PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Institut Cervantes célèbre sa semaine Cervantes au Mexique

Luis García Montero est au Mexique jusqu'au 24 avril, où il recevra le legs de Carmen Castellote, la dernière poétesse vivante de l'exil républicain
Le directeur de l'Institut Cervantes, Luis García Montero

PHOTO/INSTITUTO CERVANTES  -   Le directeur de l'Institut Cervantes, Luis García Montero

La Semaine Cervantes se déplace cette année au Mexique, où Luis García Montero s'est rendu jusqu'au 24 avril pour recevoir le legs de la dernière poétesse vivante de l'exil républicain, Carmen Castellote, et pour participer à diverses activités culturelles organisées par l'Université nationale autonome de Mexico (UNAM) à l'occasion de la Journée internationale du livre. García Montero tiendra également plusieurs réunions avec des représentants du gouvernement mexicain.

Le programme du directeur de Cervantes débutera le vendredi 22 avril, lorsque García Montero rencontrera la sous-secrétaire au développement culturel du ministère mexicain de la Culture, l'éditrice et gestionnaire culturelle Marina Nuñez Bespalova, ainsi que le directeur général de la promotion culturelle et des festivals dudit ministère, le conteur et diplomate Pablo Raphael de la Madrid.  

Après ces deux rencontres institutionnelles, le directeur du Cervantes donnera la conférence " Sauver la poésie, sauver le monde " dans le cadre des " Conférences de Chapultepec, vers Mondiacult 2022 ", une activité préalable à la célébration de ce forum international organisé avec l'UNESCO qui analyse la pertinence des industries culturelles et créatives au niveau mondial. C'est la deuxième fois que le Mexique accueille cette importante réunion, après celle qui s'est tenue en 1982.

"Fiesta del Libro y la Rosa" 

Organisé par l'UNAM pour promouvoir la lecture et le secteur de l'édition, García Montero participera également à la "Fiesta del Libro y la Rosa", qui se déroulera les vendredi 22 et samedi 23 avril. Le vendredi (18h), il participera à la lecture de poèmes et à la conversation "Invitación al regreso" (Invitation au retour) avec le poète et écrivain Benito Taibo ; et le samedi (16h), au "Homenaje a Almudena Grandes", toujours en compagnie de Taibo et avec la femme écrivain et professeure de l'Académie mexicaine, Rosa Beltrán.

PHOTO/ARCHIVO - Instituto Cervantes
PHOTO/ARCHIVE - L'Institut Cervantes
L'héritage de la poétesse Carmen Castellote : la dernière exilée républicaine

À l'occasion de la Journée internationale du livre, le samedi 23 avril, la poétesse d'origine espagnole Carmen Castellote, dernière survivante de l'exil républicain, remettra son héritage à García Montero dans sa maison de Mexico. Plus tard, à Madrid, il la déposera dans la Caja de las Letras de l'Institut Cervantes. 

Exilée à l'âge de cinq ans, Carmen Castellote était une " fille de la guerre ", un trait qui transparaît dans ses vers, qui parlent de froid, de guerre, de solitude et de faim, mais aussi de la chaleur de ceux qui l'ont accueillie. 

Inconnue et peu publiée en Espagne, l'année dernière est parue " Kilómetros de tiempo ", une compilation de l'œuvre poétique de Castellote : " Con suavidad de frío " (1976), " Vuelo de nieve a sol " (1979), " Diálogo con la esfinge " (1983), " Acta de renacimiento " (1985) et " Gavilla de horas " (2018).  En mars, l'Institut Cervantes a organisé une table ronde d'un mois qui a analysé son œuvre poétique et l'influence de sa biographie sur celle-ci.

Soumis par José Antonio Sierra, conseiller Hispanismo.