PUBLICIDAD

Marruecos

L'Ukraine regagne Kharkov, mais perd Mariupol

L'évacuation des 265 derniers soldats ukrainiens piégés dans Azovstal semble laisser Mariupol sous contrôle russe. Pendant ce temps, Kiev reprend Kharkov et repousse les troupes du Kremlin à la frontière
atalayar-air-view-kharkov-war-russia-ukraine

RICARDO MORAES/REUTERS  -   Photographie de maisons détruites dans le village de Vilhivka au milieu de l'attaque de la Russie contre l'Ukraine, près de Kharkov

Trois mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les troupes de Kiev semblent encore tenir bon et garder espoir. Les efforts de l'armée ukrainienne ont été bien documentés ces dernières heures et, selon le dernier rapport de l'Institut pour l'étude de la guerre, le contingent russe qui occupe la ville de Kharkov, au nord-est du pays, a été repoussé presque jusqu'à la frontière, à quelque 40 kilomètres de la ville. 

"L'Ukraine semble avoir gagné la bataille de Kharkov. Les forces ukrainiennes ont réussi à éviter l'encerclement de la ville et ont ensuite chassé les soldats russes de toute la ville, comme ils l'ont fait à Kiev", explique le rapport, qui souligne également les différences entre les autres stratégies russes et leurs performances sur le front de Kharkov. Contrairement à ce qui s'est passé à Tchernobyl, à Kiev et à Soumy, Moscou a cette fois tenté de contenir l'avancée des troupes ukrainiennes vers le nord, en direction de la frontière russe, car cela pourrait constituer une menace pour des villes russes comme Belgorod. 

Cependant, malgré l'évacuation réussie de plus de 250 personnes dans la ville portuaire de Mariupol - piégées dans Azovstal depuis plus de deux semaines - le départ des dernières troupes ukrainiennes semble marquer la fin de la bataille dans la ville. La confrontation la plus longue et la plus sanglante entre les troupes russes et ukrainiennes depuis le début de la guerre a laissé des milliers de personnes condamnées à vivre dans des conditions infrahumaines pendant des mois. 

atalayar-mariupol-axovstal-aceria-ucrania-rusia-resistencia-guerra
REUTERS/CHINGIS KONDAROV - Des membres des troupes pro-russes, dont des combattants de l'unité des forces spéciales tchétchènes, se tiennent devant le bâtiment administratif détruit de l'usine sidérurgique Azovstal pendant le conflit entre l'Ukraine et la Russie dans la ville portuaire de Mariupol, dans le sud de l'Ukraine, le 20 avril 2022

L'accord conclu entre Kiev et Moscou pour l'évacuation des soldats ukrainiens piégés dans l'Azovstal s'est concrétisé lundi, permettant, selon les chiffres russes, d'évacuer 265 soldats, dont 51 grièvement blessés. 264 évacués et 52 blessés, selon les autorités ukrainiennes. "Tous ceux qui avaient besoin de soins médicaux ont été envoyés à l'hôpital de Novoazovsk", a déclaré le général de division Igor Konashenkov, bien que, selon le ministère russe de la Défense, ils l'aient fait en tant que "prisonniers de guerre". 

Alors que Vladimir Poutine a affirmé garantir que les prisonniers seraient traités conformément au "droit international", l'un des députés de la Douma russe, Leonid Slutski, a fait valoir que les combattants du bataillon Azov, auquel appartenaient de nombreux soldats piégés dans Azovstal, méritaient la peine de mort. "Les bêtes doivent être jugées. Encore plus, si leurs crimes monstrueux contre l'humanité sont prouvés. Je réitère ma proposition : une exception devrait être faite au moratoire sur l'application de la peine de mort en Russie", a posté M. Slutski sur son compte Telegram. 

atalayar-batallon-azov-ucrania-nacionalistas
AFP/EVGENIYA MAKSYMOVA - Des militaires du régiment "Azov" et de la Garde nationale ukrainienne (NGU) défilent dans la ville de Marioupol en juin 2019, alors qu'ils participent à une parade pour marquer le cinquième anniversaire de la libération de la ville des rebelles soutenus par la Russie

Le ministère de la justice du Kremlin a quant à lui demandé à la Cour suprême russe de déclarer le bataillon Azov "organisation terroriste", selon l'agence de presse IFX, tandis que Vyacheslav Volodin, membre de la délégation de négociation avec l'Ukraine, a déclaré que "les criminels nazis ne doivent pas être échangés". Toutefois, le vice-ministre ukrainien Irina Vereshchuk a annoncé que "lorsque leur état de santé se sera stabilisé, Kiev échangera des militaires ukrainiens contre des prisonniers de guerre russes".  

À ce stade du conflit, comme l'a affirmé Mike Martin, ancien officier britannique et professeur d'études sur la guerre au King's College de Londres, "un tournant est en train d'être atteint dans la guerre ukrainienne". "Depuis une semaine environ, nous avons vu les forces russes commencer à fermer leurs fronts dans l'est et le sud de l'Ukraine. En d'autres termes, ils passent de l'offensive à la défensive (et, inversement, les Ukrainiens sont passés de la défensive à l'offensive)", a tweeté M. Martin. 

Les combats en Ukraine se poursuivent alors que les efforts diplomatiques sont dans l'impasse, les responsables russes affirmant que les pourparlers de paix sont suspendus. Ceci a été confirmé par le gouvernement de Kiev. 

L'OTAN en hausse ?

Pendant ce temps, la scène internationale continue d'être secouée par l'annonce de l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN. Mardi, le Parlement finlandais Eduskunta a ratifié, à une large majorité (188 voix pour et 8 voix contre), la demande d'adhésion à l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord. Une décision qui, en plus de matérialiser la fin de près de 80 ans d'impartialité et de non-alignement, n'a pas été accueillie avec une réponse rapide. Moscou a expulsé deux diplomates finlandais du pays, rompant ainsi les relations diplomatiques avec Helsinki. 

atalayar-secretario-general-otan-jens-stoltenberg
AFP/JOHANNA GERON - Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN

Dans ce contexte, la position de la Turquie sur l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'organisation reste en suspens. L'annonce par le dirigeant ottoman Recep Tayyip Erdogan qu'il conditionnerait son vote à l'expulsion par les deux pays nordiques des militants persécutés par Ankara a suscité une réaction du secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg. "La Turquie est un allié précieux et toute préoccupation en matière de sécurité doit être traitée", a-t-il déclaré sur son profil Twitter officiel après des entretiens avec le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Çavusoglu.

"Je suis tout aussi optimiste que le secrétaire général de l'OTAN sur le fait que nous y parviendrons rapidement, avec le soutien de tous les pays", a convenu le chancelier allemand Olaf Scholz. "Nous avons déjà vu comment la Turquie agit ; dans la situation de conflit actuelle, elle a apporté de nombreuses contributions constructives. 

atalayar-pesidente-finlandia-primera-minsitra-suecia-otan
DPA/ LEHTIKUVA/MARKKU ULANDER - Sauli Niinisto, Président de la Finlande, et Magdalena Andersson, Premier ministre de la Suède, lors de leur conférence de presse commune

Ainsi, a déclaré la première ministre suédoise Magdalena Andersson lors d'une conférence de presse avec le président finlandais Sauli Niinistö, les deux pays demanderont officiellement leur adhésion à l'OTAN demain, mercredi, à Bruxelles. "C'est un message fort et un signal clair que nous faisons face à l'avenir ensemble", a déclaré M. Niinistö.