PUBLICIDAD

Marruecos

L'oligarchie européenne du Real Madrid expulse Chelsea de la Ligue des champions

Un autre match historique pour le Real Madrid, qui s'est retrouvé mené 0-3 et à court d'idées, pour finir par être snobé par l'UEFA
Karim Benzema, du Real Madrid, célèbre son deuxième but

REUTERS/SUSANA VERA  -   Karim Benzema, du Real Madrid, célèbre son deuxième but

Le Real Madrid joue contre l'UEFA lors de chaque match de la Ligue des champions. Ceferin et son entourage ont vu les Blancos éliminés de la Ligue des champions contre le PSG et après la défaite 0-3 de Chelsea à Bernabeu. Mais non. L'oligarchie du football européen est dominée par le Real Madrid, qui remportait la Ligue des champions avant que tous ceux qui essaient de rejeter l'équipe d'Ancelotti ne soient nés. Une nuit de plus, le site de l'UEFA a ouvert sa première page avec l'autre match des barrages, en l'occurrence le passage de Villarreal en demi-finale. L'exploit blanc ou, mieux encore, le grand match de la nuit européenne des amoureux du ballon rond a été relégué à un score indigne de l'instance dirigeante du football du Vieux Continent. 

Le Real Madrid a joué son jeu habituel. Ils semblaient avoir le match en main, mais en 20 minutes, ils ont disparu, submergés de petites erreurs et de joueurs qui ne sont pas à la hauteur lorsqu'on leur demande de donner le meilleur d'eux-mêmes. Nacho livre. Il le fera toujours. Il aura même quelques très bons matchs, mais maintenant il ne fait pas la moitié du travail de Militao. Quelque chose de similaire se produit avec Carvajal. Sa bonne condition physique est remise en question lorsqu'il doit jouer avec précision ou prendre des décisions clés. On ne s'attendait pas à ce que Mendy fasse des erreurs et la foule l'a sifflé lorsqu'il a été remplacé.

El jugador del Chelsea Mason Mount marca su primer gol ante el jugador del Real Madrid Thibaut Courtois
REUTERS/PAUL CHILDS - Mason Mount de Chelsea marque son premier but contre Thibaut Courtois du Real Madrid.

On ne pouvait rien attendre d'Ancelotti. Il n'est pas un entraîneur de match. Tout ce qu'il fait, il le prépare pendant la semaine. Le grand jour, il souffre sur la ligne de touche et prend des décisions. Il a du mal à faire des changements et ne pense même pas à mettre sur le terrain ceux qui auraient été des champions du monde comme Bale ou Hazard s'ils étaient en bonne santé pour le reste de la saison.

Le Real Madrid, c'est Modric. Tout comme Vinicius et Benzema. Le Brésilien et le Français ont une performance supérieure à cent pour cent lorsqu'ils sont ensemble et bien inférieure s'ils ne sont pas connectés. Le cas de Benzema est le miracle que beaucoup de madridistas attendaient depuis des années. Un 9 qui marque des buts. Le reste était trop pour eux et c'est pourquoi ils prennent deux fois plus de plaisir à le voir reprendre de la tête une passe de Vini pour marquer le 2-3 et désespérer les fans de Chelsea qui tonnaient au Bernabeu. Les œuvres du temple blanc sont des nuits vivantes pour la postérité, même si les supporters visiteurs font plus de bruit que les tribunes subventionnées par le club pour les encourager. 

Karim Benzema del Real Madrid marca su segundo gol
REUTERS/PAUL CHILDS - Karim Benzema, du Real Madrid, marque le deuxième but.

La galaxie de Modric perd une star comme Kroos qui a dû céder sa place à Camavinga pour tenir bon et empêcher la saignée de Chelsea. De l'extérieur de sa botte droite, il adresse une passe stratosphérique à Rodrygo qui marque le 1-3 et redonne vie au stade. Il est clair après ce soir que les fans du Real Madrid ne vont pas au stade pour applaudir, ils y vont pour être applaudis et si les joueurs font bien, ils les applaudiront comme si leur vie en dépendait. Mais les joueurs d'abord. Et à 0-3, on pouvait s'attendre à ce qu'ils célèbrent le but refusé de Chelsea comme si c'était le leur.

Tuchel a pleuré à la fin. Tout comme Klopp. Ils font partie de cette race d'entraîneurs modernes qui en veulent à tout le monde quand ils ne gagnent pas. Guardiola est agacé par le terrain, Xavi est agacé par l'adversaire lui-même, Klopp par le siège de Simeone et Tuchel par Ancelotti qui fait signe à l'arbitre. Un truc de perdant. 

El entrenador del Chelsea, Thomas Tuchel
REUTERS/PAUL CHILDS - Thomas Tuchel, entraîneur de Chelsea.

Chelsea sont encore plus orphelins. Peu de choses à faire en Premiership, sans Abramovitch dans la boîte et avec un désert jusqu'au 31 mai où le Royaume-Uni décidera d'exterminer le club ou de le laisser en vie. Pour l'instant, les champions d'Europe devront céder leur couronne à un autre club. Aucun de ceux qui peuvent accéder aux demi-finales n'appartient à cette lignée de vainqueurs européens, à cette oligarchie qui a gagné sa fortune nuit après nuit et qui est dirigée par le Real Madrid pour la plus grande gloire de l'UEFA.

Los jugadores del Real Madrid celebran al final del partido de fútbol de vuelta de los cuartos de final de la UEFA Champions League entre el Real Madrid CF y el Chelsea FC en el estadio Santiago Bernabéu en Madrid el 12 de abril de 2022
AFP/PIERRE-PHILIPPE MARCOU - Les joueurs du Real Madrid célèbrent à la fin du match de football du quart de finale retour de la Ligue des champions de l'UEFA entre le Real Madrid CF et le Chelsea FC au stade Santiago Bernabeu à Madrid, le 12 avril 2022.

Dans tous les cas, le Real Madrid attend un adversaire en demi-finale, quoi qu'en dise l'UEFA. Et Ceferin est déjà pris de vertige à l'idée de remettre une 14e Coupe d'Europe à son grand ennemi parisien.