PUBLICIDAD

Iberdrola

Shehbaz Sharif prête serment en tant que premier ministre du Pakistan, en remplacement d'Imran Khan

Le parlement pakistanais a voté à la majorité une motion de censure à l'encontre de Khan, face au boycott de son parti
Shehbaz Sharif

AFP/AAMIR QURESHI  -   Les législateurs pakistanais ont élu Shehbaz Sharif comme nouveau premier ministre du pays le 11 avril 2022, après l'éviction, le week-end dernier, d'Imran Khan, qui a démissionné de son siège à l'Assemblée nationale avant le vote

Le Pakistan a un nouveau premier ministre. Le chef de l'opposition de la Ligue musulmane, Shehbaz Sharif, héritier de l'une des grandes familles politiques du pays, remplacera lundi l'ancien chef du gouvernement, Imran Khan, après que le populaire ancien joueur de cricket a été écarté du pouvoir par une motion de défiance lors d'une session parlementaire bizarre au cours de laquelle 174 des 342 députés ont voté en faveur de sa destitution.

La Cour suprême du Pakistan, la plus haute juridiction du pays, a qualifié d'"inconstitutionnel" le stratagème de M. Khan il y a huit jours, alors que la motion de censure devait avoir lieu. Acculé par ses adversaires, l'ancien premier ministre a dissous le parlement quelques minutes plus tôt en collusion avec le président du parlement, un proche allié politique, et a appelé à des élections anticipées lors d'une apparition télévisée au cours de laquelle il a également profité pour lancer sa candidature.

M. Khan savait que l'opposition, unie en bloc avec le soutien du Mouvement national uni, un parti de centre-gauche ne comptant que sept députés et faisant partie de la coalition gouvernementale, disposait d'un soutien suffisant pour faire passer la motion de censure et mettre ainsi un terme à ses quatre années à la tête du pays. En désespoir de cause, Khan a choisi de galvaniser ses partisans en avançant la théorie selon laquelle l'opération politique était un complot de la CIA.

Imran Khan
AFP/AAMIR QURESHI  -   Le 10 avril 2022, M. Khan a été démis de ses fonctions de Premier ministre du Pakistan après avoir perdu une motion de censure au Parlement, à la suite de plusieurs semaines de troubles politiques

Finalement tenue lundi dans un climat défavorable à Khan, la session parlementaire visait à clore la nomination d'un nouveau Premier ministre pour prendre les rênes de la nation asiatique, puissance nucléaire de 220 millions d'habitants qui se trouve dans un contexte délicat, marqué par une inflation élevée à deux chiffres et la division politique pressante installée à Islamabad.

Le nom de Shehbaz Sharif était dans toutes les cagnottes pour succéder à Imran Khan, et c'est ce qui s'est passé. Le numéro un de la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N), principal parti d'opposition, formera un gouvernement de coalition avec le Parti du peuple pakistanais (PPP) de Bilawal Bhutto Zardari, héritier de l'autre grande dynastie politique pakistanaise en tant que fils de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto, première femme chef de gouvernement dans un pays musulman.

La formation islamiste déobandi de Jamiat Ulema-e-Islam, avec 15 sièges, et le Mouvement national uni, déjà mentionné, qui a joué un rôle décisif dans l'adoption de la motion après avoir abandonné le gouvernement, avec ses sept sièges à la chambre basse, feront également partie du nouvel exécutif de la coalition, dont l'échéance est fixée. Le cabinet de Sharif restera en place jusqu'à la mi-2023, date à laquelle les prochaines élections générales devraient avoir lieu.

TPI
AP/ANJUM NAVEED  -   L'ancien ministre des Affaires étrangères du Pakistan et leader du parti Pakistan Tehreek-e-Insaf, Shah Mahmood Qureshi, à gauche, arrive à la Cour suprême qui entend les pétitions pour la dissolution du parlement par le Premier ministre du pays, Imran Khan, à Islamabad, Pakistan, jeudi 7 avril 2022

Le nouveau gouvernement a été formé malgré le boycott du parti d'Imran Khan, le Mouvement pour la justice au Pakistan (TPI), qui a qualifié la nouvelle coalition d'"impie". Le Parlement a vu le plus grand parti de la Chambre, avec 155 députés, démissionner en masse et quitter l'assemblée face à ce qu'ils dénoncent comme le succès d'une conspiration étrangère. Tout cela quelques minutes seulement avant le vote.

Les membres de l'IPT ont quitté leur siège après avoir écouté un long discours de l'ancien ministre des affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, qui a exprimé l'opinion majoritaire de son parti : "Nous ne légitimerons pas un gouvernement issu d'une intervention étrangère. Nous boycottons et annonçons notre démission de l'Assemblée nationale". L'ancien chef de la diplomatie pakistanaise a également retiré sa candidature au poste de premier ministre, a priori présentée comme un ultime recours pour conserver le pouvoir. L'ancien président de l'Assemblée nationale, Asad Qaiser, a fait de même avant le vote.

Imran Khan devient ainsi le premier dirigeant pakistanais à être évincé par une motion de défiance. Une fin abrupte pour un dirigeant qui espérait terminer son mandat, mais qui n'est pas allé jusqu'au bout de son mandat sur la base d'une rhétorique populiste contre les élites corrompues qui ont gouverné le Pakistan, promettant des réformes profondes, le libéralisme et un État-providence islamique, mais sans progrès significatif, avec plus d'ombres que de lumières. La perte du soutien de l'armée, l'institution la plus puissante du pays, a été son épitaphe. Khan ne semble pourtant pas avoir perdu son ambition de pouvoir.

Manifestaciones Pakistán
AFP/AAMIR QURESHI  -   Des partisans du parti du Premier ministre Imran Khan, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI), crient des slogans devant le bâtiment du Parlement à Islamabad, le 3 avril 2022
Shehbaz Sharif, l'héritier du trône

Originaire de Lahore, comme Khan lui-même, Shehbaz est né en 1951 dans une famille d'industriels. Il fait rapidement ses premiers pas dans l'administration en tant que président de la Chambre de commerce et d'industrie de la capitale du Pendjab, d'où il passe à la politique aux côtés de son frère Nawaz, un peu plus expérimenté dans le jeu. En effet, ce dernier a été Premier ministre à trois reprises : de 1990 à 1993, de 1997 à 1999 et, plus récemment, de 2013 à 2017.

Nawaz, dont le second mandat a été dissous par un soulèvement en 1998, a quitté le pouvoir et s'est exilé en 2018 après avoir été disqualifié à la suite d'une condamnation pour corruption. Shehbaz était le premier dans la ligne de succession du parti de la Ligue musulmane après avoir passé des décennies dans l'ombre de son frère et avoir été élu à l'Assemblée provinciale du Pendjab à trois reprises, ainsi qu'à la tête du gouvernement provincial.

Nawaz, alors seigneur et maître de la politique pakistanaise, n'a pas réussi à faire entrer son frère dans les multiples cabinets qu'il a dirigés. Mais il a quitté le pays avec lui après le coup d'État du général Pervez Musharraf. Les médias locaux insistent sur le fait que leur relation a fait l'objet de luttes de pouvoir, impliquant principalement Maryam Nawaz Sharif, la nièce de Shehbaz, qui est considérée comme l'héritière naturelle de Nawaz.

Shehbaz Sharif
AFP/AFP  -   Profil de Shehbaz Sharif, le nouveau premier ministre du Pakistan

Considéré comme un leader solvable, salué par le passé pour sa capacité à gérer l'économie et à construire des infrastructures, Shehbaz Sharif arrive au pouvoir avec de grandes attentes. Mais sa carrière politique n'a pas été sans controverse. En 2019, le National Accountability Bureau a gelé 23 propriétés lui appartenant, ainsi qu'à son fils, Hamza Sharif, sur la base d'accusations de blanchiment d'argent, pour lesquelles il a été arrêté et libéré sous caution sept mois plus tard.

Shehbaz a également été critiqué pour son inaction face aux attaques terroristes perpétrées par des groupes sectaires extrémistes dans la province du Pendjab, tels que l'Armée de libération du Khalistan, le mouvement séparatiste sikh, au cours de ses trois mandats à la tête de la deuxième plus grande région du pays, et a été accusé d'avoir ordonné des exécutions extrajudiciaires.