PUBLICIDAD

Iberdrola

Scholz veut-il une UE fédérale avec une dette communautaire ?

Dans la politique européenne, la coalition sémaphore de l'Allemagne a plusieurs couleurs
scholz-alemania

 -  

La chancelière allemande sortante, Angela Merkel, a été fêtée avec une touche militaire à la fin de son mandat de 16 ans à Berlin. Il reste à voir dans quelle mesure la coalition des sociaux-démocrates, des libéraux et des verts, qui gouvernera l'Allemagne à partir de mercredi, donnera le ton dans l'UE. L'accord de coalition contient quelques déclarations audacieuses à cet égard. L'UE deviendra un État fédéral. Une convention constitutionnelle préparera les modifications du traité à cet effet sur la base des débats citoyens en cours sur l'avenir de l'Europe. La règle de l'unanimité dans la politique étrangère et de sécurité commune disparaîtra. 

Autant d'annonces qui, bien sûr, peuvent difficilement obtenir une majorité dans l'UE à l'heure actuelle. 

Le nouveau gouvernement allemand suscitera des résistances, notamment dans les pays d'Europe centrale et orientale, qui rejettent fermement tout nouveau transfert de compétences vers les institutions de l'UE. La question de savoir si l'axe franco-allemand peut redevenir le moteur du développement de l'UE dépend également du résultat des élections présidentielles en France en avril prochain. Si la France se déplace vers la droite, cela rendra la coopération avec Berlin plus difficile. 

Les Verts allemands l'ont emporté lorsqu'il s'agit d'investir dans la protection du climat. Ces questions devraient également figurer parmi les priorités de l'UE. En matière d'asile et de migration, le droit de séjour des jeunes bien intégrés sera facilité. Il y aura plus d'argent pour les services de conseil, mais aussi pour l'agence frontalière Frontex. Les expulsions seront facilitées, les procédures d'asile seront également disponibles en dehors de l'UE : le feu clignote en jaune à cause des libéraux.

Jeudi dernier, lors de sa visite inaugurale à Bruxelles, la nouvelle ministre des affaires étrangères, Annalena Baerbock (Verts), a demandé des changements dans la politique d'asile, des propositions pour résoudre le conflit frontalier avec le Belarus et des initiatives de paix pour l'Ukraine. Elle a mis en garde la Russie contre toute invasion et l'a menacée de "graves conséquences économiques et politiques".

Sa proposition de renouveler la coopération du "Triangle de Weimar" avec la France et la Pologne semble quelque peu étrange au vu des conflits actuels de l'UE avec la Pologne en matière de droits fondamentaux.

En France et dans les États du sud de l'UE, le nouveau gouvernement de Berlin devrait encore assouplir le strict "pacte de stabilité et de croissance" de l'UE, qui n'a été suspendu qu'en raison de la pandémie de coronavirus. Pour le nouveau chancelier allemand, Olaf Scholz, les dettes communes sont une condition à la création des États-Unis d'Europe qu'il envisage comme un objectif lointain. Le leader du FDP, Christian Lindner, qui a fait campagne contre une union de la dette, est déjà plus disposé à faire des compromis en tant que ministre des finances désigné : l'Allemagne doit garantir la stabilité, a-t-il expliqué. "D'un autre côté, nous avons également la responsabilité de veiller à ce que cette zone monétaire reste unie, à ce qu'il y ait des investissements dans d'autres pays également, et à ce qu'il y ait une stabilité politique." L'Allemagne ne peut donc pas se comporter comme l'un des "5 frugaux" - Danemark, Finlande, Pays-Bas, Autriche et Suède - qui rejettent catégoriquement la dette commune de l'UE et toute modification des règles d'emprunt de l'euro.

La Commission européenne a également déjà lancé un débat sur la réforme du pacte de stabilité. En outre, la France et l'Italie font pression pour que les 800 milliards d'euros d'aide destinés à lutter contre le coronavirus deviennent un budget d'investissement permanent de l'UE. Le feu tricolore a évité un engagement clair : "Le pacte de stabilité et de croissance a fait preuve de flexibilité", indique-t-il, laissant entendre qu'il existe une marge de changement. Sur cette base, nous voulons assurer la croissance, maintenir la viabilité de la dette et prévoir des investissements durables et respectueux du climat. Le développement futur des règles de politique budgétaire doit être guidé par ces objectifs afin de renforcer leur efficacité face aux défis de l'époque."

Le quotidien allemand Die Welt voit déjà cette voie vers une union de la dette : "L'Italie, la France, l'Espagne et la Belgique demandent que la protection du climat et les investissements numériques soient à l'avenir exclus du calcul des déficits nationaux." L'assouplissement des règles d'endettement pour plus d'investissements serait inclus dans le libellé de l'accord de coalition. "C'est une formule de compromis classique qui laisse la porte ouverte à un assouplissement du pacte de stabilité et de croissance", se plaint Markus Ferber (CSU), qui représente le groupe chrétien-démocrate du PPE au sein de la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen.

L'économiste autrichien Gabriel Felbermayr, nouveau directeur de l'Institut viennois de recherche économique (WIFO), estime que le programme Sémaphore du gouvernement manque de propositions pour réformer la zone euro, ce qui pourrait empêcher une nouvelle crise de la dette européenne en cas de hausse des taux d'intérêt. "Si le boom des investissements promis se heurte à la réalité d'une société vieillissante et de pénuries omniprésentes, il existe une menace de surchauffe avec des tendances inflationnistes dans toute l'Europe.

L'attitude du nouveau gouvernement allemand vis-à-vis de la Pologne et de la Hongrie en matière d'État de droit est cruciale pour l'avenir proche de l'UE. Face au coronavirus qui sévit en Hongrie, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a gelé des milliards d'aide du fonds de reconstruction et posé des conditions. Récemment, elle a fait envoyer des lettres à Varsovie et à Budapest, ce qui peut être considéré comme l'étape préliminaire d'une procédure qui permet également de geler des fonds du budget ordinaire. C'est pourquoi une autre phrase de l'Accord Sémaphore est importante : les propositions de la Commission pour le versement de l'aide au titre du coronavirus ne seront acceptées que "si des conditions telles qu'un système judiciaire indépendant sont garanties". En fait, les États ont le dernier mot sur le budget de l'UE et le versement des subventions.

Les premières contre-attaques sont déjà venues de Pologne, par exemple du ministre polonais de la justice Zbigniew Ziobro, leader du petit parti "Solidarité Pologne". Le nouveau gouvernement allemand veut devenir le "disciplinaire" de l'UE, ce que la Pologne n'acceptera pas, de même que la "domination coloniale de l'UE".

À Bruxelles, une attention particulière a été accordée à la dernière page de l'accord de coalition.

L'accord sur les "feux de signalisation" garantit à la présidente de la Commission européenne (CDU), Ursula von der Leyen, un second mandat. Ce n'est que dans le cas où ce poste ne serait plus en mains allemandes que les Verts pourront occuper le poste de commissaire allemand en 2024.

Par Otmar Lahodynsky, président honoraire de l'Association des Journalistes Européens (AEJ) et ancien rédacteur en chef Europe du magazine d'information Profil.