PUBLICIDAD

Iberdrola

Poutine discute des options OPEP+ avec Mohammed bin Zayed pour contourner le plafond occidental sur les prix du gaz russe

Lors d'une conversation téléphonique, les présidents russe et émirati discutent des moyens de contourner les effets de la limite de 60 dollars par baril imposée au gaz russe par l'UE, le G7 et l'Australie
Vladímir Putin Mohamed bin Zayed

AP/ALEXANDER ZEMLIANICHENKO  -   Le président russe Vladimir Poutine et le prince héritier émirati de l'époque, Mohammed bin Zayed al-Nahyan, assistent à la cérémonie officielle de bienvenue à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 15 octobre 2019

Vladimir Poutine a eu une conversation téléphonique avec le président des Émirats arabes unis mercredi "à l'occasion de la fête nationale" du pays du Golfe, selon le Kremlin. La célébration a eu lieu le 2 décembre. En fait, le président russe a profité de l'occasion pour discuter avec Mohammed bin Zayed de la feuille de route que l'OPEP+ devrait suivre dans les mois à venir suite au plafonnement du prix du gaz russe fourni par voie maritime, convenu par l'Union européenne, les membres du G7 et l'Australie, selon TASS

Les dirigeants russes et émiratis "ont souligné l'efficacité du travail conjoint dans le cadre de l'OPEP+ pour assurer la stabilité du marché mondial du pétrole et ont noté avec satisfaction que tous les États participants ont appliqué de manière cohérente les décisions convenues", a déclaré l'agence de presse nationale russe. "Dans ce contexte, ils ont fait référence à la situation liée aux tentatives de plusieurs pays occidentaux, en contradiction avec les principes du commerce mondial, d'introduire des restrictions de contre-marché sur le coût du pétrole brut russe." 

Le cartel énergétique dirigé par les Saoudiens et les Russes, qui comprend également les Émirats arabes unis, est confronté à un horizon incertain après l'approbation du plafonnement à 60 dollars par baril du gaz russe, approuvé par les sept démocraties les plus riches du monde, les partenaires de l'UE et Canberra dans le but de "réduire les revenus que la Russie tire de ses ventes de pétrole". Cette décision pourrait endommager la ligne de flottaison d'une OPEP+ qui a considérablement réduit le volume de sa production de pétrole brut au cours des derniers mois, maintenant ainsi la tendance à la hausse des prix mondiaux de l'énergie.

OPEP
PHOTO/OPEC  -   Réunion du comité technique conjoint avant la 29e réunion ministérielle de l'OPEP et des pays non-OPEP, 1er juin 2022

L'efficacité de cette mesure, qui prendra effet le 5 février 2023, est débattue par les experts. On ne sait pas, pour l'instant, comment cela pourrait affecter le marché ou quelle pourrait être la réponse de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole. Ni la Russie ni les autres membres du groupe n'acceptent cette limite, souligne Mamdouh Salameh, économiste pétrolier et consultant auprès de la Banque mondiale, lors d'une conversation avec Atalayar. "L'OPEP+ pourrait décider de réduire sa production en représailles", ajoute Salameh, une mesure qu'elle a prise récemment. 

"Le plafonnement des prix fonctionne en permettant l'accès à l'industrie des services maritimes, qui comprend l'assurance, le financement du commerce et d'autres services clés qui soutiennent le transport complexe du pétrole dans le monde, aux fournisseurs des pays de la coalition [ceux qui soutiennent le plafonnement des prix] pour le pétrole russe uniquement s'il est acheté à un prix égal ou inférieur au plafonnement des prix", explique le département du Trésor américain. 

L'Union européenne, les membres du G7 et l'Australie font valoir que "le niveau de plafonnement des prix a été fixé à un niveau suffisamment élevé pour maintenir une incitation économique claire pour la Russie à continuer de vendre du pétrole sur les marchés mondiaux". "Ce prix est fixé à un niveau que la Russie a historiquement accepté, qui est supérieur à son coût de production et comparable aux prix auxquels elle vendait avant sa guerre en Ukraine", précisent-ils. Toutefois, le Kremlin estime que cette décision va à l'encontre des "principes du commerce mondial".

Rosneft
REUTERS/SERGEI KARPUKHIN  -   Champ pétrolifère de Suzunskoye, propriété de Rosneft, au nord de la ville russe de Krasnoyarsk, en Sibérie

Le plafond de 60 dollars par baril n'affectera pas le financement de la soi-disant "opération militaire spéciale" de la Russie. La machine de guerre du Kremlin sur le sol ukrainien ne souffrira pas du plafonnement des prix, selon Moscou, qui est précisément motivé par cet objectif. 

Le Kremlin prépare une réponse énergique. D'une part, elle envisage de bloquer les ventes de pétrole aux pays qui ont soutenu la mesure, même s'ils achètent du pétrole russe de manière indirecte, par des intermédiaires, rapporte le quotidien officialiste Vedomosti. D'autre part, elle envisage d'interdire l'exportation de pétrole brut en vertu de clauses contractuelles qui incluent de telles limites de prix. La dernière option serait de fixer une décote maximale pour le pétrole de l'Oural par rapport au Brent, la référence en Russie et en Europe respectivement. 

La Russie et les Émirats unis par l'OPEP+ 

"Les relations russo-émiraties sont à un niveau élevé", souligne la note publiée par le Kremlin à la suite de la conversation téléphonique entre Poutine et Mohamed bin Zayed, alias MBZ. "Il est important que, malgré la situation internationale difficile, nos pays continuent de coopérer activement dans les domaines de la politique, du commerce, de l'investissement, de l'énergie et d'autres domaines", ajoute un communiqué faisant référence au "partenariat stratégique entre la Fédération de Russie et les Émirats arabes unis pour la prospérité de nos nations amies et pour assurer la stabilité et la sécurité au Moyen-Orient et en Afrique du Nord".

atalayar-presidente-emiratos-arabes-unidos-mohamed-bin-zayed-viaje-san-petersburgo-presidente.rusia-vladimir-putin
Corte Presidencial de los EAU via REUTERS  -  Le président des Émirats arabes unis, Cheikh Mohamed bin Zayed Al-Nahyan, rencontre le président russe Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 11 octobre 2022

Le souverain émirati a effectué sa première visite officielle en Russie en octobre en tant que chef d'État du petit État du Golfe. MBZ a rencontré Poutine pour relancer leurs relations commerciales, mais surtout pour consolider leur alliance au sein de l'OPEP+. Le groupe a décidé à l'unanimité, un mois à peine après la rencontre entre les dirigeants russes et émiratis à Saint-Pétersbourg, d'entreprendre une réduction de la production de 2 millions de barils afin de maintenir la tendance à la hausse des prix et d'augmenter ainsi ses bénéfices. 

Mais l'allié émirati ne s'est pas rangé du côté de la Russie en Ukraine, malgré des intérêts énergétiques communs. En fait, Abu Dhabi a favorisé les rapprochements avec Kiev dans le contexte de la guerre. Lundi, le ministre d'État émirati au Commerce extérieur, Thani Al Zeyoudi, et la ministre ukrainienne de l'Économie, Yulia Svyrydenko, ont paraphé une déclaration commune sur les négociations d'un accord de partenariat économique global (CEPA). S'il est conclu, il s'agira du premier accord de partenariat économique des EAU avec un pays européen.