PUBLICIDAD

Marruecos

L'Iran reporte les négociations nucléaires après une "progression significative" cette semaine

Les négociations devraient reprendre après Noël au plus tôt
ebrahim-raisi-presidente iran_0

PHOTO/ARCHIVO  -   Ebrahim Raisi, président de l'Iran

Il n'y a même pas un mois que l'Iran s'est assis à nouveau avec les pays du Conseil de sécurité des Nations unies - moins les États-Unis, avec lesquels il n'a pas négocié directement - à Vienne. L'objectif de parvenir à un nouvel accord nucléaire ne semble pas près d'être atteint, que ce soit il y a six mois, lors du premier cycle de négociations, ou aujourd'hui, avec un peu plus de deux semaines de négociations à nouveau reportées. Pour l'Iran, les derniers jours ont été très productifs et "beaucoup de progrès" ont été réalisés, tandis que l'Europe est d'un avis contraire et regrette de rester dans une situation bloquée.

Les parties ne peuvent se mettre d'accord. Pour Téhéran, les progrès ont été très importants. Ali Bagheri, le négociateur en chef de l'Iran, a déclaré il y a quelques jours que "les deux parties sont sur le point de se mettre d'accord sur les questions qui devraient figurer à l'ordre du jour", ajoutant qu'"il s'agit d'une évolution positive et importante car, au début, elles n'étaient même pas d'accord sur les questions à négocier". Ce point de vue contraste fortement avec celui exprimé par les diplomates européens qui disent "perdre un temps précieux à traiter de nouvelles positions iraniennes incompatibles avec (l'accord nucléaire)".

viena-acuerdo-nuclear
AFP/JOE KLAMA - Abbas Araghchi (C-R), adjoint politique du ministère iranien des Affaires étrangères, et la secrétaire générale du Service européen pour l'action extérieure (SEAE), Helga Schmid (C-I), assistent à une réunion de la Commission mixte du JCPOA sur le programme nucléaire iranien au bureau de la délégation de l'UE auprès des organisations internationales à Vienne.

L'annonce du report des pourparlers intervient à un moment où, tout comme les pourparlers se sont terminés avant l'été, ils n'ont pas permis de progresser de manière significative vers le retour du Plan d'Action Global Conjoint (JCPOA) ou la signature d'un nouvel accord similaire. Ce qui inquiète les pays occidentaux, c'est qu'il n'y a pas de date concrète pour un retour à la table des négociations. Selon certaines sources consultées par les médias d'Al-Sharq, la date pourrait être fixée au 27 décembre, tandis que d'autres affirment qu'il est très peu probable que les contacts reprennent à Vienne avant la fin de l'année.

Pour l'instant, il semble que les délégations vont rentrer dans leur pays, ce qui laisse penser que la reprise n'aura pas lieu dans quelques jours. Pendant ce temps, les deux parties devraient réfléchir, car les positions de l'Iran et des États-Unis n'ont pas changé d'un iota depuis le début des négociations indirectes le 29 novembre, du moins en public. De plus, Joe Biden, loin de se montrer disposé à retirer les sanctions que Téhéran réclame, a prévenu que la possibilité de les augmenter était très grande si la tendance des pourparlers de Vienne ne changeait pas.

reactores-nucleares-iran
PHOTO/WANA (West Asia News Agency) - Une vue du réacteur nucléaire à eau d'Arak, en Iran, le 23 décembre 2019.

La Chine est un pays avec lequel l'Iran est d'accord dans une certaine mesure. Le ministre iranien des Affaires Étrangères, Hossein Amir Abdollahian, a salué la position de Xi Jinping tout en critiquant celle de l'Occident. Toutefois, le ministre des affaires étrangères est convaincu que "les parties occidentales agiront sur la base de la logique et, comme l'Iran, participeront aux négociations de bonne foi et avec initiative". Ces propos n'ont pas été bien accueillis par l'Europe, qui affirme avoir "eu de nombreuses heures d'engagement et toutes les délégations ont fait pression sur l'Iran pour qu'il soit raisonnable", accusant les Iraniens de montrer deux visages différents à la table des négociations et devant les médias.

Ce qui est clair, c'est que si aucun des deux ne change, la négociation n'avancera pas. Et, malheureusement pour l'Occident, la situation par rapport à il y a quelques mois, ou même à la signature du JCPOA en 2015, est loin d'être la même. Le programme nucléaire iranien a fait des progrès considérables, obligeant les États-Unis à céder, ce qu'ils n'ont pas fait jusqu'à présent. Pour Téhéran, l'accord que Washington a unilatéralement abandonné en 2018 avec Donald Trump à sa tête représente "une ligne rouge" et "n'acceptera rien de moins", ce qui semble évident quand on sait que le JCPOA a fixé la limite de pureté de l'uranium à 3,67% et que les Iraniens stockent depuis des mois de l'uranium enrichi à 60%.

iran-instalaciones-nucleares
AFP - Carte de l'Iran montrant les principales installations nucléaires

Le changement de gouvernement en Iran au cours de l'été a mis fin à la présidence d'Hassan Rohani pour laisser la place à l'ultra-conservateur Ebrahim Raisi. On a toujours dit que les mauvaises choses connues valent mieux que les bonnes choses à connaître, et les événements récents semblent donner encore plus de valeur à ce dicton. Raisi ne semble pas faire preuve de beaucoup de souplesse et l'optimisme dont faisaient preuve Josep Borrell et Enrique Mora il y a quelques jours semble s'être estompé. Ce qui devrait être une pause d'environ deux semaines - nous verrons si elle est prolongée - devrait aider les deux parties à récapituler et à se rasseoir pour négocier avec une réelle volonté de compréhension qui n'a pas encore été vue en plusieurs mois de pourparlers.