PUBLICIDAD

Iberdrola

"Seeing Auschwitz", au Centro Sefarad-Israel

Cela fait 77 ans que la libération du plus grand camp d'extermination de l'histoire a eu lieu, une occasion de réfléchir à la condition humaine elle-même
Auschwitz

 -  

Cela fait maintenant 80 ans que les hauts responsables nazis, lors de la conférence de Wannsee au nord de Berlin, ont décidé de mettre en œuvre la "solution finale", à savoir l'extermination radicale et totale des Juifs, qu'ils tenaient pour responsables de tous les maux dont souffrait l'Allemagne. Cela fait également 77 ans que l'Armée rouge a libéré Auschwitz, le plus grand camp d'extermination nazi. Plus d'un million de Juifs et d'autres minorités d'Europe ont été assassinés dans ses chambres à gaz entre 1941 et 1945. Une tragédie qui n'a pas encore résolu toutes les questions, comme celle de savoir pourquoi les Alliés n'ont pas arrêté les atrocités alors qu'ils disposaient d'informations précises sur le massacre systématique des Juifs presque dès 1942. La Shoah aurait-elle été arrêtée si les innombrables photographies aériennes et les témoignages abondants des quelques prisonniers qui ont réussi à s'échapper avaient été crus ?

De nombreuses réflexions se posent au spectateur qui visite l'exposition "Seeing Auschwitz", installée au Centro Sefarad-Israel de Madrid, un projet conçu et développé par la société espagnole Musealia en collaboration avec le musée d'État d'Auschwitz-Birkenau en Pologne, et en partenariat avec l'ONU et l'UNESCO.

L'exposition "Seeing Auschwitz"
L'exposition "Seeing Auschwitz"

Plus d'une centaine d'images de victimes et de bourreaux, ainsi que des instantanés du processus systématique d'extermination et des scènes de la vie quotidienne à Auschwitz, immortalisés pour la plupart par les bourreaux SS eux-mêmes, ainsi que des témoignages audiovisuels de survivants, composent l'exposition.

Preuves et défis

Tout cela constitue une preuve sans équivoque des crimes commis à Auschwitz, et représente en même temps un grand défi pour le spectateur. "Nous examinons certainement une partie de la réalité du point de vue des nazis", déclare le conservateur en chef de l'exposition, Paul Salmons, l'un des principaux experts mondiaux de l'Holocauste.

L'exposition "Seeing Auschwitz"
L'exposition "Seeing Auschwitz"

 

Pour Luis Ferreiro, directeur de Musealia, "la mémoire, tant individuelle que collective, se forme en grande partie à travers les images. Dans le cas d'Auschwitz, cela est particulièrement problématique, compte tenu de sa provenance. C'est ce que nous voulons explorer dans cette exposition, qui nous permet également d'étendre notre regard au présent, de nous demander, en tant que société, si nous avons vraiment pu voir Auschwitz après tout ce qui s'est passé à partir de 1945".

"C'est l'occasion de se souvenir de toutes les victimes de l'Holocauste et d'approfondir toutes les questions soulevées par cette énorme tragédie", a déclaré Miguel de Lucas, directeur général du Centro Sefarad-Israel.

L'exposition "Seeing Auschwitz"
L'exposition "Seeing Auschwitz"

Il s'agit de la deuxième exposition sur ce thème créée et présentée dans la capitale espagnole par Musealia. Le précédent, "Auschwitz. Il n'y a pas si longtemps. Non loin de là", en 2018, a battu tous les records de fréquentation du Canal de Isabel II, dépassant les 600 000 visiteurs. L'exposition actuelle a été commandée à Musealia par les Nations unies pour commémorer le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il a été inauguré à son propre siège à New York en 2020, et à Paris, siège de l'UNESCO. 

Quant au musée d'État d'Auschwitz-Birkenau, situé dans la ville polonaise d'Oswiecim, c'est l'institution qui préserve la zone et les vestiges de l'ancien camp d'extermination. Il enregistre régulièrement quelque deux millions de visiteurs par an