PUBLICIDAD

Iberdrola

Sánchez reçoit Biden à La Moncloa : "L'Espagne est un partenaire indispensable"

Le sommet de l'OTAN à Madrid est l'occasion de la première visite de Joe Biden en Espagne depuis qu'il occupe le Bureau ovale
Sánchez Biden

PHOTO/La Moncloa  -   Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a reçu mardi au palais de la Moncloa le président des États-Unis, Joe Biden, dans le cadre du sommet de l'OTAN à Madrid

Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a reçu mardi au palais de la Moncloa le président des États-Unis, Joe Biden, dans le cadre du sommet de l'OTAN à Madrid. Il s'agit de la première visite du dirigeant américain en Espagne depuis qu'il occupe le Bureau ovale et de sa première rencontre bilatérale avec Sánchez, qui a qualifié la réunion d'"étape importante" dans les relations entre les deux pays.

La réunion, qui a duré un peu plus d'une heure, a permis à Sánchez et à Biden de convenir, entre autres, d'accroître la coopération en matière de sécurité et de défense, et de renforcer les liens transatlantiques avec la rédaction d'une nouvelle déclaration conjointe qui renouvelle celle signée en 2003 par la secrétaire d'État de l'époque, Madeleine Albright, et l'ancien ministre des Affaires étrangères, Josep Piqué.

Sánchez Biden
PHOTO/ La Moncloa  -   Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a reçu mardi au palais de la Moncloa le président des États-Unis, Joe Biden, dans le cadre du sommet de l'OTAN à Madrid

"L'Espagne est un partenaire indispensable", a déclaré Biden lors de la conférence de presse conjointe organisée à l'issue de la réunion. Le président américain a remercié Sánchez pour la réception à La Moncloa et pour l'organisation du sommet de l'Alliance atlantique, qu'il a qualifié d'"historique" à la suite de l'invasion russe en Ukraine. "L'OTAN va être un élément fondamental de la sécurité transatlantique", a réitéré le démocrate.

Au cours de la réunion, Biden a fait part à Sánchez de l'intention du ministère de la Défense d'" augmenter la présence navale " dans l'Atlantique avec le déploiement de deux nouveaux destroyers Arleigh Burke sur la base de Rota, à Cadix, qui s'ajouteront aux quatre opérationnels depuis 2014 et 2015, comme l'a annoncé le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, et qui sont intégrés au bouclier antimissile de l'OTAN pour faire face aux éventuelles attaques de puissances étrangères.

Sánchez Biden
PHOTO/ La Moncloa  -   Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a reçu mardi au palais de la Moncloa le président des États-Unis, Joe Biden, dans le cadre du sommet de l'OTAN à Madrid

Sánchez a confirmé cette demande en annonçant l'approfondissement de la zone de défense et a profité de l'occasion pour souligner le déploiement militaire de l'Espagne dans la Baltique dans le cadre de l'OTAN : "L'Espagne a doublé le nombre de soldats stationnés en Lettonie". À cet égard, le président du gouvernement a souligné l'importance de renforcer le flanc est "et de reconnaître les menaces provenant du flanc sud".

Sánchez a souligné le "partenariat stratégique" entre Washington et Madrid dans la promotion des valeurs démocratiques : "Nous défendons un ordre international fondé sur des règles. L'invasion de Poutine représente une violation du droit international qui confirme la nécessité de renouveler notre engagement. "C'est le plus grand défi à la paix en Europe depuis la fin de la guerre froide", a déclaré le président.

Sánchez Biden
PHOTO/ La Moncloa  -   Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a reçu mardi au palais de la Moncloa le président des États-Unis, Joe Biden, dans le cadre du sommet de l'OTAN à Madrid

Air Force One a atterri quelques minutes avant la réunion sur la base aérienne de Torrejón de Ardoz, où un entourage dirigé par le roi Felipe VI a accueilli le président, dont l'épouse, Jill Biden, est à Madrid depuis lundi en compagnie de la reine Letizia. Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, José Manuel Albares et Margarita Robles, étaient également présents à la réception.

Une fois la conférence de presse à La Moncloa terminée, la délégation américaine a conduit le président au Palais royal de Madrid, où l'attendait à nouveau le roi d'Espagne. "C'est un grand plaisir d'accueillir en Espagne le président de la grande nation américaine", a déclaré Felipe VI, debout à côté de M. Biden, un partenaire économique et commercial de premier ordre. "Je suis reconnaissant de cette grande opportunité d'être ici à Madrid, dans ce majestueux palais. Je me suis rendu en Espagne en tant que vice-président et c'est un honneur de venir en tant que président pour avertir des menaces auxquelles nous sommes confrontés aujourd'hui", a répondu le dirigeant américain, principal protagoniste de la journée.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.