PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Espagne et l'Amérique latine favorisent de nouvelles alliances en matière de durabilité, de numérisation et d'inclusion

Au cours de la conférence sur les relations entre la CAF Europe et l'Amerique latine, des représentants des secteurs public et privé des deux côtés de l'Atlantique ont souligné le potentiel de revitalisation des relations entre l'Espagne et l'Amérique lat
conferencia-caf

 -  

La CAF -banque de développement d'Amérique latine-, le ministère espagnol de l'Économie et de la Transformation numérique et la Confédération espagnole des organisations patronales (CEOE) ont réuni un groupe de spécialistes et de dirigeants des secteurs public et privé à la Casa América de Madrid pour explorer de nouveaux moyens de renforcer les relations entre l'Espagne et l'Amérique latine, notamment en termes de durabilité, de numérisation, d'inclusion sociale et de promotion de la langue espagnole.

Au cours de la conférence, qui coïncide avec le 20e anniversaire de l'adhésion de l'Espagne à la CAF, les effets à long terme de la pandémie, la guerre en Ukraine, le leadership de l'Amérique latine dans la lutte contre le changement climatique et la nécessité de travailler ensemble pour relancer les économies et trouver des solutions aux grands défis mondiaux des prochaines décennies ont également été analysés.

Après l'accueil d'Enrique Ojeda, directeur général de Casa América, Sergio Díaz-Granados, président exécutif de la CAF, a rappelé comment la vie de millions de personnes a été améliorée grâce aux investissements réalisés par l'institution, et l'approbation d'une augmentation de capital de 7 milliards de dollars, qui doublera la taille de la banque jusqu'en 2030.

conferencia-caf

M. Díaz-Granados a proposé de renforcer les relations entre les pays européens et l'Amérique latine et a exprimé ses espoirs quant à la future présidence espagnole de l'UE au second semestre 2023 et à la possibilité d'organiser un nouveau sommet des ministres des finances européens et latino-américains. Il a également évoqué l'importance de la transformation numérique, de la transformation écologique et de la langue espagnole, thèmes abordés dans les différents panels. En ce qui concerne le changement climatique, il a déclaré que "toute solution à la crise climatique doit venir d'Amérique latine".

Pour sa part, Gonzalo García Andrés, secrétaire d'État à l'économie et au soutien aux entreprises, a défendu la coopération public-privé et a indiqué que, bien que nous connaissions actuellement un niveau élevé d'incertitude dans le domaine économique, comme les problèmes d'offre, l'augmentation des prix de l'énergie et des aliments, la hausse des taux d'intérêt et l'augmentation de l'inflation, " nous devons être confiants, car nous avons les institutions et les outils pour surmonter ces problèmes et continuer à croître ".

La conférence a débuté par une discussion sur le contexte actuel des relations birégionales et la nécessité de renforcer les alliances afin de faire de la coopération et du travail commun la stratégie à suivre. Elle était animée par Pepa Bueno, directrice d'El País, et a vu la participation d'Andrés Allamand, secrétaire général ibéro-américain du SEGIB, de Julissa Reynoso, ambassadrice des États-Unis en Espagne, et de José Juan Ruiz, président de l'Institut royal Elcano.

La conférence comportait deux panels et un dialogue de clôture avec la participation d'Enrique García, ancien président exécutif de la CAF, et d'Enrique Iglesias, ancien président de la Banque interaméricaine de développement (BID). Le premier panel a discuté de la pertinence de l'Amérique latine et des Caraïbes en matière d'environnement et de la nécessité pour la région d'atteindre les objectifs fixés pour 2030. Elle était animée par le journaliste Michael Reid, de The Economist, avec la participation d'Adriana Mira, vice-ministre des affaires étrangères du Salvador ; Gabriela Ramos, directrice générale des sciences sociales et humaines à l'UNESCO ; Ángeles Santamaría, PDG d'Iberdrola Espagne ; Adriana Mejía, ambassadrice et représentante permanente de la Colombie auprès de l'OCDE ; et Alicia Montalvo, responsable de l'action climatique et de la biodiversité positive à la CAF.

conferencia-caf

Le deuxième panel, sur la valeur de l'espagnol et le positionnement de l'Amérique latine, était animé par Michael Stott, rédacteur en chef pour l'Amérique latine du Finalcial Times, et comprenait Juan Fernández Trigo, secrétaire d'État espagnol pour l'Amérique latine et les Caraïbes et l'espagnol dans le monde ; Dan Restrepo, ancien directeur des affaires de l'hémisphère occidental du Conseil national de sécurité des États-Unis ; Cristina Gallach, commissaire spéciale de l'Alliance pour la nouvelle économie linguistique ; Concepción Andreu, présidente de la communauté autonome de La Rioja ; et Richard Benjamins, Chief AI & Data Strategist chez Telefónica.

L'événement a été clôturé par Antonio Garamendi, président de la Confédération espagnole des organisations d'entreprises (CEOE), qui a souligné que " les transitions numérique et écologique deviennent des vecteurs clés sur lesquels les investissements doivent pivoter ", et par Christian Asinelli, vice-président de la programmation stratégique de la CAF, qui a déclaré : " Nous avons devant nous un travail à accomplir pour donner plus de pertinence à la région, pour être les architectes du soin de notre maison commune, mais pour le faire avec un visage humain ".