollars d'obligations liées à la durabilité (SLB) libellées en dollars américains, devenant ainsi le premier pays souverain à le faire.

Contrairement à d'autres types d'obligations vertes qui lèvent des fonds pour financer des projets respectueux de l'environnement, tels que des projets d'énergie solaire ou éolienne, les SLB encouragent les solutions positives pour le climat en intégrant une série d'objectifs environnementaux, ainsi qu'une série de pénalités pour les émetteurs s'ils n'atteignent pas ces objectifs.

atalayar-banco-desarrollo-latinoamerica
PHOTO/ARCHIVE  -  Logo de la Banque de développement de l'Amérique latine (CAF)

Dans le cas du Chili, l'obligation stipule que le pays ne peut émettre plus de 95 tonnes de dioxyde de carbone et équivalent d'ici 2030, et que 60 % de sa production d'électricité doit provenir de sources renouvelables d'ici 2032.

Alors que les obligations souveraines ont été lentes à entrer sur le marché, le segment des obligations souveraines est l'un des domaines de la finance ESG qui connaît la croissance la plus rapide.

Depuis que le géant italien de l'énergie Enel a introduit pour la première fois la structure liée à la performance fin 2019, le portefeuille d'émissions de SLB a augmenté de façon spectaculaire, passant de 11 milliards de dollars en 2020 à un record de 110 milliards de dollars l'année dernière, selon les données de Bloomberg. L'agence internationale de notation du crédit Moody's prévoit que ce chiffre atteindra 200 milliards de dollars d'ici 2022.

atalayar-bonos-verdes-transicion-energetica
PHOTO/ARCHIVE
Les solutions innovantes en matière de dette gagnent du terrain

L'émission de SLB par le Chili n'est qu'un exemple de la manière dont les marchés émergents expérimentent des outils financiers innovants et orientés vers l'environnement.

Comme OBG l'a rapporté, en septembre de l'année dernière, le gouvernement du Belize a lancé un échange de dette contre nature pour restructurer son unique obligation souveraine.

Dans le cadre de cet accord, le Belize a racheté sa dette avec une forte décote (0,55 cents par dollar) en échange d'efforts accrus pour protéger son environnement marin.

Étant donné que la préservation des écosystèmes marins est essentielle pour l'environnement et l'économie du Belize, l'accord démontre la possibilité de combiner des objectifs financiers, économiques et environnementaux.

Le pays abrite la deuxième plus grande barrière de corail du monde et son Blue Hole, d'une profondeur de 125 mètres, est considéré comme l'un des meilleurs sites de plongée du monde. Le tourisme représente environ 40 % de son PIB et de sa population active, tandis que l'industrie de la pêche emploie 10 % de plus.

atalayar-banco-morgan-stanley-logo
RUTERS/LUCAS JACKSON  -   Logo de Morgan Stanley sur son bâtiment à New York (USA)

Bien qu'il ne s'agisse pas du premier échange dette-nature (la Bolivie a conclu le premier accord de ce type en 1987), ce développement est un exemple des moyens de plus en plus diversifiés par lesquels les marchés émergents cherchent à lever des fonds, en particulier compte tenu de l'attention internationale croissante accordée aux normes ESG.

Les obligations bleues constituent une autre forme de financement respectueux de l'environnement. D'une fonction similaire à celle des obligations vertes, les obligations bleues sont des titres de créance émis pour soutenir l'investissement dans des initiatives respectueuses de la mer et dans ce qu'on appelle l'économie bleue.

La première obligation bleue souveraine au monde a été lancée en 2018, lorsque les Seychelles ont levé 15 millions de dollars auprès d'investisseurs internationaux pour aider à financer l'expansion des zones marines et améliorer la gouvernance de son secteur de la pêche.

Depuis lors, plusieurs institutions, dont la Nordic Investment Bank et Morgan Stanley, ont lancé des obligations bleues. En septembre dernier, la Banque asiatique de développement a émis sa première obligation bleue, un instrument de 151 millions de dollars sur 15 ans qui financera des projets liés aux océans en Asie et dans le Pacifique.

atalayar-banco-desarrollo-asia-logo
PHOTO/ARCHIVE  -  Logo de la Banque asiatique de développement
Le financement durable atteint de nouveaux sommets

L'expansion des offres de financement durable reflète la croissance du marché plus large du financement ESG.

Selon la Climate Bonds Initiative (CBI), la dette durable totale a atteint le chiffre record de 1 200 milliards de dollars l'année dernière.

Cette évolution est principalement due au marché des obligations vertes, qui a atteint un niveau record de 517,4 milliards de dollars, doublant presque le total de 270 milliards de dollars pour 2020. La CBI prévoit que ce chiffre pourrait atteindre 1 000 milliards de dollars cette année.

Les obligations sociales, de durabilité et de transition ont également enregistré une croissance significative tout au long de l'année 2021.

Si l'Europe, l'Amérique du Nord et la Chine sont en tête sur ce front, plusieurs marchés émergents apportent une contribution considérable.

Le Chili, qui vient de vendre des SLB, s'est révélé être un leader régional. Le gouvernement est le plus grand émetteur d'obligations ESG en Amérique latine, avec une valeur combinée de 33 milliards, et est le seul pays au monde à avoir émis des obligations vertes, des obligations sociales et des SLB, selon l'IBC.

atalayar-banco-islamico-marruecos
PHOTO/ARCHIVE  -  Siège de la Banque centrale du Maroc à Rabat

Par ailleurs, en avril, le promoteur saoudien de projets touristiques, The Red Sea Development Company, a obtenu de quatre banques saoudiennes une obligation verte de 14,1 milliards de SR (3,8 milliards de dollars), dont les fonds seront consacrés à la construction de 16 hôtels alimentés par des énergies renouvelables dans le pays.

Dans le même temps, signe du potentiel vert de la finance islamique, l'Indonésie a levé en juin un sukuk (obligation islamique) souverain de 3 milliards de dollars qui contribuera à financer des projets de développement durable dans le pays.

Alors que les pays continuent à se remettre de la pandémie de COVID-19 et à rechercher un avenir neutre en carbone, les instruments de dette innovants axés sur la durabilité peuvent s'avérer des solutions attrayantes pour les gouvernements de nombreux marchés émergents, tant d'un point de vue financier que politique.