PUBLICIDAD

Iberdrola

Sanchez organise des retrouvailles avec le Maroc et annonce la réouverture des frontières

Le président du gouvernement espagnol explique la déclaration conjointe qui expose les clés de la nouvelle étape des relations bilatérales
Pedro Sánchez

PHOTO/LA MONCLOA  -   Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, lors de son passage à Rabat où il a annoncé le début d'une nouvelle étape dans les relations bilatérales entre l'Espagne et le Maroc

"Aujourd'hui est un jour important pour l'Espagne et le Maroc". C'est par ces mots que le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a commencé son discours depuis le Palais des hôtes de Rabat pour expliquer le document conjoint émis par l'Espagne et le Maroc, après son voyage dans la capitale marocaine pour marquer la nouvelle étape des relations bilatérales après des mois de crise diplomatique. Une crise résolue.

M. Sánchez a révélé une partie du contenu de la déclaration conjointe, soulignant le "moment historique et nécessaire pour les deux pays" dans lequel s'inscrit ce nouvel élan des relations hispano-marocaines. "La feuille de route est durable et ambitieuse", a déclaré le président à propos d'un document qui scelle les futurs accords sur les questions économiques, commerciales, énergétiques, industrielles et culturelles.

"La relation bilatérale est stratégique", a expliqué M. Sánchez, car l'Espagne et le Maroc "partagent non seulement la proximité géographique, mais aussi notre volonté de marcher ensemble". Une prémisse sur laquelle on travaillera pour rétablir "la pleine normalité" dans la circulation des biens et des marchandises dans les villes autonomes de Ceuta et Melilla de "manière ordonnée, y compris les mécanismes appropriés de contrôle des douanes et des personnes sur terre et en mer".

Les liaisons maritimes passagers entre les deux pays seront également réactivées "immédiatement et progressivement jusqu'à l'ouverture de toutes les fréquences", sans préciser de dates. À cet égard, des préparatifs seront effectués pour relancer l'opération Strait Crossing/Marhaba, annulée une première fois en 2020 à l'occasion du COVID-19 et suspendue pour la deuxième fois en juin 2021.

Madrid et Rabat organiseront la création de groupes de travail conjoints, au-delà de celui créé "ad hoc" pour traiter les questions de migration, également renforcé dans le cadre de l'accord, dans le but de renforcer la coopération dans divers domaines. Une relation pour le 21e siècle", a insisté M. Sánchez, "un véritable partenariat".

Une réunion de haut niveau entre les deux gouvernements est également prévue avant la fin de 2022 pour approfondir ces questions.

M. Sánchez a reconnu le rôle "constructif" du roi Mohammed VI. "Tout au long de ces mois, nous avons trouvé en lui une personne qui s'est montrée intéressée dès le premier instant pour parvenir à un bon accord", a exprimé le président espagnol avec gratitude. Il a exprimé sa gratitude pour le travail du ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, qui a été en contact étroit avec son homologue espagnol, José Manuel Albares, au cours des derniers mois.

" Il n'y a pas de place pour les actes unilatéraux ", a déclaré M. Sánchez, qui a défendu l'intégrité territoriale de l'Espagne - et du Maroc - dans un accord qui ne prévoit pas, du moins explicitement, cet engagement. "La souveraineté nationale de l'Espagne ne fait aucun doute, y compris pour Ceuta et Melilla", a répondu avec emphase le chef du gouvernement espagnol à la fin de son apparition.

Dans ce qui a peut-être été le point le plus critique de son discours, M. Sánchez a expliqué succinctement la réactivation du groupe de travail conjoint qui a travaillé dans le passé sur la délimitation des espaces maritimes sur la côte atlantique, visant à redéfinir les eaux territoriales de l'Espagne et du Maroc. Les discussions seront reprises "de bonne foi dans le cadre des Nations unies". Il en sera de même pour la gestion de l'espace aérien.

Quelques minutes avant la déclaration institutionnelle de M. Sánchez, l'Espagne et le Maroc ont publié une déclaration commune marquant le début d'une nouvelle étape dans leurs relations diplomatiques. "Conscients de l'ampleur et de l'importance stratégique des liens qui les unissent et des aspirations légitimes à la paix, à la sécurité et à la prospérité des deux peuples, ils entament aujourd'hui la construction d'une nouvelle étape dans leur relation bilatérale", peut-on lire dans le communiqué, qui présente les engagements formalisés par les parties.

L'un des points forts est la reconnaissance par l'Espagne "de l'importance de la question du Sahara occidental pour le Maroc", ainsi que des efforts du Royaume alaouite "dans le cadre des Nations unies pour trouver une solution mutuellement acceptable". Comme l'a exprimé M. Sánchez dans sa lettre au roi Mohammed VI, l'Espagne considère l'initiative marocaine d'autonomie, présentée en 2007, comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour résoudre ce différend.

"Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président du gouvernement espagnol, Son Excellence M. Pedro Sánchez, désigneront un comité chargé de la mise en œuvre de cette déclaration dans un délai de trois mois", conclut un communiqué historique qui marque le début d'une étape nouvelle et définitive entre l'Espagne et le Maroc.

Déclaration commune:

"UNE NOUVELLE ETAPE DANS LE PARTENARIAT ENTRE L'ESPAGNE ET LE MAROC".

À l'invitation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Président du gouvernement espagnol, S.E. M. Pedro Sánchez, a effectué une visite officielle au Royaume du Maroc le 7 avril 2022.

Au cours de cette visite, Sa Majesté le Roi et S.E. le Président du gouvernement espagnol ont discuté en profondeur des relations bilatérales.

A l'issue des discussions, la déclaration suivante a été adoptée :

La lettre adressée par le Président du Gouvernement espagnol, S.E. M. Pedro Sánchez, à Sa Majesté le Roi Mohammed VI le 14 mars 2022, ainsi que la conversation téléphonique entre le Souverain et le Président du Gouvernement espagnol le 31 mars, ont ouvert une nouvelle page dans les relations entre le Royaume d'Espagne et le Royaume du Maroc.

L'Espagne et le Maroc, conscients de l'ampleur et de l'importance stratégique des liens qui les unissent et des aspirations légitimes de paix, de sécurité et de prospérité des deux peuples, entament aujourd'hui une nouvelle étape dans leurs relations bilatérales.

Fondée sur les principes de transparence, de dialogue permanent, de respect mutuel et de mise en œuvre des engagements et accords signés par les deux parties, cette nouvelle étape répond à l'appel de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à "inaugurer une étape sans précédent dans les relations entre les deux pays", et de Sa Majesté le Roi Felipe VI à "marcher ensemble pour matérialiser une nouvelle relation". Elle correspond également à la volonté du Président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, de "construire une relation sur des bases plus solides". Dans cet esprit, les deux pays entendent établir une feuille de route durable et ambitieuse.

La visite du Président du gouvernement espagnol au Maroc est une occasion importante de consolider cette feuille de route et de définir les priorités pour la prochaine réunion de haut niveau (HLM), qui devrait avoir lieu avant la fin de cette année.

Sur cette base, la nouvelle feuille de route comprend les éléments suivants :

1. L'Espagne reconnaît l'importance de la question du Sahara Occidental pour le Maroc, ainsi que les efforts sérieux et crédibles du Maroc dans le cadre des Nations Unies pour trouver une solution mutuellement acceptable. À cet égard, l'Espagne considère l'initiative marocaine d'autonomie, présentée en 2007, comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour résoudre ce différend.

2. Les questions d'intérêt commun seront traitées dans un esprit de confiance, par la consultation, sans recourir à des actes unilatéraux ou à des faits accomplis.

3. La normalisation complète de la circulation des personnes et des biens sera rétablie de manière ordonnée, y compris les dispositions appropriées en matière de douane terrestre et maritime et de contrôle des personnes.

4. Les liaisons maritimes de passagers entre les deux pays seront rétablies immédiatement et progressivement jusqu'à l'ouverture de toutes les fréquences.

5. Les préparatifs de l'opération "Traversée du détroit/Marhaba" seront lancés avec la même approche.

6. Le groupe de travail sur la délimitation des espaces maritimes de la façade atlantique sera réactivé, dans le but de réaliser des progrès concrets.

7. Des discussions sur la gestion de l'espace aérien seront lancées.

8. La coopération dans le domaine des migrations sera relancée et renforcée. Le groupe permanent hispano-marocain sur les migrations se réunira prochainement.

9. La coordination dans le cadre des présidences respectives du processus de Rabat, durant la période 2022-2023, sera réalisée de manière à mettre en valeur la coopération exemplaire entre les deux pays dans ce domaine, dans l'intérêt d'une approche globale et équilibrée du phénomène migratoire.

10. La coopération sectorielle sera réactivée dans tous les domaines d'intérêt commun : économique, commercial, énergétique, industriel et culturel, entre autres.

11. La facilitation des échanges et des liens économiques entre les deux pays fera l'objet d'une prochaine réunion.

12. Le domaine de l'éducation, de la formation professionnelle et de l'enseignement supérieur sera une priorité dans cette nouvelle phase. Un groupe de travail spécifique sera mis en place à cet effet.

13. La coopération culturelle sera renforcée. Un groupe de travail sectoriel sera mis en place dans le domaine de la culture et du sport. Un nouvel élan sera donné au conseil d'administration de la Fondation des Trois Cultures.

14. Les rapports d'activité des réunions et des groupes de travail établis ou réactivés seront soumis à la réunion à haut niveau.

15. Les deux pays entameront des discussions sur la mise à jour du traité de bon voisinage, d'amitié et de coopération de 1991, sur la base des principes, paramètres et priorités qui devraient guider leurs relations bilatérales dans les années à venir.

16. Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président du gouvernement espagnol, Son Excellence M. Pedro Sanchez, désigneront un comité chargé de la mise en œuvre de cette déclaration dans un délai de trois mois.

Fait à Rabat, le 7 avril 2022.