PUBLICIDAD

Marruecos

L'OTAN rejette les demandes de sécurité de la Russie

Moscou a condamné une éventuelle expansion de l'OTAN dans ses zones d'influence. Toutefois, le Conseil de l'OTAN a assuré que seule l'OTAN peut décider de l'adhésion de nouveaux membres
PHOTO/NATO

PHOTO/NATO  -   Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg

Malgré les efforts diplomatiques, les pourparlers OTAN-Russie restent marqués par de profonds désaccords. Les propositions de Moscou en matière de sécurité et la situation en Europe de l'Est sont les sujets les plus litigieux entre les deux parties. Dans le but de rapprocher les deux parties, ces questions ont été les principaux sujets de discussion lors de la récente réunion entre le Conseil de l'Alliance atlantique et les vice-ministres russes des affaires étrangères et de la défense, Alexander Grushko et Alexander Fomin.

La délégation russe a souligné ses lignes rouges, que Poutine avait déjà énoncées à plusieurs reprises. Les vice-ministres ont insisté sur le retrait des troupes de l'OTAN dans les pays limitrophes de la Russie, non seulement en Ukraine, où ils demandent l'arrêt des livraisons d'armes, mais aussi en Estonie, en Lettonie et en Lituanie, membres de l'OTAN. Grushko et Fomin ont également exhorté l'OTAN à ne pas inclure les pays proches de la Russie. "La liberté de choisir les moyens d'assurer sa propre sécurité ne doit pas être mise en œuvre d'une manière qui porte atteinte aux intérêts légitimes des autres en matière de sécurité", a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères. Moscou a réaffirmé son droit à assurer la sécurité de ses frontières à moyen et long terme. Pour cette raison, la Russie a besoin de l'assurance que l'OTAN ne s'étendra pas dans ses sphères d'influence si les négociations avec l'OTAN doivent progresser. 

PHOTO/KREMLIN  -   El presidente de Rusia, Vladimir Putin, habla durante la reunión anual de la junta del Ministerio de Defensa de Rusia en el Centro de Control de la Defensa Nacional
PHOTO/KREMLIN - Le président russe Vladimir Poutine

Toutefois, la secrétaire d'État adjointe américaine Wendy Sherman a rejeté les demandes de la Russie. "Nous n'allons pas accepter que l'OTAN ne puisse pas s'étendre davantage", a-t-elle déclaré. En réponse, Grushko a prévenu que si l'OTAN opte pour "la politique de dissuasion", la Russie répondra "par une politique de contre-dissuasion". "Si cela tourne à l'intimidation, nous répondrons par une contre-intimidation. Si vous cherchez des vulnérabilités dans le système de défense de la Russie, nous chercherons des vulnérabilités dans l'OTAN. Ce n'est pas notre choix, mais nous n'avons pas d'autres options si nous ne le faisons pas", a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a également noté que les représentants russes ont décrit l'Alliance comme " un élément d'instabilité " dans des endroits comme la Yougoslavie et la Libye. Lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion, Stoltenberg a également mis en garde contre un "risque réel de nouveaux conflits armés en Europe". "Il existe des différences importantes entre les alliés de l'OTAN et la Russie", a-t-il reconnu. Il a toutefois indiqué la possibilité de négocier sur certaines questions, comme le contrôle des armes. 

PHOTO/KREMLIN - El presidente ruso Vladimir Putin asiste a los ejercicios conjuntos de las flotas del mar del Norte y del mar Negro a bordo del crucero ruso de misiles guiados Marshal Ustinov en el puerto del mar Negro de Sebastopol, Crimea 9 de enero de 2020
PHOTO/KREMLIN - Le président russe Vladimir Poutine assiste à des exercices conjoints des flottes de la mer du Nord et de la mer Noire à bord du croiseur russe à missiles guidés Marshal Ustinov dans le port de Sébastopol, en mer Noire, le 9 janvier 2020.

Concernant l'Ukraine, il a souligné que Kiev avait le droit de se défendre et a accusé Moscou d'avoir créé la crise dans le pays. C'est pourquoi, selon Stoltenberg, "le moyen le plus simple et le plus rapide" de résoudre ce problème est que la Russie retire ses troupes de la frontière ukrainienne. À cet égard, le ministère russe de la Défense a souligné que Moscou a proposé à plusieurs reprises à l'alliance de prendre des mesures pour désamorcer la situation. "Les initiatives russes ont été ignorées par l'OTAN. Cela crée des conditions propices aux incidents et aux conflits et sape les fondements de la sécurité", a déclaré le ministère dans un communiqué publié par l'agence de presse nationale RIA Novosti.

Malgré les désaccords, tant la Russie que les alliés de l'OTAN ont exprimé la nécessité de reprendre le dialogue et de fixer un calendrier pour les futures réunions. Dans ce contexte, le secrétaire général de l'OTAN a relevé les aspects positifs de la réunion. "30 Alliés de l'OTAN et la Russie se sont assis autour de la même table et se sont engagés sur des questions de fond", a-t-il reconnu. Grushko, pour sa part, a qualifié les entretiens de "francs, directs, profonds et intenses". Il a toutefois déclaré que des progrès étaient possibles, mais qu'il y avait certains domaines dans lesquels la Russie ne pouvait pas reculer.

AFP/JOHANNA GERON - El secretario General de la OTAN, Jens Stoltenberg
AFP/JOHANNA GERON - Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg

Ce sommet, le premier du genre depuis plus de deux ans, s'inscrivait dans le cadre d'un cycle de dialogue entre l'Occident et la Russie visant à rapprocher les deux parties et à résoudre la crise en Ukraine. Wendy Sherman et le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergei Ryabkov ont entamé ces discussions le 10 janvier à Genève. La partie américaine a de nouveau rejeté les propositions de Moscou en matière de sécurité, tandis que Ryabkov a réaffirmé que la Russie n'avait aucune intention d'attaquer l'Ukraine. Dans cet esprit, les ministres de la Défense de l'OTAN et de l'UE se réunissent aujourd'hui à Brest pour réaffirmer leur soutien à Kiev.

Ensuite, Vienne accueillera la réunion de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à un "moment décisif pour la sécurité européenne", comme l'a prévenu Stoltenberg. Ces réunions visent à apaiser les tensions à l'Est tout en renforçant l'alliance OTAN-UE vis-à-vis de la Russie.