PUBLICIDAD

Marruecos

Samir Bennis : "Le Maroc reste attaché au processus politique mené par l'ONU sur la souveraineté du Sahara"

Le royaume alaouite défend avec succès sa formule de large autonomie pour la région sahraouie sous souveraineté marocaine
Samir Bennis

 -   Samir Bennis

Dans le dernier programme de "De Cara al Mundo", nous nous sommes connectés depuis Washington avec Samir Bennis, directeur de Morocco World News, qui a analysé le discours prononcé par le roi du Maroc Mohammed VI à l'occasion du 46e anniversaire de la Marche verte et le soutien à la formule marocaine d'une large autonomie pour le Sahara occidental sous souveraineté alaouite. 

Il semble que Mohammed VI mise gros sur l'aboutissement du processus de fin du conflit au Sahara... 

Au grand dam du régime algérien, le Roi du Maroc a envoyé un message de sagesse et de calme, montrant que le Maroc est sûr de lui et de sa légitimité. Le Maroc est un pays qui s'affirme, qui n'a pas l'intention de se laisser influencer par un régime qui perd chaque jour un peu plus sa légitimité, et qui reste déterminé à faire de nouveaux progrès diplomatiques. Un autre aspect notable du discours a été la déclaration catégorique du Roi selon laquelle le Maroc ne négocie pas sa souveraineté sur le Sahara, car celle-ci n'est pas négociable, mais qu'il recherche une solution politique réaliste, praticable, durable et mutuellement acceptée sous les auspices des Nations Unies et conformément aux résolutions adoptées par le Conseil de sécurité. Tel est le message qui a été adressé non seulement à l'Algérie, mais aussi au Polisario et à certains secteurs de l'opinion publique occidentale qui défendent le droit à l'autodétermination par le biais du référendum. Pour le Maroc, c'est un débat qui est déjà clos, il est sur sa propre terre et il la développe, consacrant des milliards de dollars à son développement et à sa transformation en une plateforme d'échanges entre le Maroc et le reste de l'Afrique. 

Samir Bennis

Le Maroc continue-t-il à soutenir le processus politique de l'ONU ? 

Bien sûr, cela a été une autre des clés données par Mohammed VI, le Maroc continue à être attaché au processus politique mené par l'ONU et souligne l'engagement de travailler avec le Secrétaire Général. Avec cette position, le gouvernement marocain a démasqué le régime algérien qui, quelques semaines avant l'adoption de la résolution, a tenté de faire pression sur le Conseil de sécurité pour modifier les paramètres du processus politique. L'Algérie voulait que la résolution ne mentionne pas son pays et, en outre, qu'elle inclue le mot "référendum", qui a été supprimé de toutes les résolutions depuis plus de 19 ans. Le jour suivant l'adoption de la résolution, l'Algérie a publié un communiqué très fort et très incendiaire attaquant l'ONU. 

Samir Bennis

Un message à l'opposé de celui du Maroc...  

Le message de Mohammed VI est un message d'engagement envers le Secrétaire général et le Conseil de sécurité et s'adresse à la Commission internationale, soulignant que si l'Algérie fait tout pour provoquer l'instabilité et tenter de générer une guerre à travers le Front Polisario, le Maroc reste ferme dans son attachement à la paix. Le Maroc croit au processus politique mené par l'ONU et ne se laisse pas décourager par les tentatives de l'Algérie d'entraîner le pays dans une guerre. 

Samir Bennis

Quelles répercussions ce discours a-t-il eu aux États-Unis ? 

Je crois que maintenant ils ne sont plus dupes et savent que la reconnaissance américaine est un fait accompli, et que cela conduira bientôt d'autres puissances internationales à leur emboîter le pas. Quoi que fasse l'Algérie et quelle que soit sa tentative de donner de fausses lectures, qui ne reflètent pas l'esprit du processus politique lancé par l'ONU depuis 2007, la souveraineté marocaine sur le Sahara est reconnue. En outre, il existe un consensus croissant sur le fait qu'une solution au conflit du Sahara ne peut être trouvée que par la négociation. L'engagement doit être pris par toutes les parties, y compris l'Algérie, de manière réaliste et soutenue par les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, en particulier après 2018. Je pense que la reconnaissance américaine est une question qui a été réglée. 

Interview de Samir Bennis sur "De Cara al Mundo": https://www.telemadrid.es/programas/de-cara-al-mundo/cara-mundo-9-2395650449--20211112113532.html