PUBLICIDAD

Iberdrola

Núñez Feijóo souligne la valeur des relations avec le Maroc et rencontre le Premier ministre Aziz Akhannouch

Le chef de l'opposition parlementaire espagnole a souligné que le soutien officiel donné à la proposition marocaine sur le Sahara aurait dû se faire d'une autre manière avec un plus grand consensus
Aziz Akhannouch et Alberto Núñez Feijóo

 -   Aziz Akhannouch et Alberto Núñez Feijóo

Alberto Núñez Feijóo, leader du Parti Populaire, a rencontré à Rotterdam (Pays-Bas) le Premier ministre du Maroc, Aziz Akhannouch, montrant l'importance que le principal parti d'opposition espagnol attache à son voisin et partenaire nord-africain. 

Lors de cette rencontre bilatérale, qui s'est tenue en marge du Congrès du Parti populaire européen, Núñez Feijóo a montré la volonté de son parti politique de prendre en compte le royaume alaouite en tant que partenaire et allié fiable, en lui accordant une grande importance. Il est clair que le Maroc est une priorité de politique étrangère pour le PP avec cette réunion, qui intervient peu après que le politicien galicien ait pris la tête du principal parti d'opposition espagnol. 

L'une des questions importantes qu'Alberto Núñez Feijóo a voulu mettre en avant au cours de cette brève réunion était le Sahara occidental. Sur ce point, le leader populaire a déjà fait savoir qu'il souhaite que Rabat connaisse de première main la position de son parti politique concernant le Sahara, qui s'inscrit dans le cadre des résolutions de l'Organisation des Nations unies (ONU) et qui cherche un plus grand consensus en Espagne que celui obtenu avec l'initiative promue par Pedro Sánchez, Président du gouvernement, qui a envoyé une lettre au roi Mohammed VI dans laquelle il donne le soutien de son exécutif à la proposition marocaine de large autonomie pour le territoire sahraoui sous la souveraineté du royaume alaouite. Le Maroc a toujours défendu cette initiative tout en respectant les postulats des Nations Unies. 

"Le problème du Sahara ne peut être résolu avec une charte clandestine. Le problème du Sahara doit être mis en lumière, avec des sténographes, de la transparence et des accords internationaux. C'est exactement le contraire de ce que le gouvernement a fait. La clandestinité pour résoudre un problème international ne fait que provoquer plus de problèmes, plus de tensions, plus d'incertitude et moins de responsabilité envers le peuple sahraoui, envers le Maroc et envers les Nations unies", a déclaré Alberto Núñez-Feijóo dans des propos rapportés par le journal El Mundo. 

"Je suis convaincu que le Premier ministre marocain me comprendra, car l'important entre deux pays est qu'il n'y ait pas de tromperie, pas de déloyauté et pas de lettres clandestines. Nous allons le faire clairement et à la lumière du jour. Et au Congrès des députés", a assuré le chef de l'opposition.

Il a également déclaré que l'important dans la résolution du conflit au Sahara est que "le Maroc se sente à l'aise". Bien que les déclarations de Núñez Feijóo n'aient pas permis d'établir clairement la position officielle de son parti politique concernant le soutien à la formule autonome présentée par le Maroc, qui a l'approbation du gouvernement de Pedro Sánchez. 

Dans ce cas, Núñez Feijóo s'est opposé à l'action du gouvernement espagnol qui, selon lui, est unilatérale, sans avoir compté sur le reste des groupes politiques du parlement national, sans toutefois critiquer le fond de la question en principe. Il convient de rappeler que la proposition marocaine d'une large autonomie pour le Sahara occidental sous la souveraineté du royaume alaouite a récemment reçu un soutien important de nombreuses puissances telles que les États-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni et, plus récemment, l'Espagne, et bénéficie d'un consensus international considérable. 

El rey Mohamed VI recibe en el Palacio Real al presidente del Gobierno, Pedro Sánchez
PHOTO/LA MONCLOA - Le roi Mohammed VI reçoit le Premier ministre Pedro Sánchez au Palais royal

À ce plan s'oppose le référendum sur l'indépendance de la population sahraouie prôné par le Front Polisario, qui bénéficie de peu de soutien par rapport au Maroc, y compris en Algérie, le grand rival politique du royaume alaouite en Afrique du Nord. 

En ce qui concerne le Front Polisario, Núñez Feijóo a tenu à préciser que sa position sera toujours celle de la transparence envers le Maroc, contrairement à ce qui s'est passé lorsque le leader du Polisario, Brahim Ghali, a été reçu sur le territoire espagnol en avril de l'année dernière sans que le gouvernement espagnol ne donne aucune explication au pays nord-africai. Cela a généré une crise diplomatique majeure avec le Maroc qui a donné lieu à des épisodes qui ont encore accru la tension, comme l'entrée de milliers d'immigrants irréguliers par la frontière de Ceuta ou le retrait de l'ambassadrice marocaine de Madrid. 

Sous-jacent à tout cela, il y avait aussi le problème que le Maroc manquait de soutien officiel espagnol pour sa proposition sur le Sahara occidental. Cette décision a été prise à la suite de la dernière lettre du Président du gouvernement espagnol Pedro Sánchez au Roi du Maroc, Mohammed VI, dans laquelle il reconnaît la formule marocaine sur le territoire sahraoui comme "la plus sérieuse, crédible et réaliste" pour mettre fin à plus de quatre décennies de conflit dans la région. 

Ensuite, il y a eu la réception officielle de Pedro Sánchez par Mohammed VI à Rabat en plein ramadan, comme une grande démonstration de rapprochement et d'amitié, et d'autres gestes de coopération comme le retour de l'ambassadeur du Maroc en Espagne et la réouverture des frontières terrestres aux points de passage de Ceuta et Melilla, que le royaume alaouite avait fermés il y a deux ans en raison de la pandémie de coronavirus.