PUBLICIDAD

Iberdrola

"L'Europe a besoin de l'immigration"

Le Mouvement Européen organise la deuxième journée de "Les défis auxquels l'Union européenne est confrontée dans la gestion des migrations et de l'asile"
atalayar_refugiados turquia

AFP/BULENT KILIC  -   Des réfugiés attendent à la frontière entre la Turquie et la Grèce, près du poste frontière de Pazarkule à Edirne, en Turquie.

Le Mouvement Européen, en collaboration avec l'Université Nationale d'Education à Distance (UNED), a organisé la deuxième partie du séminaire "Les défis de l'Union Européenne dans la gestion des migrations et de l'asile". Cette deuxième journée a vu la participation de María Cruz Arcos Vargas, présidente du Conseil andalou du Mouvement européen ; Irene Blázquez Rodríguez, professeur de droit international public ; Pedro Ríos Calvo, ex-commissaire de la police nationale d'Algésiras ; et Vicente de Mingo Benítez, délégué provincial du Mouvement pour la paix à Cadix. 

Arcos Vargas a été chargé de commencer la session en abordant directement la politique migratoire de l'Union européenne. Par rapport à d'autres politiques de l'UE, comme la politique agricole, la politique migratoire européenne n'existe pas, comme l'a d'abord souligné le président du Conseil andalou du Mouvement européen. C'est parce que "les textes présentés dans ce domaine manquent de base juridique", a-t-elle expliqué. 

Cependant, Bruxelles tente depuis de nombreuses années d'établir un cadre commun à tous les États en ce qui concerne la question de la migration. L'UE a commencé à s'intéresser aux défis et aux problèmes de la migration en 1999. Cette année-là, une réunion du Conseil européen s'est tenue dans la ville finlandaise de Tampere pour aborder la question, mais ce n'est qu'en 2008 que le premier pacte européen sur les migrations a été créé. Cet accord présentait les grandes lignes de la question, mais il n'y avait pas de base juridique.

movimiento europeo
Photo d'archive - Deuxième journée du séminaire "Les défis de l'Union européenne en matière de gestion des migrations et de l'asile".

La question des migrations dans l'UE est actuellement régie par le nouveau pacte sur les migrations et l'asile de septembre 2020. Ce nouvel accord est né en raison des nouvelles circonstances et des défis auxquels Bruxelles a dû faire face après la crise en Syrie et l'exode des réfugiés causé par la guerre. "Les réfugiés n'ont pas créé une crise, cette crise est apparue parce que l'Union européenne ne dispose pas de mécanismes pour pouvoir réagir à ces vagues de migrants demandant l'asile", a souligné Arcos Vargas. "Il n'y a pas d'instruments pour réagir et chaque État membre pense de manière différente", a-t-il ajouté. 

Les quotas de répartition des réfugiés ont créé une méfiance et une désunion entre les pays européens. Le groupe de Visegrad, composé de la République tchèque, de la Pologne, de la Slovaquie et de la Hongrie, a été le plus virulent dans son opposition aux quotas fixés par Bruxelles. D'autres États ont également connu une montée de l'euroscepticisme. La contestation des réfugiés a également mis en évidence l'inefficacité des dispositifs antérieurs, tels que la Convention de Dublin, qui a conduit à un excédent de demandeurs d'asile dans la région du sud de l'Europe. Ceci, ajouté au fait que de nombreux pays ne respectent pas les quotas, "conduit à la création de nombreux mouvements xénophobes dans les premiers pays où les réfugiés posent le pied", comme l'a souligné Arcos Vargas.

atalayar_migracion union europea
Photo d'archive - Deuxième journée du séminaire "Les défis de l'Union européenne en matière de gestion des migrations et de l'asile".

Le président du Conseil andalou du Mouvement européen a fait référence aux récents événements en Afghanistan pour insister sur la nécessité de créer un nouveau pacte. De nombreux demandeurs d'asile afghans se rendent en Europe, fuyant le régime des talibans. Avons-nous des instruments pour faire face, avons-nous des mécanismes pour répondre à la situation en Afghanistan ?", a demandé M. Arcos Vargas. Il a également rappelé que le pacte actuel "n'est pas un traité international, donc, même si la Commission le présente, il ne crée pas d'obligations entre les États". "Ce n'est rien d'autre que les idées de la Commission sur la manière de traiter ces questions. Nous avons besoin d'un développement normatif", a-t-il réaffirmé.

En plus de disposer d'une base juridique, il est essentiel que le nouveau pacte adopte des mesures qui respectent la dignité humaine. "La seule voie possible est d'ouvrir les portes de manière ordonnée", a déclaré Arcos Vargas. "L'Europe a besoin de l'immigration. Si nous voulons maintenir le modèle de vie européen, nous avons besoin d'immigrants", a-t-il ajouté. 

Irene Blázquez Rodríguez, professeur de droit international public à l'Université de Cordoba, a ensuite parlé des conditions d'entrée et de séjour des ressortissants de pays tiers. Comme Arcos Vargas, elle a donné un bref aperçu de ce que Bruxelles a développé dans ce domaine. En 2001, les conditions d'entrée et de séjour des migrants liés au travail ont été proposées, mais cette initiative n'a jamais vu le jour en raison de l'impossibilité d'adopter une disposition générale. En 2005, un changement de stratégie a été proposé avec une nouvelle feuille de route qui vise à harmoniser les différentes catégories de migrants. Cependant, "cette harmonisation est graduelle, lente et complexe", comme le décrit Blázquez Rodríguez. Cela est dû au fait que les volumes d'admission relèvent strictement de la souveraineté des États.

atalayar_migracion union europea
Photo d'archive - Deuxième journée du séminaire "Les défis de l'Union européenne en matière de gestion des migrations et de l'asile".

C'est pourquoi Bruxelles doit élaborer une nouvelle feuille de route qui réponde à un certain nombre de défis. Premièrement, il faut dépasser l'approche actuelle, car elle est "limitée et à court terme". "Nous devons être conscients que l'immigration n'est pas de nature cyclique. La migration est structurelle par nature, les migrants continueront à venir. Elle doit être une feuille de route pour l'avenir", réaffirme M. Blázquez Rodríguez. "Le chemin à parcourir est aussi nécessaire que difficile", souligne-t-il.

"L'Espagne est un modèle de gestion efficace des contrôles aux frontières"

Pedro Ríos Calvo a une grande expérience des questions de migration, puisqu'il a été commissaire de la police nationale à Algeciras. Il a également travaillé comme représentant du ministère de l'intérieur dans les conférences diplomatiques des Nations unies et de l'Union européenne. "Algésiras n'est pas la frontière de l'Espagne, c'est la frontière de l'Europe. Les opérations qui y sont menées ont des répercussions dans toute l'Union européenne", a-t-il déclaré. 

Ríos Calvo a énuméré les mesures de coopération que l'Espagne entretient avec le Maroc, un allié clé en matière de migration. D'autres partenariats avec des pays d'origine et de transit tels que la Mauritanie, le Sénégal et le Niger fonctionnent également bien. Des accords ont également été signés récemment avec le Cap-Vert, le Mali, la Guinée et la Guinée-Bissau. En revanche, l'ancien commissaire a souligné combien il est difficile de collaborer avec l'Algérie sur cette question.

atalayar_migracion union europea
Photo d'archive - Deuxième journée du séminaire "Les défis de l'Union européenne en matière de gestion des migrations et de l'asile".

Notre pays, selon les mots de Ríos Calvo, "est un modèle de gestion efficace des contrôles frontaliers". Algeciras est le premier poste d'Europe à disposer de frontières intelligentes, un système qui détecte les faux documents. Il dispose également d'un détecteur de battements de cœur pour savoir si des personnes sont cachées dans des camions ou des valises. En cas de découverte d'une personne dans ces conditions ou dans des conditions similaires, "la première chose est l'attention humanitaire", a souligné l'ancien commissaire. 

Ríos Calvo a également abordé la question des menas, les mineurs étrangers non accompagnés. "Menas ne peut pas être expulsé car la Ley de Extranjería ne le permet pas. Ils ne peuvent être que rapatriés, ce qui est pratiquement impossible", a-t-il expliqué. Il a également profité de son discours pour souligner la nécessité de créer des unités de police conjointes dans le Sahel. "Le Sahel est la ligne de front de l'avancée du terrorisme islamiste, qui représente un grave danger pour la sécurité européenne", a-t-il averti. 

Vicente de Mingo Benítez, délégué provincial du Movimiento por la Paz à Cadix, a clôturé la table ronde. Movimiento por la Paz est une ONG qui, en Espagne, est chargée, entre autres, de protéger et d'aider les immigrants. "Parler de l'européanisme et de l'avenir de l'Europe sans mettre la question de la migration sur la table est la plus grande erreur que l'on puisse faire", a déclaré M. de Mingo Benítez. Le responsable de l'ONG de Cadix a présenté divers projets visant à l'intégration et à la défense des immigrants arrivant en Espagne.

atalayar_migracion union europea
Photo d'archive - Deuxième journée du séminaire "Les défis de l'Union européenne en matière de gestion des migrations et de l'asile".

Enfin, il a posé une question à l'auditoire : "Que ferait l'un d'entre vous si, au lieu de naître ici, il était né dans l'un des pays d'où proviennent ces enfants ?"

"Les zones frontalières doivent garantir les droits de l'homme".

Alejandro del Valle Gálvez, professeur de droit international public et de relations internationales à l'université de Cadix, a établi un lien entre les valeurs européennes et la question de la migration. Parmi ces valeurs, il a souligné la tolérance, la solidarité et l'égalité entre les hommes et les femmes. Même si, comme il l'a souligné, certains États membres ne les ont pas toujours respectés. 

Del Valle Gálvez nous a exhortés à maintenir ces vertus sur notre territoire, mais aussi à les étendre à l'étranger et aux zones frontalières, lieux où, selon le professeur, les droits de l'homme sont plus fragiles. "Les zones frontalières doivent garantir les droits de l'homme", a-t-il déclaré. Dans ce contexte, il a également fait référence aux pays avec lesquels Bruxelles a conclu des accords en matière de migration, tels que le Maroc, la Libye et la Turquie.

atalayar_migracion union europea
AP PHOTO/JAVIER FERGO - Des migrants sont assis dans un canot pneumatique après que Proactiva Open Arms, une ONG espagnole, les a repérés et secourus dans la mer d'Alboran, à environ 64 kilomètres des côtes espagnoles, jeudi 11 octobre 2018.

En ce qui concerne la Turquie, il a fait allusion à l'accord migratoire de 2016, en vertu duquel Ankara était chargé de retenir les flux migratoires grâce à des fonds européens. Toutefois, outre le soutien financier, il est également nécessaire de garantir les droits de l'homme. Del Valle Gálvez rappelle les accusations portées contre la Turquie qui utilise des citoyens syriens pour repeupler les zones kurdes, c'est-à-dire qu'elle utilise les réfugiés à des fins politiques. "Le soutien des États tiers devrait être fondé sur une gestion efficace et un contrôle démocratique", a-t-il souligné.