PUBLICIDAD

Iberdrola

L'ONU demande aux États de rapatrier les enfants emprisonnés dans la prison d'Al-Ghuwayran

Les insurgés de Daesh ont pris le contrôle de l'unité pour enfants de la prison d'Al-Ghuwayran, dans le nord-est de la Syrie, où plus de 700 enfants sont détenus
combatiente-kurdo-siria

PHOTO/AFP  -   Des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) se déploient autour de la prison de Ghwayran dans la ville de Hasakeh, au nord-est de la Syrie, le 25 janvier 2022, qui a été saisie par les combattants de l'État islamique (EI) quelques jours plus tôt

Dans la région d'Al-Hasakeh, les violents affrontements déclenchés jeudi dernier par deux voitures piégées et des armes lourdes n'ont pas cessé, ces affrontements se sont déplacés vers la prison d'Al-Ghuwayran. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, plus de 70 membres de Daesh et plus de 20 combattants kurdes auraient été tués, ainsi que des gardiens de prison, des membres des forces antiterroristes et des forces de sécurité intérieure. Plus de 5 000 militants djihadistes présumés de Daesh, originaires d'une soixantaine de pays, sont détenus dans la prison et ont pris le contrôle de l'unité pour enfants de la prison.

Plus de 700 enfants sont incarcérés dans la prison d'Al-Ghuwayran à Al-Hasakeh, dans le nord-est de la Syrie. Un rapporteur spécial des Nations unies pour les droits de l'homme a exprimé son inquiétude quant au bien-être des enfants et a appelé tous les pays à rapatrier tous les ressortissants détenus dans la prison syrienne. La semaine dernière, dans la même prison, il y a eu une tentative d'évasion mortelle par des insurgés de Daesh. 

mapa-siria-carcel
AFP/AFP - Carte de localisation de Hasakeh en Syrie

"Des enfants de 12 ans seulement craignent pour leur vie dans le chaos et le carnage qui règnent dans la prison", a déclaré Fionnuala Ni Aolain, rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection des droits de l'homme dans la lutte contre le terrorisme. "Tragiquement, ils sont négligés par leur propre pays sans qu'il y ait de faute de leur part, si ce n'est qu'ils sont nés de personnes prétendument liées ou associées à des groupes terroristes désignés", a-t-elle ajouté. "Le traitement de centaines d'enfants qui ont été détenus dans des conditions carcérales grotesques est un affront à la dignité de l'enfant et au droit de chaque enfant à être traité avec dignité", a-t-elle souligné.

La situation à l'intérieur de la prison est de plus en plus tendue, et l'on s'inquiète de l'intégrité physique des détenus. Par conséquent, les combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), composées de Kurdes et de membres de la coalition dirigée par les États-Unis, sont proches de la zone où se trouvent les assaillants de Daesh afin de mener une offensive et de provoquer la chute du pouvoir établi par les djihadistes.

niños-campamento-siria
PHOTO/AFP - Des Syriens déplacés sont photographiés à l'intérieur de la mosquée Mosaab bin Aamir, dans le quartier de Ghwayran, dans la ville de Hasakeh, au nord du pays.

Face à cette situation, les groupes humanitaires ont de nouveau appelé les gouvernements à rapatrier leurs citoyens emprisonnés, en mettant davantage l'accent sur les enfants. "Le refus abject des États de rapatrier leurs enfants contribue au bourbier en matière de sécurité et de droits de l'homme qui a éclaté à Al-Hasakeh ces derniers jours", a déclaré Ni Aolain, qui a envoyé l'année dernière une série de lettres officielles à 57 gouvernements de pays, dont l'Allemagne, les États-Unis, la Finlande, la France et le Royaume-Uni, soupçonnés d'avoir des citoyens dans les camps syriens.

Les enfants sont privés de leur liberté, vivent dans des conditions inhumaines, subissent des traitements cruels et des tortures, en violation totale des droits de l'homme, parce qu'ils ont été injustement détenus et n'ont jamais fait l'objet d'une procédure légale pour évaluer leur situation. "L'incapacité des gouvernements à rapatrier les enfants détenus, qui sont des victimes du terrorisme et ont besoin de protection en vertu du droit international, dépasse l'entendement", a déclaré Ni Aolain. "Beaucoup de ces enfants, séparés de force de leur mère et de leur famille ces dernières années, ont été privés de leurs droits humains les plus fondamentaux pendant toute leur vie", a-t-elle ajouté. 

kurdos-combatientes-daesh
PHOTO/AFP - Des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) se déploient autour de la prison de Ghwayran, dans la ville de Hasakeh, au nord-est de la Syrie, le 25 janvier 2022.

Ni Aolain a donc appelé les États et les autres acteurs du nord-est de la Syrie à assurer la protection des civils, ainsi que la protection des enfants prisonniers contre les combattants qui tentent de reprendre le contrôle de la prison. "Traiter les enfants comme une classe distincte, refuser de reconnaître en pratique leurs droits en tant qu'enfants, est une forme de discrimination sexuelle qui a eu des conséquences horribles pour ces enfants aujourd'hui pris dans la violente confrontation à la prison d'Al-Hasakeh."

Le refus des États de rapatrier les citoyens, et en particulier les enfants, est un problème que les rapporteurs spéciaux des Nations unies ne comprennent pas, mais ils exhortent néanmoins les États à collaborer pour protéger les enfants et leurs droits fondamentaux. Human Rights Watch, l'Unicef et Save the Children ont également exprimé leur inquiétude quant à la situation dans la prison.