PUBLICIDAD

Iberdrola

Mariupol subit une nouvelle nuit de bombardements violents

Les autorités ukrainiennes ont signalé le bombardement d'une école d'art où se trouvaient plusieurs personnes. Le président ukrainien a condamné les attaques et les a qualifiées de "crimes de guerre"
Une femme se tient près d'un immeuble d'appartements, qui a été détruit pendant le conflit entre l'Ukraine et la Russie, dans la ville portuaire assiégée de Mariupol, dans le sud de l'Ukraine, le 17 mars 2022

REUTERS/ALEXANDER ERMOCHENKO  -   Une femme se tient près d'un immeuble d'appartements, qui a été détruit pendant le conflit entre l'Ukraine et la Russie, dans la ville portuaire assiégée de Mariupol, dans le sud de l'Ukraine, le 17 mars 2022

La ville de Mariupol a connu une nouvelle nuit de bombardements intensifs. Les autorités locales ont dénoncé le bombardement d'une école d'art où quelque 400 personnes étaient réfugiées. Aucune victime n'a été signalée jusqu'à présent. Cependant, le gouvernement local a déclaré que le bâtiment avait été détruit, et que des personnes étaient très probablement coincées sous les décombres. 

Plus tôt samedi, les troupes russes sont entrées dans la ville portuaire de Mariupol, assiégée et détruite. C'est sur ce territoire que se déroulent de violents combats au corps à corps. La plupart d'entre elles ont eu lieu dans une aciérie, selon les autorités locales. 

L'avancée des troupes russes à Mariupol s'accentue, et la perte de cette ville serait une perte majeure pour l'Ukraine. Hier, les forces d'invasion ont réussi à isoler la ville sur la mer d'Azov, et sa chute signifierait l'union de la Crimée avec les territoires séparatistes de la région du Dombass. Ce serait une victoire majeure pour la Russie, qui a déjà abandonné l'espoir d'une invasion rapide. 

AFP PHOTO/UKRAINIAN PRESIDENCY PRESS OFFICE  -  El presidente Volodymyr Zelensky denunció el 8 de marzo de 2022 lo que calificó de "promesas" incumplidas por parte de Occidente de proteger a Ucrania de los ataques rusos. "Llevamos 13 días escuchando promesas, 13 días en los que nos han dicho que nos ayudarán en el aire, que habrá aviones, que nos los entregarán", dijo Zelensky en un vídeo difundido en Telegram
AFP PHOTO/UKRAINIAN PRESIDENCY PRESS OFFICE  -  Le président Volodymyr Zelensky a dénoncé le 8 mars 2022 ce qu'il a appelé les "promesses" non tenues par l'Occident de protéger l'Ukraine des attaques russes. "Cela fait 13 jours que nous écoutons des promesses, 13 jours qu'on nous dit qu'ils vont nous aider dans les airs, qu'il y aura des avions, qu'ils vont nous les livrer", a déclaré Zelensky dans une vidéo diffusée sur Telegram

Oleksiy Arestovych, conseiller du président ukrainien Volodymir Zelensky, a décrit la situation dans la ville portuaire comme étant compliquée, les combattants ukrainiens devant faire face à "la force écrasante de l'ennemi". M. Arestovych a également indiqué qu'il n'y a actuellement aucune "solution militaire pour Mariupol"

Selon plusieurs rapports, les troupes russes ont arrêté plusieurs bus se rendant à Mariupol pour évacuer les résidents vers d'autres endroits proches de la ville, a rapporté The Kyiv Independent sur les médias sociaux. Les autorités locales ont accusé Moscou de déplacer de force les résidents

Suite à la situation dans la ville de Mariupol, Zelensky s'est à nouveau adressé à la population aux premières heures du dimanche matin. Au cours de son discours, il a qualifié les actes commis par les troupes russes de "crimes de guerre", et a déclaré que ce sera une "terreur dont on se souviendra pendant des siècles"

Bien qu'il ait condamné la situation à Marioupol, le président ukrainien a continué à insister sur la nécessité d'engager des pourparlers de paix sincères avec Moscou, même s'ils ne sont "ni faciles ni agréables". 

Par ailleurs, M. Zelensky a également indiqué que plus de 6 600 Ukrainiens ont été évacués samedi des villes assiégées par les troupes russes, grâce à l'ouverture de huit nouveaux corridors humanitaires.  

Le président ukrainien a signé dimanche un décret visant à unifier toutes les chaînes de télévision nationales sur une seule plateforme. Zelensky a justifié cette décision en invoquant la nécessité d'une "politique d'information unifiée" sous la loi martiale.  

Deuxième attaque de missiles hypersoniques 

Le ministère russe de la défense a indiqué que les troupes russes ont à nouveau utilisé des missiles hypersoniques en Ukraine. Selon lui, les missiles ont été utilisés pour détruire un "grand site de stockage de carburant et de lubrifiants des forces armées ukrainiennes". L'entrepôt détruit était situé près de Kostyantynivka, dans la région de Mykolaiv. 

Le Kh-47M2 Kinzhal est un missile balistique à lanceur aérien. Elles font partie d'une série d'armes introduites en 2018. Le nom Kinzhal signifie "poignard", et a été décrit par Poutine comme "l'arme parfaite", capable de dépasser dix fois la vitesse du son. 

La Chine du "bon côté de l'histoire". 

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré lors d'une conférence de presse samedi que l'on se souviendra de la Chine pour avoir été du "bon côté de l'histoire" dans ce conflit, et que sa position est "conforme au désir de la plupart des pays". 

Il a également déclaré que le pays asiatique "n'acceptera aucune coercition ou pression extérieure et s'oppose à toute accusation infondée et suspecte contre la Chine". Wang a également souligné que le pays avait toujours "défendu le maintien de la paix et l'opposition à la guerre". 

Wang a conclu son discours en déclarant que "la position de la Chine est objective et juste, et correspond aux souhaits de la plupart des pays. Le temps montrera que les affirmations de la Chine sont du bon côté de l'histoire"

L'Australie interdit les exportations d'aluminium vers la Russie 
PHOTO/AFP - Scott Morrison, primer ministro de Australia
PHOTO/AFP - Scott Morrison, premier ministre australien

L'Australie a imposé dimanche une interdiction immédiate des exportations d'aluminium et de minerai d'aluminium vers la Russie, a déclaré le gouvernement australien. Cette nouvelle sanction a pour but d'empêcher la capacité de production d'armes de la Russie.  

Le gouvernement a déclaré lors d'un briefing ministériel conjoint avec le Premier ministre Scott Morrison que "la Russie dépend de l'Australie pour près de 20 % de ses besoins en matière de production d'armes". Il a également été mentionné dans le communiqué qu'ils travailleraient "en étroite collaboration avec les exportateurs et les organismes clés qui seront touchés par l'interdiction afin de trouver de nouveaux marchés et de développer les marchés existants"