Optimisme pour la reprise des négociations nucléaires malgré les exigences iraniennes

Téhéran fait preuve de peu de souplesse dans ce qui pourrait faire partie de sa stratégie initiale pour le retrait des sanctions américaines
negociaciones-viena-acuerdo-nuclear

 -  

Après cinq mois d'attente, la seule nouvelle de la reprise des négociations nucléaires avec l'Iran est un bon signe. L'une des inconnues entourant ce nouveau cycle de négociations à Vienne est la position du régime iranien après le changement de gouvernement, désormais dirigé par Ebrahim Raisi. Les premiers signes ne sont pas aussi positifs que possible, du moins du côté de l'Iran. Toutefois, les représentants de l'UE considèrent cette première position dure comme une stratégie visant à contraindre les États-Unis à lever les sanctions imposées ces dernières années.

presidente-ebrahim-raisi
AFP/ ATTA KENARE - Le président élu de l'Iran, Ebrahim Raisi, tient sa première conférence de presse dans la capitale Téhéran, le 21 juin 2021.

Les négociations qui ont eu lieu d'avril à juin dans la capitale autrichienne elle-même n'ont pas été aussi productives que les pays occidentaux l'auraient souhaité. En effet, pour la partie iranienne, ces discussions n'étaient rien de plus qu'un "projet", n'ayant guère plus de valeur qu'une feuille de papier vierge. " Les projets sont soumis à la négociation. Par conséquent, rien n'est convenu tant que tout n'est pas convenu", a déclaré Ali Bagheri, le négociateur en chef de l'Iran, à la télévision d'État iranienne.

Quelques semaines avant de reprendre les discussions avec le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et la Chine, Téhéran a été clair quant à ses aspirations. Ils n'avaient pas d'autre intention que de mettre fin aux sanctions imposées par l'administration Trump. Les Américains seront présents à Vienne, mais ils ne seront pas à la même table que les Iraniens. Washington a répété à de nombreuses reprises que la levée des sanctions nécessite un retour au plan d'action global conjoint (JCPOA), abandonné en 2018 avec Donald Trump à la Maison Blanche, et auquel ils seraient prêts à revenir si l'Iran cesse d'enrichir de l'uranium et respecte les règles fixées par l'accord signé en 2015.

conversaciones-nucleares-iran
WANA/MAJID ASGARIPOUR - Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (G) rencontre le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Rafael Grossi (D) à Téhéran, en Iran, le 21 février 2021.
Le difficile retour du JCPOA

Il n'aura fallu que trois ans après la signature de l'accord nucléaire pour que Donald Trump l'abandonne unilatéralement, entraînant une violation systématique des sanctions par Téhéran. De nombreuses raisons expliquent pourquoi un retour au JCPOA signé en 2015 est très compliqué, mais il y en a deux qui sont susceptibles de faire la différence dans les discussions qui se déroulent à Vienne.

rafael-grossi-mohamad-eslami
PHOTO/ WANA via REUTERS - Le directeur de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Mohammad Eslami, et le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, assistent à une conférence de presse à Téhéran, en Iran, le 12 septembre 2021.

La première est que l'Iran n'a pas l'intention de cesser d'enrichir et de stocker de l'uranium de haute pureté tant que les États-Unis ne lèvent pas leurs sanctions. Les Iraniens, désormais dirigés par Ebrahim Raisi, utilisent la sortie soudaine de Washington de l'accord comme prétexte pour contourner les règles convenues il y a six ans. Et, sans surprise, l'administration Biden ne lèvera pas les sanctions tant que l'Iran ne cessera pas d'enrichir de l'uranium, ce qui, au vu de la stratégie initiale de Téhéran lundi, semble presque impossible. En d'autres termes, les deux veulent que l'autre fasse le premier pas. Il n'y a donc pas grand-chose à faire.

Et la deuxième raison, sans doute plus saillante que la première, est que le plan nucléaire de l'Iran est bien plus avancé qu'il ne l'était en 2015. Le JCPOA a fixé à 3,67 % la limite de pureté à laquelle l'uranium peut être enrichi. Eh bien, l'Iran - selon les données de l'Agence internationale de l'énergie atomique - a enrichi de l'uranium plus de 16 fois plus pur que ce qui était autorisé par l'accord, atteignant 60%. De nombreux dirigeants internationaux mettent en garde contre le risque toujours plus grand que l'Iran parvienne à produire des armes nucléaires - il faut environ 90 % pour y parvenir -, une autre raison pour laquelle l'horloge tourne en faveur du régime Raisi.

iran-instalaciones-nucleares
AFP - Carte de l'Iran montrant les principales installations nucléaires
Optimisme européen et fermeté américaine

La complexité des pourparlers avec les Iraniens est clairement à son comble, mais l'objectif reste de parvenir à un nouvel accord qui garantisse la sécurité nucléaire de la communauté internationale. Le diplomate européen Enrique Mora s'est dit confiant "que nous pouvons faire des choses importantes dans les semaines à venir". Il a même affirmé que les Iraniens ont accepté de s'appuyer sur les six cycles de négociations conclus en juin et que les envoyés de Raisi ont fait preuve de "nouvelles sensibilités politiques". Il considère comme une évolution positive le fait que tous les pays concernés soient venus à Vienne et pense pouvoir quitter la capitale autrichienne avec, si ce n'est un nouvel accord solide, certaines restrictions pour contraindre le régime iranien.

Cependant, tout en étant dans le même camp, les États-Unis préfèrent garder leurs distances et être forts face aux demandes iraniennes. La porte-parole du département d'État américain, Jalina Porter, ne partage pas le point de vue optimiste de Mora, affirmant que "depuis le début, l'administration du [président Joe] Biden a fait preuve de cohérence, et nous avons également été sincères et résolus à suivre la voie de la diplomatie". Elle ajoute que la meilleure option pour toutes les parties est "un retour mutuel au respect de l'accord", qui pourrait "limiter le programme nucléaire de l'Iran".

hossein-amirabollahian
AP PHOTO/MISHA JAPARIDZE - Le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amirabollahian

Cette idée n'est pas partagée par son proche allié Israël, qui désavoue tout pourparler ou accord avec le régime de Téhéran. En effet, des sources affirment que les responsables israéliens font pression sur leurs homologues américains pour qu'ils adoptent une ligne de négociation dure à Vienne. Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a déclaré avoir informé ses alliés que les services de renseignement de son pays estiment que "l'Iran poursuit sa route vers la production d'armes nucléaires tout en violant l'accord de 2015". La ligne d'Israël ne fait guère avancer les négociations qui viennent de reprendre et dont l'aboutissement est intrinsèquement lié à la conclusion d'un nouvel accord nucléaire.