PUBLICIDAD

Iberdrola

Théodora, la chrysalide de Byzance

L'histoire de l'impératrice qui était autrefois la femme la plus puissante du monde connu
teodora-crisalida-bizancio

 -  

Après des romans comme "Al-Gazal", "Tartessos", "El Papa Luna", "La piedra del destino", "El sello del algebrista", "El lazo púrpura de Jerusalén", "La cúpula del mundo y Oleum, el aceite de los dioses", Jesús Maeso de la Torre (Úbeda, Jaén, 1949) s'attaque à l'un des personnages féminins les plus fascinants de tous les temps. L'Empire romain n'a pas pris fin en 476 après JC, après les invasions des Vandales, des Ostrogoths et des Wisigoths. Sa structure persistera pendant encore mille ans en Orient, avec une capitale, Byzance, qui reprend et surpasse même la splendeur de Rome.

Presque au début de ce millénaire supplémentaire, un empereur, Justinien, a brillé, dont le grand héritage est largement dû à l'influence exercée sur lui par l'impératrice Théodora, dont le nom signifie littéralement "don de Dieu". Jesús Maeso de la Torre la montre sous tous les angles dans "Theodora, the Chrysalis of Byzantium" (Ed. Harper Collins, 525 pages). Il utilise le personnage de Nasica l'Hispanique, l'eunuque le plus puissant de la cour.

Nous sommes en 548 après J.-C. et des flots de personnes de tous horizons se pressent dans les rues de Constantinople au passage du cortège funèbre de l'épouse de Justinien, autrefois toute puissante. Outre les foules imposantes, elle est pleurée par l'empereur et surtout par le fidèle Nasica, qui l'a accompagnée tout au long de sa vie mouvementée, et qui décidera d'écrire de sa propre plume la véritable histoire de Théodora afin de conjurer la calomnie et la médisance.

Du bordel au trône impérial

Nasica la décrit comme une femme aussi belle que séduisante, que le trône n'a pas réussi à dépouiller de la douceur de son sexe. Elle était un ouragan de sentiments, chasseuse de sa propre immortalité et d'une légende qui lui était propre, qui vécut bénie par la providence, mais maudite par les puissants lorsqu'elle tenta d'atteindre la pourpre impériale. Mais elle, et elle seule, femme prévoyante et sensible, a réalisé l'une des ascensions les plus admirées et les plus fulgurantes des annales de Rome.

Teodora crisálida BizancioConstantinople, reine d'Orient ou Byzance - aujourd'hui Istanbul - compte parmi ses plus beaux héritages Sainte-Sophie, la Sagesse Sacrée, la grandiose cathédrale reconstruite sur ses cendres grâce à Théodora, symbole permanent de son histoire bigarrée. Recep Tayyip Erdogan, l'actuel président de la Turquie, l'a transformée en mosquée.  Mais au VIe siècle, il restait encore 900 ans avant sa conquête par l'Islam, et la ville était bel et bien la capitale du monde, grouillante de vie et d'enthousiasme.

"Son fourmillement de palais, de monolithes, de pilastres et de portiques constitue la scène où courtisans, mendiants, soldats, prostituées, marchands et citoyens déambulent, propageant le vrai Dieu chrétien ainsi que les divinités de l'antiquité, car sur ses places et dans ses coins se dressent les statues d'Aphrodite et d'Apollon et celles des saints orthodoxes".

Théodora, cette fille frêle et sans défense, élevée dans un des plus immondes bordels, ne s'est jamais soumise à personne, pas même à son auguste mari, et est allée là où les esprits vulgaires ne vont jamais. "En aucun cas elle ne s'est sentie comme une jument ou une nourrice, comme les autres femmes romaines, et elle s'est battue comme une femme farouche pour l'égalité des femmes à une époque dominée par les hommes. Théodora a brisé les barrières insurmontables du monde masculin. Elle ne tolérait pas les faibles... Et à la fin de sa vie, elle ne se sentait coupable de rien".

Jesús Maeso n'épargne aucun détail dans cette biographie romancée : complots, histoire, amour, luxure, politique, aventures et batailles sont quelques-uns des ingrédients de ce roman historique, dans lequel, selon l'eunuque Nasica, "une femme aussi belle et astucieuse, capable de se mesurer à l'égal des sages et des souverains, qui laisserait une trace durable dans l'histoire, les arts et le droit, n'a jamais été vue et ne sera jamais revue, ni dans l'ancien ni dans le nouvel Empire romain".