PUBLICIDAD

Marruecos

Manchester City-Real Madrid, un grand spectacle, et si tous les matchs étaient comme ça ?

Sept buts et il aurait pu y en avoir beaucoup plus ; cela fait des années qu'une demi-finale de la Ligue des champions n'a pas été aussi attrayante pour les spectateurs
L'attaquant français du Real Madrid, Karim Benzema, après avoir marqué un penalty et le troisième but de son équipe lors du match de football de demi-finale aller de la Ligue des champions de l'UEFA entre Manchester City et le Real Madrid au stade Etihad de Manchester, le 26 avril 2022.

AFP/PAUL ELLIS  -   L'attaquant français du Real Madrid, Karim Benzema, après avoir marqué un penalty et le troisième but de son équipe lors du match de football de demi-finale aller de la Ligue des champions de l'UEFA entre Manchester City et le Real Madrid au stade Etihad de Manchester, le 26 avril 2022.

Quatre buts à trois, tel est le résultat final en faveur du Manchester City de Pep Guardiola.

Le Real Madrid a joué un jeu très pauvre avec des éclats de bon jeu par moments. Karim Benzema est apparu une nouvelle fois pour les maintenir dans le match, pour sauver son équipe. Aussi cette foi, ou ADN comme certains disent, du Real Madrid.

Un spectacle de football total, sans interruption, sans controverse, sans spéculation et avec un généreux déferlement physique.

Les supporters de Manchester City ont apprécié le jeu de leur équipe, qui a frôlé la perfection, mais ils ont manqué de finition sur les nombreuses occasions qu'ils ont créées. Mais ils ont également souffert à chaque fois que Karim Benzema ou Vinicius récupéraient le ballon ou marquaient tout simplement des buts à partir de rien.

El centrocampista belga del Manchester City, Kevin De Bruyne, celebra tras marcar un gol durante el partido de fútbol de ida de las semifinales de la UEFA Champions League entre el Manchester City y el Real Madrid, en el Etihad Stadium, en Manchester, el 26 de abril de 2022
AFP/PAUL ELLIS - Le milieu de terrain belge de Manchester City, Kevin De Bruyne, célèbre après avoir marqué un but lors du match de football de la demi-finale aller de la Ligue des champions de l'UEFA entre Manchester City et le Real Madrid au stade Etihad de Manchester, le 26 avril 2022.

Les supporters du Real Madrid ont eu beaucoup de mal en début de match à voir leur équipe se faire dépasser par l'équipe de Guardiola. Et non seulement cela, mais cette supériorité s'est traduite par des buts, deux en dix minutes.

Et quelque chose de rare dans le football s'est produit. Tout d'abord, au lieu de se replier en défense et de conserver sa magnifique avance de deux buts et de partir en contre pour l'augmenter, mais sans prendre le moindre risque, City a continué à attaquer pour achever une équipe du Real Madrid très faible en défense et surclassée. Ils ont maintenu l'intensité et la pression pour marquer de plus en plus de buts. Il est également vrai que l'équipe de Guardiola ne sait pas jouer autrement qu'en attaque.

Et, deuxièmement, que l'équipe soumise, au lieu de se contenir et de se refermer derrière pour éviter d'encaisser plus de buts, est sortie de sa tanière avec rébellion et respect de soi. Il est également vrai que cela était prévisible avec Karim Benzema, Luka Modric et Vinicius. Surtout cette année, où l'équipe d'Ancelotti avait déjà été laissée pour morte à deux reprises et s'est relevée avec une vigueur extraordinaire.

El entrenador italiano del Real Madrid, Carlo Ancelotti, durante el partido de fútbol de ida de las semifinales de la Liga de Campeones de la UEFA entre el Manchester City y el Real Madrid, en el Etihad Stadium, en Manchester, el 26 de abril de 2022
AFP/OLI SCARFF - L'entraîneur italien du Real Madrid, Carlo Ancelotti, pendant le match de football de la demi-finale aller de la Ligue des champions de l'UEFA entre Manchester City et le Real Madrid au stade Etihad de Manchester, le 26 avril 2022.

Cette fois, le spectacle était au rendez-vous : le Real Madrid s'est relevé trois fois et City a continué à essayer jusqu'au coup de sifflet final.

Autre chose rare, il n'y a pas eu de controverse, pas de fautes, pas de pertes de temps, pas de violence.

Ce furent quatre-vingt-dix minutes de football extraordinaires où une équipe était supérieure dans le jeu et l'autre équipe a montré sa défiance et sa détermination à ne pas être éliminée dans ce premier match des play-offs.

Par moments, cela ressemblait à une copie du PSG-Real Madrid d'il y a quelques jours, où l'équipe française n'a pas su saisir ses chances à Paris, n'a pas profité d'une bonne première mi-temps au Bernabéu et a succombé à l'avalanche blanche dans la dernière demi-heure.

El entrenador español del Manchester City, Pep Guardiola, reacciona durante el partido de fútbol de ida de las semifinales de la Liga de Campeones de la UEFA entre el Manchester City y el Real Madrid, en el Etihad Stadium, en Manchester, el 26 de abril de 2022
AFP/OLI SCARFF - Le manager espagnol de Manchester City, Pep Guardiola, réagit pendant le match de football de la demi-finale aller de la Ligue des champions de l'UEFA entre Manchester City et le Real Madrid au stade Etihad de Manchester, le 26 avril 2022.

Nous devons remercier ces deux entraîneurs pour leur stratégie. Pour ne pas avoir spéculé à n'importe quel moment du match.

On s'y attendait de la part de Guardiola, et Ancelotti a joué une ligne d'attaque avec trois joueurs malgré l'absence de Casemiro, prenant un gros risque.

De Bruyne, Mahrez et Foden ont continuellement perturbé les joueurs madrilènes qui étaient désavantagés au milieu de terrain. Le milieu de terrain de Madrid était privé de Casemiro. Le Real Madrid n'a pas pu se connecter avec Vinicius, Benzema et Rodrygo à cause de la pression étouffante de l'équipe de Guardiola, intelligemment dirigée vers le flanc de Mendy qui a été surclassé à tout moment par le niveau d'un match dans lequel il était clairement le joueur avec le moins de qualité des 22.

Il est incompréhensible que ce joueur soit dans une équipe du Real Madrid qui est en demi-finale de la Ligue des champions. Si l'on ajoute à cela les échecs incompréhensibles d'un Militao inconnu et d'un Alaba clairement blessé, cela aurait pu être une grande débâcle. Seul Carvajal était à un haut niveau, heureusement que le latéral madrilène est de retour à son meilleur niveau. Nacho était aussi bon que d'habitude.

L'approche offensive d'Ancelotti n'a pas non plus aidé la défense, qui a passé un très mauvais moment.

Riyad Mahrez del Manchester City
REUTERS/JASON CAIRNDUFF - Riyad Mahrez (Manchester City)

Modric a été à la hauteur de la tâche, laissant des détails de qualité d'un supercrack et Valverde a montré qu'il peut être un titulaire dans cette équipe sans aucun doute. Toni Kroos est celui qui a beaucoup chuté. Sans Casemiro, il était rapidement épuisé et la chose la plus logique à faire, et ce que tous les madridistas pensaient, était que Camavinga entre en jeu à la place de l'Allemand et non du Croate.

Devant, Vinicius et Rodrygo n'ont pas pu aider le milieu de terrain à garder le ballon. Le ballon ne venait pas à eux, mais ils devaient le chercher et l'offrir. Benzema était extrêmement bien couvert.

Malgré cela, Rodrygo a tout donné, Vinicius a marqué un superbe but et que dire de Benzema qui fait clairement la différence. Personne ne doute que le Français est actuellement le meilleur joueur du monde.

City est une super équipe. Là où tout le monde travaille dur et où se distingue la qualité de Kevin De Bruyne, qui est actuellement le seul, avec Kylian Mbappé, à pouvoir faire de l'ombre à Karim Benzema pour être le meilleur.

El delantero brasileño del Real Madrid Vinicius Junior controla el balón durante el partido de fútbol de ida de las semifinales de la UEFA Champions League entre el Manchester City y el Real Madrid, en el Etihad Stadium, en Manchester, el 26 de abril de 2022
AFP/PAUL ELLIS - L'attaquant brésilien du Real Madrid, Vinicius Junior, contrôle le ballon lors du match aller de la demi-finale de la Ligue des champions de l'UEFA entre Manchester City et le Real Madrid, au stade Etihad de Manchester, le 26 avril 2022.

Mahrez a également fait un grand match, tout comme Gabriel Jesus, un cauchemar constant pour Alaba et Militao. Mahrez a eu la tâche facile sur le flanc de Mendy. Bernardo Silva a marqué un superbe but lorsque les défenseurs des Blancs ont été stoppés par une faute de Toni Kroos qui montrait son épuisement et que l'arbitre a judicieusement laissé se poursuivre. L'arbitre en Europe n'est pas un protagoniste comme il l'est dans la ligue espagnole et il est clair quand les mains doivent être sifflées, comme celle de Laporte.

En défense, City n'a pas été bon. Madrid a profité d'une faiblesse de l'équipe anglaise, dans ce cas sous la forme d'une blessure de Stones, en mettant une rustine sur une autre rustine, Fernandinho au poste d'arrière latéral, parce qu'ils n'avaient personne d'autre pour Vinicius pour courir le long du terrain anglais et marquer un but parfait dans son exécution. 

En bref : un spectacle footballistique dont on se souviendra longtemps. Les meilleurs pour les spectateurs ont été les deux entraîneurs, Pep Guardiola et Carlo Ancelotti, qui ont joué un jeu ouvert permettant aux joueurs de montrer leur qualité et parfois leurs défauts.

Un hommage au fair-play, au spectacle et au bon arbitrage.

Le match retour le mercredi 4 mai au Bernabeu, avec la foule qui encourage les joueurs à leur arrivée au stade à 19h00 et le match à 21h00 où je crains que Pep ne joue une fois de plus un jeu offensif et que Madrid n'ait pas d'autre choix que d'attaquer pour gagner le match. Il leur faut un but pour faire match nul et deux pour atteindre la finale.

Si tous les matchs étaient comme ça, nous ne saurions pas à quel point ce sport suscite la passion.