PUBLICIDAD

Iberdrola

L'Occident achète du pétrole à la Russie dans le contexte de l'invasion de l'Ukraine

Les États-Unis ont organisé une réunion avec le Venezuela pour tenter d'atténuer la hausse des prix du pétrole
petroleo-rusia

REUTERS/VASILY FEDOSENKO  -   Installation de forage sur le champ pétrolifère de Yarakta, propriété de l'Irkutsk Oil Company (INK), dans la région d'Irkutsk, en Russie

Le pétrole russe ne sent-il pas le sang ukrainien pour vous ? C'est ce qu'a demandé le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, sur son compte Twitter, après que la compagnie pétrolière Shell a admis avoir acheté une cargaison de brut russe à un prix réduit. Dans un communiqué, la société a déclaré qu'elle n'avait "aucune alternative" et que cette décision avait été "difficile à prendre" car la situation de l'approvisionnement en pétrole est "très complexe".

Cet achat intervient également après que Shell a annoncé l'arrêt de tous ses projets communs avec la société énergétique russe Gazprom. Dans la déclaration, un porte-parole de la société a déclaré que, "pour être clair, sans un approvisionnement interrompu de pétrole brut aux raffineries, l'industrie de l'énergie ne peut pas assurer la fourniture continue de produits essentiels aux personnes à travers l'Europe pendant des semaines". 

petroleo-rusia-rosneft
REUTERS/SERGEI KARPUKHIN  - Un employé travaille sur le champ pétrolier de Suzunskoye, propriété de Rosneft, au nord de la ville russe de Krasnoyarsk, en Sibérie.

Parallèlement, la compagnie pétrolière a cherché à se justifier en déclarant qu'elle essaierait de choisir un pétrole alternatif "dans la mesure du possible" et que les bénéfices du pétrole russe seraient utilisés pour aider les réfugiés en Ukraine.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie a incité la communauté internationale à boycotter les produits russes en signe de condamnation. Toutefois, le marché pétrolier suit d'autres paramètres et, jusqu'à présent, les pays occidentaux n'ont pas encore imposé de sanctions sur les importations de pétrole russe. 

yacimiento-ruso
REUTERS/SERGEI KARPUKHIN - Champ pétrolier de Buzovyazovskoye, appartenant à la société Bashneft, au nord d'Ufa, Bashkortostan, Russie.

Le conflit russo-ukrainien a une incidence directe sur la hausse du prix du baril de pétrole brut, qui dépasse les 125 dollars aux États-Unis, une hausse qui pourrait faire entrer l'économie mondiale dans une nouvelle récession. Cette hausse s'est également répercutée en Europe après que le prix du Brent a dépassé la barrière des 115 dollars, ce qui a conduit plusieurs compagnies pétrolières, telles que Shell, à acheter du brut à Moscou.

Divers analystes internationaux indiquent que, si l'Occident décide d'interdire définitivement l'achat de pétrole russe, "les prix mondiaux du pétrole brut pourraient atteindre 150 dollars le baril". Ils affirment également que les sanctions internationales imposées à la Russie "auront un impact plus important sur les équilibres du marché que les sanctions imposées à l'Iran et au Venezuela les années précédentes".

 Rapprochement entre Washington et Caracas 

Au début de l'invasion russe, le président américain Joe Biden avait prévenu que le conflit entraînerait des coûts économiques élevés et une hausse exponentielle des prix de l'énergie, et c'est ce qui s'avère. En fait, la hausse de ces prix a incité une délégation américaine de haut niveau à se rendre à Caracas au cours du week-end dans le but de proposer au gouvernement de Nicolás Maduro un accord économique visant à répondre aux demandes d'énergie que l'économie américaine est désormais incapable de satisfaire.

joe-biden-eeuu
AP/ANDREW HARNIK  -  Le président américain Joe Biden

Cette visite, publiée par le New York Times, n'a pas encore été confirmée officiellement, mais selon différentes sources, avec cette initiative, les États-Unis tenteraient de "réduire" l'impact des sanctions internationales imposées au Venezuela en donnant au pays la possibilité de récupérer une partie de sa production pétrolière. En outre, avec cette visite, Washington tenterait de réduire l'influence géopolitique de Moscou sur les pays qu'elle favorise. 

D'autre part, des sources liées à l'ambassade des États-Unis en Ukraine ont confirmé la visite de la délégation, tout en maintenant que la raison de la réunion était de négocier la libération éventuelle de prisonniers politiques américains emprisonnés au Venezuela, dont six directeurs de Citgo, la filiale pétrolière vénézuélienne aux États-Unis.

 Récession mondiale

Le pétrole n'est pas le seul secteur touché par l'invasion russe. Le Fonds monétaire international (FMI) a averti que le conflit aura un "impact sévère" sur l'économie mondiale. Il a également souligné que les pays qui ont des relations économiques avec Kiev et Moscou seront gravement exposés à l'impact sur leurs économies. 

ucrania-guerra-invasion-rusia
REUTERS/VIACHESLAV RATYNSKYI  - Des civils s'entraînent à lancer des cocktails Molotov pour défendre la ville, alors que l'invasion russe de l'Ukraine se poursuit, à Zhytomyr, en Ukraine, le 1er mars 2022.

Selon une déclaration publiée par le Fonds, "la guerre actuelle et les sanctions associées auront un impact sévère sur l'économie mondiale" et les nations ayant des liens économiques avec la Russie et l'Ukraine seront exposées à une pénurie de marchandises.

Tout cela intervient à un moment où Washington et Téhéran tentent de se rapprocher. En ce qui concerne l'accord nucléaire, l'Iran a indiqué qu'il cherchera des "moyens créatifs" pour rétablir l'accord nucléaire conclu en 2015, que les États-Unis ont abandonné unilatéralement trois ans plus tard. 

 Couloirs humanitaires vers le Belarus et la Russie 

Pendant ce temps, l'Ukraine est au douzième jour de son invasion. Après l'échec de deux cessez-le-feu, la Russie a indiqué qu'elle allait ouvrir de nouveaux corridors humanitaires par lesquels les civils pourraient être évacués. Toutefois, Kiev a dénoncé cette proposition comme étant "totalement immorale", puisque ces couloirs mènent au Belarus et à la Russie.

ucrania-rusia-guerra
REUTERS/SERHII NUZHNENKO  -  Une vue montre des véhicules militaires détruits dans une rue, alors que l'invasion russe de l'Ukraine se poursuit, dans la ville de Bucha, dans la région de Kiev, en Ukraine, le 1er mars 2022.

D'autre part, l'annonce de nouveaux corridors humanitaires ne se traduit pas par un arrêt des offensives militaires. Moscou n'a pas cessé de bombarder les enclaves ukrainiennes, intensifiant ses attaques sur la mer Noire au cours de la journée écoulée. Ces attaques ont entraîné une augmentation du déploiement des troupes de l'OTAN dans les États baltes, comme l'a annoncé Blinken.

Cette situation coïncide également avec le moment où les délégations russes et ukrainiennes se rencontreront pour tenir le troisième cycle de négociations, dans lequel la Chine a exprimé sa volonté de servir de médiateur afin de parvenir à la paix. Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères de Pékin, Wang Yi, a rappelé que les relations entre la Chine et la Russie restent "solides comme le roc".

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.