PUBLICIDAD

Iberdrola

Sud-Soudan : les femmes et les filles sont victimes de violences sexuelles

Les crises menacent la sécurité des femmes et des filles qui doivent éviter les lieux publics tels que les points d'eau, les toilettes ou les marchés par crainte d'être attaquées, violées ou exploitées sexuellement
mujeres-sudan-sur

UNICEF/Bullen Chol  -   Une fille tient ses livres pour les garder au sec en rentrant de l'école dans le village de Walangwalang, qui a été épargné par les crues du fleuve, dans la banlieue de Juba, au Sud-Soudan

À Bentiu, au Sud-Soudan, Nyachar Gatneay Rial, 38 ans, mère de quatre enfants, raconte comment "j'avais l'habitude de ramasser du bois de chauffage, de fabriquer du charbon de bois et de vendre du lait frais pour subvenir aux besoins de notre famille. Maintenant, je dois vendre du thé sur le marché local pour gagner de l'argent".

La famille de Nyachar, comme 220 000 autres personnes, a perdu ses maisons et ses moyens de subsistance à la suite d'inondations dans l'État d'Unité du Soudan du Sud en juillet 2020 et a passé des années à se déplacer pour chercher un abri dans des camps de personnes déplacées à l'intérieur du pays. Les inondations ont anéanti les cultures et les habitations, laissant des milliers de familles déjà appauvries sans abri et sans moyen de subsistance.

Le conflit en cours et l'insécurité croissante au Sud-Soudan exposent les femmes et les filles à un risque accru de violence sexuelle et sexiste. Diang Juoy Tutchar, 39 ans, veuve et mère de cinq enfants, explique comment la collecte de bois de chauffage est devenue une activité dangereuse pour les femmes.

"Nous savons que les zones de collecte de bois de chauffage ne sont pas sûres en raison de la menace de violence. Il y a aussi des animaux sauvages comme des serpents et des crocodiles, ce qui est particulièrement dangereux lorsque nous devons traverser un champ inondé pour aller chercher du bois de chauffage".

Selon les estimations, 2,6 millions de personnes au Sud-Soudan risquent d'être victimes de violences sexistes en 2022, soit une augmentation vertigineuse de 25 % par rapport aux estimations de 2021. Près de 40 % des femmes et des filles ont déclaré devoir éviter les lieux publics essentiels tels que les points de collecte d'eau, les toilettes et les marchés, ainsi que les lieux de collecte de bois de chauffage, de peur d'être attaquées, violées ou exploitées sexuellement.

sudan-sur-mujeres
UNICEF/Sebastian Rich - Les effets des pires inondations depuis 60 ans à Bentiu et dans l'État d'Unity, qui ont balayé les cultures et le bétail depuis février, ont laissé des villages sous l'eau.
Soutien aux femmes et aux filles

Nyachar Gatneay Rial n'a pas eu d'endroit stable où se réfugier au cours des dix dernières années. Avec son mari et ses quatre enfants, elle a été contrainte de se déplacer continuellement dans l'État troublé d'Unity pour échapper à la violence, aux inondations et à la sécheresse, dans une quête constante de sécurité.

Quelque 8,9 millions de personnes, soit plus des deux tiers de la population du Sud-Soudan, ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence pour survivre aux diverses crises qui se chevauchent dans le pays, qu'il s'agisse de la violence généralisée, des conflits enracinés, des problèmes de santé publique ou des catastrophes climatiques.

Le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) travaille au Sud-Soudan, offrant des espaces sûrs aux femmes et aux filles touchées par les crises humanitaires, et fournissant des services de santé sexuelle et reproductive, une protection et des informations dans un environnement sûr. En 2021, elle a touché plus de 3 300 personnes.

Le personnel assure également la gestion des cas pour les survivants, le soutien psychosocial et l'orientation vers des services juridiques si nécessaire.

Pour aider les femmes et les jeunes filles à retrouver leur autonomie et à gagner leur vie dans des environnements moins dangereux, le Fonds soutient des cours de formation à la vie pratique. Au cours de ces formations, elles peuvent apprendre à confectionner des vêtements, à fabriquer des bijoux ou à produire des serviettes hygiéniques et des masques réutilisables. En 2020, plus de 700 000 femmes et filles ont participé à ces formations.

sudan-mujeres
UNICEF/Sebastian Rich - De nombreuses familles ont été contraintes de déplacer tous leurs biens, y compris leur bétail, dans des bateaux rudimentaires au milieu des inondations à Bientu, au Sud-Soudan.
 
 Risquer leur vie pour protéger leur famille

Rial a rencontré trop de femmes abandonnées ou menacées par leur mari lorsqu'elles ne pouvaient plus subvenir aux besoins de leur famille. Certaines ont même dû vivre dans des situations humiliantes pour gagner un revenu.

Les femmes sont obligées de prendre des mesures de précaution ; elles se déplacent souvent en grands groupes pour se protéger mutuellement lorsqu'elles s'aventurent sur leur lieu de travail, et s'assurer qu'elles sont de retour avant la tombée de la nuit. "Nous n'avons pas le choix, nous devons survivre et faire vivre nos familles. Nous devons envoyer nos enfants à l'école", explique Diang Tutchar.

Plus de la moitié des deux millions de personnes déplacées au Sud-Soudan aujourd'hui sont des femmes et des filles, qui sont très exposées aux violences sexistes et aux mariages forcés et d'enfants.

En temps de crise, comme au Sud-Soudan, de nombreux parents recourent à ces mariages forcés pour échapper à l'extrême pauvreté, notamment lorsqu'ils n'ont pas les moyens d'envoyer les filles à l'école. L'UNICEF estime que la moitié des filles du Sud-Soudan sont mariées avant l'âge de 18 ans.

En 2020, l'UNFPA - avec le soutien du Canada, du Danemark, du Japon, de la Norvège et de la Suède et du Fonds pour les opérations de protection civile et d'aide humanitaire de l'Union européenne - a aidé 15 000 filles exposées à la violence sexiste et au mariage forcé ou précoce en leur fournissant des services de protection et de prévention. Elle a également apporté son soutien à plus de 228 000 survivants de violences sexistes en leur fournissant des soins médicaux, un soutien psychosocial et une assistance juridique.