PUBLICIDAD

Marruecos

Rubiales et Piqué se partagent le butin du football espagnol

Les audios entre le footballeur et le président de la RFEF révèlent la fausse morale qui habite le jeu
Président de la Fédération espagnole de football, Luis Rubiales

AFP PHOTO/GABRIEL BOUYS  -   Président de la Fédération espagnole de football, Luis Rubiales

C'était le 13 juin 2018 et Luis Rubiales, président de la RFEF s'est assis devant les médias à Krasnodar (Russie) pour annoncer que Julen Lopetegui quittait son poste de sélectionneur de l'Espagne. "Lopetegui est l'un des responsables de notre présence en Russie, mais nous sommes obligés de le licencier. Il faut envoyer un message clair à tous les travailleurs de la Fédération espagnole pour leur faire comprendre qu'il y a certaines façons d'agir qui doivent être respectées". 

Le 16 janvier 2020, Ana Muñoz, vice-présidente de la RFEF et responsable du département de l'intégrité, a démissionné de son poste. Quelques jours plus tard, on apprenait qu'un rapport de son ministère rejetait catégoriquement la tenue de la Super Coupe en Arabie parce qu'il s'agit d'une dictature avec toutes sortes de répressions contre les femmes et les homosexuels. 

Le 20 janvier 2020, il est apparu qu'Ana Muñoz avait exhorté Rubiales à dénoncer Busquets pour avoir dit qu'Alberola Rojas "avait vu le penalty contre Piqué et ne voulait pas le siffler". En tant que responsable du comité d'éthique de la RFEF, elle devait montrer du doigt le joueur pour avoir publiquement remis en question le travail de l'arbitre. Rubiales s'est disputé avec Muñoz parce que quelques jours plus tard, le Clásico se jouait et ce n'était pas bon pour le football. 

Ce sont là quelques exemples du dysfonctionnement du département de l'intégrité et de la commission d'éthique de la fédération. Un service créé par Rubiales comme un dense écran de fumée pour la corruption présumée de trois décennies sous Ángel María Villar. On ne sait rien de ce que le leader basque a fait et n'a pas fait. Il n'y a pas de jugement et il est peu probable que quelque chose soit prouvé. De ce que Rubiales porte sur son dos, il y a déjà assez pour une trilogie. 

L'intégrité et l'éthique ont disparu entre les mains d'Alfredo Lorenzo, un ancien membre de la police et de LaLiga qui se préoccupe davantage de la FIFA et de l'UEFA que de ce qui se passe dans sa propre maison. Une vue à long terme et un pas court pour ne pas déranger Rubiales. 

Les audios publiés par El Confidencial le lundi 18 avril ont été annoncés à la RFEF le samedi 16 avril. Depuis Las Rozas, on s'est empressé de dire qu'on avait subi un vol qu'on a qualifié de cybercrime et on a annoncé toutes sortes de mesures contre les médias qui les ont publiés. Mais ils ne peuvent rien contre le sillage d'immoralité, de manque d'éthique et de piétinement des valeurs que Rubiales défendait avant la Coupe du monde en Russie en 2018.

Gerard Piqué, jugador del FC Barcelona
AP PHOTO/MANU FERNÁNDEZ - Gerard Piqué, joueur du FC Barcelone

La RFEF et Piqué se sont mis d'accord pour percevoir des commissions pour le transport de la Super Coupe en Arabie. Des commissions millionnaires qui ont rapporté beaucoup d'argent aux deux parties et qui ont été convenues dans des messages privés où le ton et les manières des deux parties étaient choquants. Piqué s'est exprimé à sa manière sur sa chaîne Twitch. Il a dit une vérité, que collecter des commissions n'est pas un crime, et une insolence, qu'il est fier. Mais il n'a pas voulu s'étendre sur la question de savoir si son profil d'homme d'affaires commence à générer un conflit d'intérêts dans le monde du football, où il continue à jouer un rôle important avec un salaire lucratif. 

Le sport attend avec impatience le moment où Piqué quittera la compétition. Puis viendra l'homme d'affaires tout-puissant qui fera trembler les fondations du tennis, du football ou du padel, s'il le veut. Il tirera même des ficelles pour placer les anneaux olympiques à Madrid, sa ville préférée pour les affaires, tandis qu'Ada Colau enterre Barcelone dans la misère. 

Les affaires ne ferment pas dans la loge de Bernabéu. Tout ce qui devait être attaché l'était là. Florentino Pérez a réussi à ne pas entrer dans les égouts ou, du moins, à les garder fermés. 

Le sang-froid avec lequel un joueur en activité et un président d'une entité publique parlent du partage des commissions dissipe tout doute sur le fait que le football est devenu le grand business dans lequel chacun veut sa part. Rubiales a lui-même approuvé lors de la réunion du conseil d'administration de la RFEF de prendre des commissions pour la signature de nouveaux contrats. Quelque chose de légal, mais qui le met dans l'embarras chaque fois qu'une nouvelle affaire fédérale est révélée. 

Los jugadores del Real Madrid después de haber derrotado al Atlético de Madrid en el partido de la final de la Supercopa de España en el estadio King Abdullah Sports Center de Yeda, Arabia Saudí, el domingo 12 de enero de 2020
AP/AMR NABIL - Les joueurs du Real Madrid après avoir battu l'Atletico Madrid en finale de la Supercoupe d'Espagne au stade du King Abdullah Sports Center à Jeddah, en Arabie Saoudite, dimanche 12 janvier 2020.

Il n'y aura pas de conséquences pour le scandale de la commission entre Piqué et Rubiales. Aucun. Piqué a déjà donné sa version. Rubiales ira vers les médias amis pour soigner son image car son siège est garanti jusqu'en 2024. Les accords avec l'Arabie arrosent les fédérations d'argent et cela lui garantit la loyauté. 

Quelque chose sent le pourri à Las Rozas. Le moral des supporters de Rubiales est en cause s'ils ne pensent pas à demander des explications à leur patron. Piqué a également une position fixe au Barça car la marée allemande, les 15 points du Real Madrid et le danger de la Ligue des champions inquiètent davantage le soçi.