PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Iran produit plus d'uranium enrichi que ce que l'ONU a rapporté le mois dernier

Mohamed Eslami affirme posséder plus de 120 kilos d'uranium enrichi à 20 %
mohammad-eslami

AFP PHOTO / HO / PRESIDENCIA IRANÍ  -   Mohammad Eslami, chef de l'Organisation de l'énergie atomique d'Iran

Loin de rapprocher les positions sur le retour au Plan d'action global conjoint (JCPOA), que Donald Trump a dynamité en 2018, les obstacles continuent de rendre pratiquement impossible l'atteinte d'un point de rencontre. Alors qu'il semblait qu'après les réunions de Vienne, on pouvait entrevoir un rapprochement minimal, l'arrivée au pouvoir d'Ebrahim Raisi a anéanti les espoirs d'un retour au JCPOA. En effet, les négociations sur l'accord devaient reprendre en septembre dernier. Cependant, Téhéran continue de traîner les pieds et la dernière fois qu'il a évoqué les négociations, il les a repoussées à novembre.

Les négociations de juin se sont soldées par une productivité nulle. Les exigences des deux parties ont laissé l'accord tel qu'il était, c'est-à-dire sans aucune validité. L'Iran n'était pas autorisé à enrichir de l'uranium au-delà de 3,67 %, mais depuis sa sortie, il a enrichi jusqu'à 60 %. Le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) affirmait que les Iraniens disposaient d'un stock d'uranium enrichi à 20 % de 84 kilos (contre 62 trois mois plus tôt). Aujourd'hui, le responsable de l'énergie nucléaire iranienne, Mohamed Eslami, affirme que les Iraniens possèdent "plus de 120 kilos d'uranium enrichi à 20 %".

reactores-nucleares-iran
PHOTO/WANA (West Asia News Agency) - Une vue du réacteur nucléaire à eau d'Arak, en Iran, le 23 décembre 2019.

Eslami a déclaré dans une interview à la télévision d'État que selon l'accord de 2015 - après l'avoir sauté pendant trois ans, ils s'en servent comme excuse - les pays signataires étaient censés fournir les 20 % d'uranium nécessaires à leur réacteur de recherche. Le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique affirme qu'"il n'a pas été livré" et que "si nous ne l'avions pas produit nous-mêmes, cela serait devenu un de nos problèmes". D'autre part, l'AIEA a mis en garde dans son dernier rapport contre la possibilité de plus en plus envisageable d'une production iranienne d'armes nucléaires, qui nécessite de l'uranium enrichi à environ 90 %.

Malgré la volonté du Royaume-Uni, de la France, de l'Allemagne et même de la Chine et de la Russie de garantir l'accord après le retrait des États-Unis, l'Iran a systématiquement et délibérément contourné les restrictions imposées par le JCPOA auquel il fait maintenant appel pour augmenter son stock d'uranium de 20 %. Pendant ce temps, les grandes puissances restent les bras croisés, ce que le Premier ministre israélien Naftali Bennet a sévèrement critiqué : "Le monde attend maintenant la décision de Téhéran de revenir ou non sur l'accord nucléaire. Malheureusement, les Iraniens ont réalisé au cours des trois dernières années un saut quantique dans leur capacité à enrichir l'uranium".

presidente-ebrahim-raisi
PHOTO/ Majid Asgaripour/WANA (West Asia News Agency) via REUTERS - Ebrahim Raisi, président de l'Iran, lors d'une conférence de presse à Téhéran.

Bennet estime que "le programme nucléaire iranien a atteint le point le plus avancé" et que "le monde attend, les Iraniens tergiversent et les centrifugeuses tournent". Il met en garde contre le danger de donner une marge de manœuvre à un régime comme celui de Raisi et, d'un point de vue israélien, affirme que "la responsabilité d'Israël est de s'assurer, par des actions et non par des mots, que l'Iran ne disposera jamais d'une arme nucléaire". Une arme nucléaire entre les mains d'un régime extrémiste et violent comme le régime iranien changera le visage de la région", car il estime qu'il ne s'agit pas seulement d'un conflit stratégique mais d'une question de sécurité pour tous les pays voisins.

bennett-israel
PHOTO/ABIR SULTAN via AP - Le Premier ministre israélien Naftali Bennett participe à une réunion du cabinet au bureau du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, samedi 11 septembre 2021.

Malgré la complexité d'un problème de plus en plus préoccupant, l'AIEA se limite à critiquer l'opacité des actions de l'Iran. "La confiance de l'Agence dans sa capacité à maintenir une connaissance continue (des activités nucléaires de l'Iran) se détériore au fil du temps et s'est maintenant encore plus détériorée", disent-ils, ajoutant que "cette confiance continuera à se perdre si l'Iran ne rectifie pas immédiatement la situation". Il est peu probable que cela se produise, malgré les nombreuses déclarations iraniennes selon lesquelles elles sont déterminées à maintenir une relation de confiance avec l'AIEA.

La preuve en est qu'un mois seulement après la publication du rapport de l'AIEA, le responsable iranien de l'énergie atomique affirme disposer de stocks 50 % plus importants que ceux stipulés dans le document publié par le principal organisme international de surveillance nucléaire. Rien - et aucune intention - ne permet de penser que Téhéran est prêt à mettre un terme à l'enrichissement incontrôlé de l'uranium, mais plutôt que le fossé entre l'Iran et l'AIEA va continuer à se creuser.