PUBLICIDAD

Iberdrola

L'UE présente le texte final pour rétablir l'accord nucléaire iranien

Après quatre ans de stagnation, le texte portant le sceau européen pourrait être le début d'un retour au Plan d'action global conjoint
bandera-ue-consumo

REUTERS/YVES HERMAN  -   Le drapeau de l'Union européenne flotte devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles

L'Union européenne a présenté le "texte final" qui reprendrait les conditions officielles de retour à l'accord nucléaire de 2015, abandonné par l'administration Trump en 2018, et qui visait à freiner les ambitions nucléaires de l'Iran.

Bien que ces négociations aient été caractérisées par un manque d'action remarquable, le texte présenté par l'Union européenne pourrait marquer un tournant dans les négociations, puisqu'il tente de servir de médiateur, de la manière la plus équilibrée possible, entre toutes les parties pour qu'un retour à l'accord soit enfin réalisé. Il y a quelques jours à peine, des pays comme la Chine, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Iran, la Russie et, indirectement, les États-Unis se sont réunis à Vienne, plusieurs mois après que les négociations soient restées dans l'impasse. 

iran-reactores-nucleares
PHOTO/WANA (Agencia de Noticias de Asia Occidental)  - Vue du réacteur nucléaire à eau d'Arak, en Iran, le 23 décembre 2019

Le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères, Josep Borrell, s'est montré optimiste quant au texte proposé et a déclaré que si tous les pays négocient la dernière version proposée, la réactivation du pacte pourrait être signée.

De son côté, l'agence de presse nationale iranienne IRNA a indiqué qu'elle examinait le texte - qui compte quelque 25 pages - et a indiqué que "dès que nous recevrons ces idées, nous transmettrons notre réponse et nos considérations initiales", mais que "naturellement, cela nécessitera un examen exhaustif" à partir duquel elle transmettra "ses opinions et ses considérations supplémentaires", en vue d'un éventuel retour au Plan d'action global conjoint (JCPOA). 

mapa-iran-instalaciones-nucleares
AFP/AFP - Carte de l'Iran montrant les principales installations nucléaires

Dans cette situation, l'un des points clés qui a détérioré les négociations en vue de parvenir à un accord a été le fait que du matériel nucléaire iranien a été trouvé dans des sites non déclarés, ce qui a accru la méfiance des États-Unis et du reste des États membres.

Ainsi, en juin dernier, l'ONU a adopté une résolution censurant l'Iran pour ne pas avoir expliqué de manière adéquate la découverte de ce qu'il prétendait être de nouvelles traces d'uranium enrichi dans trois sites non déclarés.

acuerdo-nuclear
AFP/JOE KLAMAR - Abbas Araghchi (C-R), adjoint politique du ministère iranien des Affaires étrangères, et la secrétaire générale du Service européen pour l'action extérieure (SEAE), Helga Schmid (C-I), assistent à une réunion de la commission mixte du JCPOA sur le programme nucléaire iranien au bureau de la délégation de l'UE auprès des organisations internationales à Vienne

Selon les récentes déclarations du ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, c'est l'ONU qui "devrait résoudre pleinement les questions de garanties restantes sur une base technique en se distançant des questions politiques non pertinentes et non constructives".

Pour sa part, la spécialiste de l'Arms Control Association, Kelsey Davenport, a déclaré que si les États-Unis et les autres signataires ne soutenaient pas l'ONU, cela nuirait au "mandat de l'agence" et aux objectifs plus larges de non-prolifération. 

ali-jamenei-iran
PHOTO/FILE - Alí Jamenei

Depuis que les États-Unis se sont retirés de l'accord nucléaire en 2018, les efforts diplomatiques des signataires ont été prépondérants pour tenter d'obtenir un retour effectif et ainsi tenter de contenir Téhéran. Cependant, tant les négociations que les pourparlers ont été caractérisés par une impasse.

Les sanctions imposées à l'Iran, les accusations d'aspiration de l'Iran à construire une bombe nucléaire et la difficulté de parvenir à un consensus ont détérioré la voie vers un retour à l'accord ces dernières années.

Toutefois, la proposition de l'Union européenne se veut un point de départ pour que la diplomatie triomphe enfin et qu'un retour à l'accord nucléaire soit obtenu après quatre années de va-et-vient au cours desquelles, dans le bruit, l'Iran a continué à obtenir de l'uranium enrichi.