PUBLICIDAD

Marruecos

Muriel Feiner : une grande porte pour une Madrilène de New York

L'auteure révèle les secrets du Barrio de las Letras
muriel feiner

 -  

Il n'est pas clair si c'est la faute d'Hemingway - comme pour tant d'autres choses - ou si c'est elle qui s'est mise dans le pétrin. Ce qui est certain, c'est qu'une jeune étudiante new-yorkaise s'est rendue un jour à Las Ventas, en cette période de changement et d'aventure de 1966, et est tombée amoureuse, dans cet ordre, selon elle, de "la tauromachie, de Madrid et de l'homme qui allait devenir son mari, un torero espagnol".  C'est ainsi qu'a commencé l'aventure espagnole de la journaliste et photographe Muriel Feiner, qui culmine pour l'instant avec la publication d'un livre qui combine sa mémoire personnelle et celle de sa ville d'élection, avec de bonnes touches de flamenco et de vie taurine.

Si quelqu'un a parcouru plus d'arènes qu'Hemingway poursuivant Dominguín, c'est bien Muriel, caméra au poing, observant les meilleures corridas, après-midi de gloire ou de tragédie, brisant les lances pour un art aujourd'hui en danger.  Elle était une pionnière. Lorsqu'elle est apparue dans les arènes dans les années soixante, elle n'a pas réussi à entrer dans une peña de tauromachie... parce qu'elle était une femme ! 

cultura muriel feiner

Avec le courage des professionnels et son sourire unique, elle est allée de l'avant et a fondé le Club international de tauromachie de Madrid, qui nous a offert plus d'après-midi de gloire qu'elle n'aurait jamais pu l'imaginer. Aujourd'hui, elle est l'un des membres les plus reconnus de la caravane taurine qui parcourt l'Espagne.

L'écrivaine nord-américaine installée dans la capitale en est à son dixième livre, généralement lié à la tauromachie ; mais ce dernier a pour protagoniste principal son Madrid d'adoption et en particulier son cher Barrio de las Letras, où les traditions les plus enracinées survivent dans la gastronomie, le flamenco, les théâtres et les cafés, les boutiques centenaires et les demeures aux souvenirs littéraires.

En près de quatre cents pages, Muriel nous raconte des histoires vivantes du Madrid le plus classique, avec des anecdotes savoureuses sur Pedro Chicote ou la Casa Ciriaco, sur les artistes d'Hollywood qui se perdaient dans les madriles ou sur les toreros et les fanatiques qui hantaient l'Hôtel Victoria. Quiconque veut sentir Madrid au plus profond, sentir vivre les personnages qui l'ont peuplée et lui ont donné de la saveur, sera récompensé par la lecture de ces pages, légères comme un capotazo, sérieuses comme la meilleure faena et qui se terminent par une véritable sortie par la grande porte de la mémoire et de la littérature des villes. 

cultura muriel feiner

Journaliste de métier, impliquée dans le conseil d'administration de l'International Press Club, Muriel Feiner est une journaliste de premier ordre, caméra au poing, au pied des arènes. Elle a tout fait dans ce métier et se consacre maintenant au livre qu'elle a écrit avec la curiosité et la méticulosité de l'éternel visiteur d'une ville qu'elle a fait sienne.

Ce grand Madrid que Muriel récupère pour nous, avec des histoires et des descriptions des rues historiques, est le plus authentique et celui qui donne sa propre identité à une ville dont les portes sont toujours ouvertes. Muriel, torera !

"Mon Barrio de las Letras. Avec un clin d'œil à la tauromachie et au flamenco".
Editorial Temple. Madrid. 2022