PUBLICIDAD

Iberdrola

Nabih Berri, symbole du partage sectaire du pouvoir au Liban

Le président du parlement libanais est réélu pour la septième fois et prolongera son mandat de 30 ans
Nabih Berri Nasrallah

AFP/LOUAI BESHARA  -   Panneaux d'affichage représentant les dirigeants des groupes chiites du Liban, Amal, le président du Parlement Nabih Berri (à gauche) et Hassan Nasrallah, à Beyrouth, le 14 mai 2022, à l'approche des élections législatives

Avec la majorité la plus étroite depuis son entrée en fonction, Nabih Berri a conservé pour la septième fois la présidence du Parlement libanais avec le soutien de 65 des 128 députés élus lors des élections législatives du 15 mai, un poste qu'il occupe sans interruption depuis trois décennies et qui, selon la répartition sectaire des institutions issues des cendres de la guerre civile, est réservé à un musulman chiite.

Le leader octogénaire du Mouvement Amal a succédé en 1992 à l'ancien président du Parlement, Hussein el-Husseini, qui était le négociateur de l'accord de Taëf (Arabie Saoudite) qui a mis fin au conflit fratricide commencé en 1975. Depuis lors, Berri a joué un rôle décisif sur l'échiquier politique libanais, en tenant le château de cartes du système comme contrepoids aux différentes confessions et forces politiques.

Sa réélection tant attendue s'est concrétisée dans les délais légaux après avoir obtenu la moitié plus un des votes favorables lors d'une session chaotique qui a débuté par une controverse après que M. Berri se soit abstenu de lire les bulletins de vote des législateurs, qui contenaient des accusations sévères contre lui et la coalition parlementaire qui a soutenu sa nomination comme étant les principaux responsables de la crise profonde que traverse le Liban.

Nabih Berri
AFP/ANWAR AMRO  -   Le président du parlement libanais, Nabih Berri, préside la première session de l'assemblée nouvellement élue au siège de la capitale, Beyrouth, le 31 mai 2022

Fils d'une famille de commerçants, Berri est né en 1938 en Sierra Leone, où ses parents ont émigré pour laisser derrière eux la précarité du Liban. De retour dans la nation méditerranéenne, le président de longue date du Parlement a obtenu un diplôme de droit à l'université libanaise et a complété ses études à la Sorbonne avant de pratiquer le droit et de travailler dans la magistrature. Des états de service qui l'ont rapidement attiré vers le monde de la politique.

Ce n'est qu'après avoir rencontré le charismatique Moussa al-Sadr, le religieux chiite et fondateur du Mouvement des démunis, une organisation qui fournit des services sociaux à la communauté chiite marginalisée du Liban et qui deviendra le Mouvement Amal, que Berri s'est lancé dans la politique. Amal, qui signifie "travail", a repris les rangs de la gauche chiite et a placé la religion au centre de sa doctrine. Aujourd'hui, Amal partage l'espace avec la milice chiite du Hezbollah, une organisation affiliée à l'Iran qui a créé un État parallèle au Liban avec lequel elle n'a pas toujours entretenu de bonnes relations.

Berri a pris la tête du Mouvement en 1980, en pleine guerre civile, dans le cadre des conflits sectaires qui ont réduit le Liban en cendres. Il ne faisait de discrimination contre personne et combattait tout le monde, y compris le Hezbollah, connu sous le nom de "Parti de Dieu". Le président réélu a ensuite pris la tête des milices, s'imposant comme l'un des plus importants chefs de guerre du pays. 

Après la fin de la guerre civile, Amal a fait la paix avec le Hezbollah, établissant une relation de convenance qui a duré jusqu'à aujourd'hui. Tous deux ont tissé des réseaux clientélistes dans le sud du pays qui leur ont permis de compter sur un large réservoir de voix ; cependant, lors des dernières élections législatives, ils ont commencé à montrer des signes d'usure suite à des années de corruption et de mauvaise gouvernance. La situation économique ne s'améliore pas non plus, et cette lassitude s'est manifestée dans les urnes.

"Bien que sa stratégie politique ait longtemps été présentée comme reposant sur le soutien aux communautés et le soutien à la classe ouvrière, dans la pratique, il n'a pas tenu ses promesses", explique l'économiste libanais de The Policy Initiative, un centre de recherche basé à Beyrouth, et le chercheur non-résident de l'Institut Tahrir pour la politique du Moyen-Orient, Hussein Cheaito. "Il a atteint beaucoup de richesse et de pouvoir en peu de temps, alors que sa circonscription est embourbée dans la pauvreté et l'inégalité économique."

Nabih Berri
REUTERS/AZIZ TAHER  -   Des membres de la police libanaise célèbrent la réélection de Nabih Berri au poste de président du parlement à Beyrouth, au Liban, le 31 mai 2022

Le bloc chiite comprenant Amal et le Hezbollah a perdu la majorité parlementaire qu'il détenait avant les élections législatives de mai. Ensemble, ils détiennent 27 des 128 sièges. La faute en revient en partie à leur "numéro deux", Ali Hassan Khalil, qui a occupé le poste de ministre des Finances entre 2014 et 2020 et a été désigné comme l'un des principaux responsables de l'effondrement économique. En tout cas, ce bagage n'empêchera pas les dirigeants de conserver leur part de pouvoir dans l'architecture institutionnelle libanaise.

"Berri est également un protecteur du système financier libanais", affirme Cheaito. "En faisant des compromis et en permettant une économie de la dette, Berri, ainsi que la classe politique libanaise, ont conduit l'économie à sa perte." "Enfin, le parti de Berri, le Mouvement Amal, est un gardien essentiel de la justice socio-économique. Ils sont restés complètement silencieux et ont participé au blocage des enquêtes sur l'explosion de Beyrouth", ajoute l'économiste libanais à propos de l'explosion meurtrière qui a eu lieu dans le port de la capitale le 4 août 2020 et dont personne n'a endossé la responsabilité.

La répartition sectaire du pouvoir, où un chrétien maronite est à la tête de l'État, un musulman sunnite à la tête du gouvernement et un musulman chiite à la présidence du parlement, n'a pas changé malgré les demandes incessantes des nouvelles générations. En raison de l'immobilisme et de la crise économique, une révolution a éclaté en 2019, et ses leaders ont fait irruption sur la scène politique. Pour la première fois dans l'histoire, le mouvement a réussi à obtenir 13 députés. Le défi consiste maintenant à affronter la domination chiite.

"Le modèle économique de la guerre civile de 1975 à 1990 avait été fondé sur le soutien matériel et politique d'acteurs extérieurs qui utilisaient le Liban comme une arène pour contester l'équilibre régional des pouvoirs", a déclaré Heiko Wimmen, analyste à l'International Crisis Group, dans sa dernière analyse.

Nabih Berri
REUTERS/AZIZ TAHER  -   Président du Parlement libanais Nabih Berri

Berri restera à la présidence du parlement jusqu'à ce que le temps ou le déblocage de la paralysie institutionnelle le décide. Considéré comme la quintessence du système, le leader chiite a un profil qui le rend pratiquement intouchable. Il est, en somme, une figure utile pour le Hezbollah en raison de sa nature conciliante, qui lui permet d'agir comme un interlocuteur valable auprès de l'Arabie saoudite, de la France et des États-Unis.

Mais Cheaito souligne que "la réélection de Berri, en période de crise économique et bancaire, et au lendemain de l'explosion de Beyrouth, marque le début d'une période très sombre et morose pour le Liban. Sa réélection est un symptôme de la force et de la résilience du régime libanais contre vents et marées".

Depuis avant l'explosion du port de Beyrouth en 2020, le Liban est en proie à une crise sans précédent à tous les niveaux. Le pays méditerranéen est un État défaillant qui a besoin de stabilité pour négocier une aide avec le Fonds monétaire international (FMI). Le FMI veut voir un gouvernement fonctionnel en place, capable de mener à bien les réformes.

L'actuel premier ministre, Nayib Mikati, pourrait prolonger son mandat. Mais avant cela, une série de négociations politiques est attendue. Ce qui est certain, c'est que Berri présidera pour la septième fois un parlement atomisé et enclin à l'impasse institutionnelle. Une impasse qui se répétera avant les élections pour remplacer le président Michel Aoun prévues pour la fin de l'année.