PUBLICIDAD

Marruecos

L'Iran repousse à novembre la reprise de l'accord nucléaire

Le porte-parole du ministère perse des Affaires étrangères assure que Téhéran reprendra les négociations à Vienne dans un mois
Said Khatibzadeh

PHOTO/ARCHIVO  -   Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Said Khatibzadeh

L'Iran menace de retourner à la table des négociations à Vienne. Les déclarations des hauts responsables du régime perse vont dans ce sens depuis quelques semaines, mais sans que les faits ne viennent étayer ce changement de position. Pendant ce temps, la patience de Washington s'effrite après des mois de paralysie dans la réactivation du Plan d'action global conjoint (JCPOA), l'accord nucléaire qui limitait le programme nucléaire iranien jusqu'en 2018.

Interrogé lors d'une conférence de presse sur les déclarations du ministre des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, qui a promis un retour imminent aux négociations en marge de l'Assemblée de l'ONU, le porte-parole du ministère, Said Khatibzadeh, a annoncé que ce retour aurait lieu une fois que le bilan des six précédents cycles de pourparlers, antérieurs à l'investiture du président Ebrahim Raisi, en poste depuis le mois d'août, serait achevé. Et que ce processus ne dépasserait pas 90 jours.

Les signes indiquent une reprise des négociations en novembre. C'est ce qu'a déclaré Khatibzadeh lui-même, qui a également assuré la continuité de l'Iran dans les pourparlers. Le porte-parole a souligné le changement de l'équipe de négociation iranienne à Vienne, d'où la nécessité d'examiner ce qui a été convenu par l'équipe précédente, mais a assuré qu'elle ne perdrait pas "une heure" à adhérer aux termes de l'accord après sa réactivation.

Hossein Amirabollahiah
AP PHOTO/MISHA JAPARIDZE  -  Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabollahian

Avant de le faire, cependant, le porte-parole a exigé que les États-Unis fournissent une démonstration factuelle que "leur approche et leur action ont changé", comme le rapporte l'IRNA. Une condition qui, selon les mots du ministre des affaires étrangères, inclut la levée du blocus de quelque 10 milliards de dollars appartenant à l'Iran et gelés par Washington. M. Amirabdollahian a transmis cette demande aux intermédiaires de la délégation américaine à l'Assemblée générale des Nations unies.

Le même jour, le ministre a déclaré qu'il ne se rencontrerait pas "pour un café", mais que son pays était sérieux quant à la reprise de l'accord nucléaire. Une position jugée suspecte en raison de ses atermoiements persistants dans les négociations, qui sont au point mort depuis juin. Pour justifier ce dernier point, Amirabdollahian a expliqué qu'il n'avait pas encore fini de constituer son équipe de négociation, et qu'il était en train de finaliser les profils qui composeraient la nouvelle délégation iranienne à Vienne.

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a menacé Téhéran que la main tendue de Washington "n'est pas indéfinie". L'un des principaux axes de la politique étrangère de l'administration Biden est la réactivation de l'accord nucléaire avec l'Iran, signé en 2015 et dissous en 2018 après le retrait brutal de l'ancien président Trump. La Maison Blanche considère qu'il est prioritaire de réduire la capacité nucléaire de l'Iran, qui en est au stade le plus avancé de son histoire, et d'atténuer ainsi la menace régionale.

Acuerdo nuclear
AFP/JOE KLAMAR  -  Abbas Araghchi (C-R), adjoint politique du ministère iranien des Affaires étrangères, et la secrétaire générale du Service européen pour l'action extérieure (SEAE), Helga Schmid (C-I), assistent à une réunion de la commission mixte du JCPOA sur le programme nucléaire iranien au bureau de la délégation de l'UE auprès des organisations internationales à Vienne

Les termes du pacte obligeaient Téhéran à démanteler complètement son programme nucléaire et à offrir des garanties de respect total de l'accord. L'Iran devait expédier 97 % de son combustible hors du pays, limiter la production d'uranium enrichi et de plutonium, et autoriser des inspections régulières des installations de Fordow, Natanz et Arak. En contrepartie, la communauté internationale assouplirait le régime de sanctions qui a grevé l'économie perse à hauteur de 100 milliards de dollars entre 2012 et 2014.

Selon les experts, l'accord aurait gelé la production nucléaire iranienne pendant au moins les dix prochaines années, car bon nombre des restrictions définies par le JCPOA avaient une date d'expiration. Toutefois, le retrait unilatéral des États-Unis a mis un terme à tous les progrès réalisés et a incité Téhéran à relancer son programme. Washington a rétabli les sanctions et l'Iran a continué à enrichir de l'uranium au-delà des niveaux autorisés, soit une pureté d'environ 60 %.

Au cours de cette période, seule l'activité de l'Agence des Nations unies pour l'énergie atomique (AIEA) a permis de surveiller les installations nucléaires iraniennes, malgré les restrictions imposées par les autorités perses. Ses travaux, bien que limités, ont permis de mieux comprendre le développement nucléaire avancé du pays.

Reactores nucleares
PHOTO/ARCHIVO  -  Installations nucléaires iraniennes

L'Iran espère qu'un retour au JCPOA permettra de dégeler les milliards de dollars que Washington a bloqués dans les institutions financières de pays tiers. Les États-Unis, pour leur part, visent à mettre un terme à la prolifération des armes nucléaires en Iran. Toutefois, ni l'un ni l'autre n'offre de garantie de conformité. Non seulement cela, mais il existe une méfiance mutuelle entre les deux, qui s'est aggravée depuis l'arrivée de Raisi, membre de l'aile radicale du régime perse.  

Plan B

Interrogé sur un éventuel "plan B" iranien au cas où le JCPOA ne serait pas réactivé, le porte-parole Khatibzadeh a déclaré qu'aucun gouvernement crédible au monde n'envisagerait pas différentes alternatives, et que ce sont les plans "B" et "C" qui ont donné matière à réflexion à ses interlocuteurs. Il a toutefois précisé que tous devaient se concentrer sur le "plan A". Entre-temps, Washington travaille sur un plan alternatif au cas où il déciderait de poursuivre son programme et de ne pas revenir aux négociations, selon l'Associated Press.

La position de l'UE est claire. Le haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, a exhorté les parties à respecter à nouveau les termes de l'accord, dans le cas des États-Unis avec la levée des sanctions ; dans le cas de l'Iran, avec le respect des limites de son programme nucléaire. "Il est crucial de reprendre les négociations à Vienne le plus rapidement possible et à partir de là où nous nous sommes arrêtés le 20 juin", a déclaré le diplomate espagnol.