PUBLICIDAD

Marruecos

Luis d'Ors : "Je ne suis pas un réalisateur professionnel, mais vocationnel"

Le metteur en scène vient de créer 'La paura', une version de l'auteur napolitain Eduardo De Filippo. Et il le fait avec un format original et un casting de premier ordre
GUILLERMO LÓPEZ/ATALAYAR

GUILLERMO LÓPEZ/ATALAYAR  -   Luis d´Ors

"Quand je pense à ma vocation, je ne crains pas la vie". La phrase est du dramaturge russe Anton Tchekhov, un auteur clé dans la carrière de Luis d'Ors, qui après huit ans d'absence de la scène revient au Fernán Gómez. Une pause, comme il appelle cette période, au cours de laquelle il a découvert qu'à côté de sa vocation théâtrale, une autre était née : celle d'être père. Et ce qu'il devait faire était clair pour lui. Une vocation qui enlève les peurs d'affronter ce qui est à venir et de savoir attendre en essayant de tirer le meilleur parti de ces dons que la vie nous offre. Et le moment est venu ; d'abord, comme une "impulsion amoureuse, et ensuite, le fruit d'une longue réflexion". 

Luis d´Ors
GUILLERMO LÓPEZ/ATALAYAR - Luis d´Ors

D'Ors revient par la grande porte, et le fait avec un pari risqué et intéressant produit par Vodevil : la lecture en action ou semi-scénique de La paura, une version de la pièce 'La paura número uno' d'Eduardo De Filippo.  Les nerfs, les tensions, le manque de temps, les difficultés... ont été laissés derrière la scène au moment où un rideau inexistant s'est ouvert et où les acteurs sont apparus : la famille Viyuela, pour la première fois agissant ensemble : Pepe et Elena González et leurs enfants Samuel et Camila, ainsi que Pepa Pedroche et Markos Marín. "Un rêve", dit le directeur, conscient du merveilleux travail réalisé par ce groupe de "funambules".

Luis d´Ors
GUILLERMO LÓPEZ/ATALAYAR - Luis d´Ors

Et c'est devenu une réalité de créer à nouveau, de rêver et de voler, même si l'on a les pieds sur terre, avec ténacité et enthousiasme, avec désir et effort, avec ses après-midi gris aussi. Et voilà encore ce réalisateur formé à l'anglaise qui défend l'imagination comme faisant partie de la vie, une vie qu'il faut regarder de loin. Une existence, la sienne, qu'il ne comprend pas sans théâtre, sans amour, sans la lumière de la vérité ; et un théâtre, le théâtre de tous, qui peut être compris comme une "catharsis curative". 

GUILLERMO LÓPEZ/ATALAYAR - Luis d´Ors
GUILLERMO LÓPEZ/ATALAYAR - Luis d´Ors

Vous avez été éloigné de la scène pendant huit ans en raison d'un choix personnel, qu'est-ce qui vous a poussé à revenir ?

Pour être honnête, ce n'était pas un choix. J'ai fait une longue pause dans la profession (car je n'ai jamais quitté le théâtre, l'enseignement du théâtre, le théâtre entre amis..., je ne l'ai jamais quitté) en raison d'une priorité familiale. J'ai estimé que, dans mon cas, ils n'étaient pas compatibles. C'est une profession passionnante. Il n'est pas facile pour quiconque de combiner les exigences de chaque chose. Pour moi, d'ailleurs, par tempérament, je ne sais pas faire les choses à moitié. Je ne suis pas un réalisateur professionnel mais un professionnel. Et la vie m'a donné une autre vocation : celle de père. Je suis fier et heureux d'avoir fait cette pause, et aussi de la reprendre maintenant. Reprendre le travail avec les gens de ma profession et présenter mon travail au grand public est une nécessité pour moi ; également pour ma famille, qui me soutient, par amour, ce qui revient à dire que tout se résume à cela.

Luis d´Ors
PHOTO/ANTONIA CORTÉS - La paura

Vous revenez avec 'La paura', une version de la pièce 'La paura número uno d'Eduardo de Filippo', pourquoi cette pièce et cet auteur, était-ce par hasard ou médité ?

J'aime toujours me souvenir d'Herman Hesse lorsqu'il dit qu'en réalité, nos décisions importantes sont davantage le résultat d'une impulsion inconsciente ou d'un engouement que d'un raisonnement. Nous cherchons alors la philosophie qui nous convient le mieux pour justifier la démarche que nous entreprenons. J'aime le théâtre d'Eduardo depuis mon plus jeune âge, lorsque j'ai lu El arte de la comedia, une pièce que j'ai aidé à mettre en scène pour le 15e anniversaire de La Abadía. J'ai par la suite fait la connaissance de nombreux autres de ses génies, notamment La grande Magia.  Je pourrais vous dire que mes voyages en Italie, les aventures à Rome avec mon ami Tomás, (un copain de théâtre), ce voyage inoubliable en Sicile, un autre à Capri, Naples et la côte amalfitaine ont toujours eu la saveur du théâtre de cet auteur. Eduardo, l'Italie, les années 50, le cinéma italien... pour nous, c'était presque une seule et même chose.

'La paura número uno' est tombée entre mes mains en pleine réclusion. J'ai trouvé dans le texte beaucoup d'images et de concomitances avec le moment que nous vivions : la peur de la fin du monde, les états d'alerte et d'exception, les enfermements, l'approvisionnement de milliers de rouleaux de papier toilette, les croyances de l'un ou l'autre.

GUILLERMO LÓPEZ/ATALAYAR - Luis d´Ors
GUILLERMO LÓPEZ/ATALAYAR - Luis d´Ors

Par hasard, j'ai appris que la mère de Pepe Viyuela était morte, et je l'ai appelé. Nous nous sommes souvenus que sa mère avait aimé une première pièce que nous avions jouée à la sortie de l'école d'art dramatique : Chiquilladas, et nous avons décidé que nous devions retravailler ensemble.  Mon attachement à Pepe en tant que personne et que plus grand de nos humoristes, ainsi qu'à sa famille, a fait le reste. Dans la distribution de La Paura, il y avait des rôles pour nous quatre, tout le clan, comme c'est merveilleux ! Tout allait bien, ils ont dit oui presque immédiatement. La pièce est produite par Vodevil SL, en collaboration avec Actores Chekhov et Rotor Media.

Le choix de cette proposition pour mon retour au théâtre a été le résultat d'un premier élan d'amour et, plus tard, le fruit d'une longue réflexion. Et oui, c'était enthousiaste !

© CHEMA CASTELLÓ
PHOTO/CHEMA CASTELLÓLa paura

Il parle de la famille Viyuela, mais quel casting. Il revient par la grande porte...

Voir la famille Viyuela, pour la première fois, se lancer dans cette aventure professionnelle, est passionnant. C'était émouvant de voir comment ils arrivaient ensemble, comment ils restaient pour charger la ferraille, comment ils se mettaient en quatre pour compiler les documents de l'entreprise, si exigeants ? Bref, tout cela suffit pour un autre livre. Il existe un film merveilleux, pas très connu, de James Ivory, intitulé Shakespeare and company, sur une famille d'acteurs anglais qui interprète Shakespeare dans l'Inde coloniale. Ces jours-ci, Tomás me rappelait ce film, en regardant les Viyuelas. Comme si cela ne suffisait pas, j'ai eu la chance de travailler avec les deux autres membres de la distribution : la grande Pepa Pedroche, l'une de nos dames de scène (je ne peux pas imaginer une meilleure Luisa) et Markos Marín, un autre acteur extraordinaire qui, en plus d'être proche des Viyuelas, a reçu la même formation que nous tous à l'École de Mar Navarro et à La Abadía. Bref, que demander de plus ! Un rêve.

© CHEMA CASTELLÓ
PHOTO/CHEMA CASTELLÓLa paura

Il dit qu'en lisant la pièce, il a trouvé une certaine similitude, malgré la distance et les circonstances, entre ce que De Filippo a écrit et ce que nous vivions. L'histoire se répète-t-elle ?

Les gens sont plus semblables que nous le pensons. Partout, à tout moment, l'essence de ce qui est humain est la même. Nous pouvons lire un roman russe du XIXe siècle, regarder un film afghan ou une peinture rupestre et nous reconnaître, être émus. Le même principe s'applique au théâtre : un acteur peut incarner différents personnages. En réalité, les identités dites diverses ne sont que circonstancielles. Le grand théâtre, celui des poètes dramatiques, Sophocle, Shakespeare, De Filippo..., est grand parce qu'il traite de l'humain, de l'immuable. Donc, pour répondre à votre question, oui, l'histoire se répète, bien sûr, mais pas de la même manière. Je demanderais aux pessimistes s'ils échangeraient l'époque actuelle contre toute autre époque du passé. Pas question ! Aussi difficile que cela puisse paraître, le présent est, en comparaison, plus supportable que la vie qui a frappé nos parents, sans parler de nos grands-parents ? De nombreux moments de La paura résonnent aujourd'hui ; le plus grand recul que nous avons aujourd'hui, Dieu merci, nous permet de les regarder différemment. Les exemples sont nombreux : la ruse des fake news avec laquelle l'oncle Arturo convainc Mateo de croire que la catastrophe est déjà arrivée et de se calmer... ; la passion d'accumuler des milliers d'articles inutiles en période d'incertitude... ; l'obsession de la sécurité, le désir d'échapper au danger, même si cela implique une plus grande souffrance, comme la privation de liberté...

© CHEMA CASTELLÓ
PHOTO/CHEMA CASTELLÓLa paura

Le désarroi, l'incertitude et la certitude de la pandémie qui a fait des millions de morts ont été vécus de multiples façons. Où est la limite entre le réel et l'imaginaire ?

Il y a une phrase dans La paura qui résume bien le sujet de la pièce, lorsque Mateo déclare : "Nous sommes ce que nous croyons". Au théâtre, nous parlons de "croire pour créer". Cela signifie que nous sommes les créateurs de notre réalité, responsables de la façon dont nous regardons cette réalité : c'est ainsi que nous regardons la vie, c'est ainsi que nous la vivons. Il y a la vérité "vous", il y a la vérité "mon", et il y a, bien sûr, "la" vérité. Mais seule la vie elle-même (Dieu pour les croyants) peut éclairer cette vérité. On pourrait dire que le thème de tout le théâtre édouardien est celui-ci. Elle ne définit jamais ce qui est vrai, et ce qui est imaginaire. Après tout, l'imagination fait partie de la vie, et elle a des conséquences évidentes sur la réalité, ne pensez-vous pas ?

Dans La paura, vous abordez un thème dramatique : la peur et ses conséquences dans la vie quotidienne, mais vous le remplissez de teintes qui cherchent à provoquer un sourire. Qu'est-ce que l'humour pour vous ?

Nous devons prendre de la distance pour regarder la vie. C'est ça l'art, regarder la vie. Dès que vous prenez de la distance, vous voyez plus clair. La distance par rapport à la douleur est ce qui vous permet de rire dans la comédie. J'ai vécu l'exemple le plus extrême dans une pièce sur la mort, intitulée Une minute trop tard. Le public était mort de rire.  Littéralement. De Fillipo, qui a vécu tout le XXe siècle, un siècle convulsif, est un expert de ce ton tragicomique. Il aborde toujours les choses les plus cruelles et les plus dures avec cette distance théâtrale et parvient à susciter le rire et un sourire tendre et compatissant. C'est un génie. Dans la pièce La paura, il y a un personnage qui est encore plus effrayant que Mateo, la Signora Luisa. Dans les mains d'un autre dramaturge, elle serait devenue odieuse. Eduardo est capable de nous faire adopter son point de vue, de la comprendre, malgré ses terribles erreurs...

© CHEMA CASTELLÓ
GUILLERMO LÓPEZ/ATALAYAR - Luis d´Ors

Dans ce sens, pensez-vous que le théâtre est une catharsis, que le sourire peut guérir ?

Le simple fait de se retrouver au même endroit et au même moment avec d'autres pour témoigner ensemble de ce regard sur la vie, c'est déjà une catharsis curative. Le théâtre, l'art en général, est essentiel à la vie. C'est pourquoi elle fait partie de notre culture depuis la nuit des temps ; c'est pourquoi elle sera toujours avec nous.

Vous faites un pari risqué avec un format inhabituel en Espagne pour votre mise en scène. Ce risque vous donne-t-il une certaine "paura" ? Dans quel sens implique-t-il davantage le spectateur ?

Tout grand acteur est un funambule : tous les six le sont. Ils ont grimpé sur la corde raide et non seulement ils ne sont pas tombés, mais ils ont commencé à faire des cabrioles. Les gens n'ont pas à savoir que lire et jouer la comédie est très difficile, qu'ils n'ont eu que 5 jours... À chaque répétition, je restais bouche bée devant ce qu'ils faisaient, accomplissant tout ce qui était établi, avec une humilité et une confiance typiques des grands, comme eux.  Les gens aiment voir les entrailles du théâtre, comment on peut se plonger dans une fiction et en même temps voir comment l'artefact est construit.

Avant que je ne vous souhaite "beaucoup de merde" (comme vous dites, vous les "comiques"), dites-moi pourquoi je devrais aller le voir ?

À l'époque de la compagnie Filippo, comme le disait Fellini, on allait au théâtre pour passer une soirée inoubliable. C'était une époque où les gens réservaient tout l'après-midi pour aller à la banquette : voir le De Filippo. Il y avait de nombreux acteurs, deux entractes, ils mangeaient, les spectateurs parlaient de leur vie et de la pièce... Aujourd'hui, nous sommes pleins de projets, avec de nombreux fronts ouverts, mais nous avons juste assez de temps. L'enfermement nous a appris à nous arrêter, à faire une pause et à respirer. En vieillissant, on se rend compte de la nécessité de s'arrêter et de prendre le temps d'être dans une solitude joyeuse, de méditer et de faire des choses libres, et l'art se situe dans ce territoire. Pour répondre à votre question, si vous voulez passer un bon moment, être ému, rire, réfléchir, partager un moment avec vos amis, alors venez le voir, car ce sera un cadeau pour votre âme.