PUBLICIDAD

Iberdrola

L'OPEP et la Russie confirment une augmentation de 400 000 bpj à partir d'avril

Il y a eu un "consensus" sur le fait qu'à l'heure actuelle, le marché du pétrole "est bien équilibré"
OPEP

REUTERS/DADO RUVIC  -   OPEP

L'OPEP et ses 10 alliés indépendants, dont la Russie, ont confirmé aujourd'hui qu'ils ajouteront 400 000 barils de brut par jour à leurs approvisionnements en avril, une augmentation modeste prévue en juillet de l'année dernière, alors même que les prix du pétrole se sont envolés en raison de la guerre en Ukraine.

C'est ce qu'a déclaré l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) dans un communiqué publié sur son site web à l'issue d'une brève réunion virtuelle des ministres de l'industrie de l'alliance de 23 pays connue sous le nom d'OPEP+.

Ils ont indiqué, dans leur déclaration finale, qu'il y avait "consensus" parmi eux sur le fait que le marché pétrolier est actuellement "bien équilibré" et que "la volatilité actuelle (des prix) n'est pas causée par des changements dans les fondamentaux du marché, mais par les développements géopolitiques actuels".

En conséquence, ils ont confirmé "d'ajuster à la hausse la production mondiale (du groupe) de 0,4 mbd pour le mois d'avril" et de se réunir à nouveau le 31 mars.

La décision était attendue par les marchés, après que plusieurs membres de l'OPEP+, dont l'Arabie saoudite, ont clairement indiqué qu'ils n'envisageaient pas de modifier la feuille de route en vigueur depuis août 2021, par laquelle ils aspirent à retrouver progressivement, jusqu'en septembre prochain, le niveau de production d'avant la pandémie.

Reunión de los ministros de la alianza OPEP+
AFP/RYAD KRAMDI - Réunion des ministres de l'alliance OPEP+

Le rythme d'augmentation, 400 000 bd par mois, est jugé trop lent par Washington et les autres pays consommateurs pour freiner la hausse des "prix du pétrole" et l'inflation, une tendance exacerbée par l'invasion russe en Ukraine.

Le pétrole brut Brent, référence européenne, s'échangeait à 111,59 dollars mercredi après une forte hausse des prix du pétrole et de l'inflation, une tendance exacerbée par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Le prix du Brent, la référence européenne, s'échangeait à 111,59 dollars mercredi sur le marché à terme de Londres, en hausse de 6,3 % par rapport à la clôture de mardi.

La décision prise aujourd'hui fixe le plafond de production de l'OPEP+ à 41,698 millions de barils par jour (mbd), dont 24,316 mbd correspondent à l'OPEP (à l'exclusion du pompage par le Venezuela, l'Iran et la Libye) et 16,381 mbd à l'ensemble des dix producteurs indépendants alliés.

Les quotas de l'Arabie saoudite (membre de l'OPEP) et de la Russie (non membre), de loin les plus grands producteurs et exportateurs du groupe, s'élèvent chacun à 10,436 mbd le mois prochain.