PUBLICIDAD

Iberdrola

Ukraine : un autre échiquier dans la géopolitique mondiale

Les États-Unis affrontent indirectement la Russie en Ukraine et, pendant ce temps, la Chine parvient à s'imposer comme une puissance "fiable" et "non belligérante"
banderas-ucrania-rusia

REUTERS/DADO RUVIC/ILLUSTRATION/FILE PHOTO  -   Pièces d'échecs devant les drapeaux russe et ukrainien

L'Ukraine n'est qu'un autre pion que se disputent plusieurs rois. Il est risqué de prédire de quel côté de la balance penchera l'issue du conflit russo-ukrainien et sous quel parapluie l'Ukraine sera abritée. Ces derniers mois, les deux camps ont concédé des points, mais la domination russe a généralement tenu face à une Ukraine de plus en plus lasse. Bien que les offensives initiales de Poutine sur Kiev n'aient pas donné les résultats qu'il aurait souhaités, son changement de stratégie pour se concentrer sur l'Ukraine orientale n'a en aucun cas signifié une défaite de son stratagème, comme cela a été largement supposé au départ.

Dans l'est de l'Ukraine, plusieurs zones sont ouvertement pro-russes. Celles qui ont tenté de résister, comme Kherson et Mariupol, sont tombées aux mains des forces russes en quelques mois et maintenant la région de Lougansk, après la chute de la ville de Lisichansk, est sous le contrôle total de la Russie. Dans ce nouveau scénario, la domination russe sur ces territoires a entraîné un nouveau scénario ainsi qu'une nouvelle reconfiguration de la carte qui nous fait nous demander si ces territoires arboreront à nouveau un drapeau bleu et jaune.

azovstal-ucrania-rusia
AP/ALEXEI ALEXANDROV - Marioupol, un port stratégique sur la mer d'Azov, est assiégé par les troupes russes et les forces des zones séparatistes autoproclamées de l'est de l'Ukraine depuis le début de l'invasion

L'aide militaire imprimée par les États-Unis et l'Europe a rapidement afflué en Ukraine, tout comme l'aide économique et les sanctions contre Moscou. Confrontée à une invasion systématique, l'Ukraine a demandé le soutien des pays de l'UE et des États-Unis, et l'UE a répondu directement et indirectement. De plus, consciente de la menace russe sur le sol européen, l'UE s'est renforcée et a approuvé en un temps record de nouvelles mesures d'armement qui se veulent dissuasives pour Moscou, mais qui pour l'instant ne sont pas suffisantes.

Dans ce scénario, le président ukrainien Volodymir Zelensky a été très clair. "La guerre ne prendra fin qu'avec la restitution intégrale de l'intégrité territoriale et de la souveraineté", une décision qui heurte de front les autres possibilités de négociation que des pays comme la France et le Royaume-Uni ont tenté de mettre sur la table, étant donné qu'il est très peu probable que ces territoires reviennent à la souveraineté ukrainienne. 

zelenski-ucrania-presidente
AFP PHOTO/Ukrainian presidential press service - Le président ukrainien Volodymir Zelensky prononce un discours vidéo à Kiev, le 15 mars 2022

Si tel est le cas, la Russie pourrait déjà revendiquer un certain degré de victoire, ou du moins c'est ce qu'elle essaie de faire croire.  Ses moyens n'ont été ni les plus éthiques ni les plus moraux, mais l'invasion de ces régions par Poutine a atteint l'un de ses objectifs, à savoir attirer une partie du territoire ukrainien dans l'orbite de la Russie. La conquête de Donetsk et de Louhansk est en soi une victoire qui, bien qu'elle soit considérée comme une victoire à la Pyrrhus, est un coup dur pour l'Ukraine. Pour les analystes, le scénario actuel nous présente "un retour au début du problème", car ils affirment qu'un conflit à l'est était déjà planifié depuis des années.

L'historien et coordinateur du master en paix, sécurité et conflits internationaux de l'université de Saint-Jacques-de-Compostelle, Luis Velasco, a déclaré à Atalayar que cette situation était prévue, mais que "l'action agressive de la Russie a été une surprise", tout comme la manière dont elle a été menée. Pour tenter de comprendre comment les offensives militaires russes se sont développées, M. Velasco affirme qu'il faut remonter à l'histoire du pays, car la Russie possède une importante "tradition militaire, tant soviétique que tsariste".

Il souligne que la Russie "grandit face à un ennemi et dispose d'une énorme capacité de mobilisation militaire. Ils ont une culture très nationaliste, ainsi que l'idée de sacrifice et de défense de la patrie". 

bomberos-ucrania
AP/ARIS MESSINIS  - Des militaires ukrainiens transportent un corps dans un sac en plastique hors d'un immeuble en feu à Kiev, le 15 mars 2022

Par conséquent, "l'élément de militarisation, associé à la grande désinformation qui existe au sein de la société russe, ainsi que le nationalisme russe fort et belliciste, explique leur agressivité. Les Russes croient la propagande du Kremlin et cela constitue un énorme mécanisme de mobilisation".

En Russie, bien qu'il existe des dissensions, les valeurs d'unité et de sacrifice unissent l'ensemble de la société, indépendamment des idées politiques. "Les Russes ont traditionnellement opté pour des offensives par saturation, comme ce fut le cas pendant la Seconde Guerre mondiale", explique-t-il. "Ces offensives ont fini par submerger les Allemands car ils manquaient de balles plus vite que les Russes ne manquaient d'hommes".

soldados-ucrania-guerra-rusia
AFP/ANATOLII STEPANOV  -   Des soldats ukrainiens dans une tranchée sur la ligne de front avec les troupes russes dans la région de Lugansk, le 11 avril 2022

Pour Mario G. Cosme, docteur en sécurité internationale, "La Russie peut revendiquer n'importe quoi comme une victoire. Ils avancent lentement dans le Donbas, mais ils en récoltent déjà les fruits. La question est de savoir s'ils peuvent résister à l'attrition et, une fois ce gain consolidé, voir s'ils peuvent se permettre d'autres objectifs. Même avec un soutien, je ne vois pas l'Ukraine prendre l'initiative. Ils se défendent bien, mais il semble peu probable qu'ils soient en mesure d'inverser les pertes territoriales qu'ils ont subies".

Selon lui, "l'intensité du conflit diminue", même si "la Russie a particulièrement intérêt à ce que l'automne et l'hiver arrivent, pour des raisons évidentes".

L'arrivée de l'hiver est l'un des facteurs clés de cette confrontation, car la Russie reste l'un des principaux fournisseurs de gaz de l'Europe. Dans ce secteur, la Russie, les États-Unis et le Qatar ont réussi à s'imposer comme les trois principaux fournisseurs de gaz naturel liquéfié à l'Europe d'ici 2021

crisis-energetica-europa-rusia
AFP/ JOE KLAMAR  - La Russie, principal fournisseur de gaz de nombreux pays européens, a décidé de couper les livraisons de gaz à plusieurs nations en représailles au soutien apporté à l'Ukraine et au non-paiement du gaz en roubles

La Fédération de Russie, consciente de sa situation privilégiée en matière de gaz, sait qu'il est très difficile pour l'UE de trouver d'autres fournisseurs ou du gaz moins cher à court terme. Le nouveau train de sanctions adopté par l'UE en est le reflet, puisque les sanctions contre Moscou n'ont pas été étendues au gaz, surtout à quelques mois de l'automne.

Cette situation complique la tâche de l'UE pour devenir indépendante de Moscou dans ce domaine. D'autre part, les États-Unis profitent de cette situation en triplant leurs fournitures de gaz à l'Europe, avec des prix plus élevés, et devraient augmenter leurs exportations. Selon les données de Gasindustrial, le prix du gaz naturel arrivant en Espagne en provenance des États-Unis est 40 % plus élevé que celui reçu de Russie.

guerra-ucrania
AFP PHOTO /Ukrainian President press-service  - Des militaires ukrainiens déposent des fleurs devant la cloche commémorative sur le territoire du ministère de la Défense à Kiev

L'Occident sait que déclarer la guerre à la Russie, c'est déclarer la guerre à ses actifs et à ses ressources, ce que l'Europe ne peut pas encore se permettre de faire au-delà de la sanction de son économie, mais cela ne signifie pas que le soutien à l'Ukraine va diminuer. Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, qui s'est adressé aux députés européens en des termes très clairs, a déclaré : "Soutenir l'Ukraine a un prix, mais le prix à payer pour ne pas la soutenir est bien plus élevé. Pour moi, c'est un devoir moral. Ne pas agir et laisser la brutalité se poursuivre viole ma conception de ce qu'est un comportement décent en tant que voisins et amis de l'Ukraine (...) nous devrions cesser de nous plaindre et apporter notre aide".

Malgré ces déclarations fortes, ce qui est clair, c'est que les guerres ne peuvent pas durer éternellement, non seulement à cause des vies perdues, mais aussi à cause de l'impossibilité de maintenir une situation qui aura des conséquences économiques très difficiles à supporter. 

La guerre en Ukraine et son évolution

Dès le début, les objectifs de la Russie, bien qu'elle ne les ait pas confirmés comme tels, ont été d'essayer de rendre l'Ukraine dépendante de la Russie pour l'énergie. C'est pourquoi, dans ses premières actions, il a tenté de s'emparer de centrales nucléaires et énergétiques afin de rendre l'Ukraine plus vulnérable. La seconde a été d'essayer de refuser l'exportation de produits ukrainiens par la mer Noire et la mer d'Azov, et de faire comprendre à l'Ukraine qu'il n'est pas viable de mettre fin au conflit sans un accord avec la Russie.

 

tropas-rusas-mariupol
REUTERS/ALEXANDER ERMOCHENKO  -   Des membres des troupes pro-russes marchent dans la rue pendant les combats du conflit Ukraine-Russie près d'une usine de l'Azovstal Iron and Steel Works dans la ville portuaire du sud de Mariupol, en Ukraine, le 12 avril 2022

Ainsi, au début de l'invasion, plus de 150 000 soldats russes étaient déployés à la frontière ukrainienne, ouvrant trois fronts. Le premier effort consistait à attaquer Kiev et Kharkov, tandis que les deuxième et troisième efforts se concentraient sur Donetsk, Lugansk et Zaporiyia.

Pour commencer ce que l'on appelle "son art opérationnel", la Russie a commencé par supprimer les défenses aériennes ennemies, privant ainsi l'Ukraine de son espace aérien. Ils s'attaquent ensuite aux centres nerveux du pays et se concentrent enfin sur l'attaque des postes de commandement des grandes unités.

Voyant que les efforts déployés à Kiev n'étaient pas suffisants, les troupes russes se sont retirées à la frontière ukrainienne pour concentrer leurs objectifs à l'est. La Russie ne s'attendait pas à une résistance ukrainienne féroce et à un soutien rapide des pays européens et de l'OTAN.

zelensky-consejo-seguridad
AFP/ TIMOTHY A. CLARY - Le président ukrainien a déclaré mardi au Conseil de sécurité des Nations unies que les militaires russes devaient être jugés immédiatement pour crimes de guerre

Maintenant, avec la domination de la Crimée et de l'oblast de Lungansk, la Russie veut occuper et maintenir ses positions jusqu'à ce que l'Ukraine soit épuisée et puisse enfin annexer ces territoires à la Fédération.

Le lieutenant général Francisco Gan Pampols déclare à Atalayar que Poutine tentera de "truquer un référendum à la fois à Donetsk et à Lougansk, ainsi que dans certaines parties de Zaporiyia et de Kherson, où leur annexion à la Russie sera décidée".

À ce moment-là, si cette zone est attaquée, Poutine se servira de la constitution russe qui stipule qu'il peut activer les armes nucléaires si les intérêts de la zone sont attaqués ou s'il y a une attaque directe sur son territoire", de sorte qu'une attaque nucléaire "ne peut être exclue". C'est une option qui existe" parce que Poutine "ne peut pas se permettre de perdre cette guerre, car tout son statut personnel et son pouvoir dépendront de l'issue de cette guerre".

soldados-ucrania
AFP/SERGEI SUPINSKY  -  Sur cette photo d'archive prise le 4 février 2022, des militaires participent à des exercices tactiques et spéciaux conjoints du ministère ukrainien des Affaires intérieures, de la Garde nationale ukrainienne et du ministère des Situations d'urgence dans la ville fantôme de Pripiat, près de la centrale nucléaire de Tchernobyl

C'est pourquoi Gan estime que "cette guerre doit nécessairement se terminer par un accord de cessez-le-feu, où la première chose à stipuler est que les tueries cessent". Tant que cet accord n'est pas conclu, la question est de savoir combien de temps l'Europe sera capable de supporter un conflit entre l'Ukraine et la Russie, étant donné que l'Ukraine a besoin de 5,5 milliards de dollars d'aide chaque mois. Si cette aide est si élevée, c'est parce que l'Ukraine ne produit ni ne vend, ce qui la rend presque totalement dépendante de l'aide étrangère, ce qui, aux yeux du lieutenant général, en fait "un État défaillant". 

D'autre part, l'argent des armes américaines s'est déjà élevé à environ 25,5 milliards de dollars, un chiffre que l'Europe devra payer. Si l'Europe souffre déjà d'une forte inflation, ces budgets étouffent encore davantage une économie déjà en récession. 
 

Le rôle des États-Unis dans le conflit russo-ukrainien

Dans ce conflit, Washington a beaucoup à perdre et beaucoup à gagner. Tout d'abord, l'invasion de l'Ukraine par la Russie a mis en lumière la politique de sécurité de l'OTAN et de l'UE. En ce sens, l'Europe veut prendre de la distance par rapport aux États-Unis afin de parier sur sa propre autonomie en matière de défense, un objectif qui, bien qu'ambitieux, s'il était atteint, marquerait une première distance par rapport aux États-Unis. 

biden-stoltenberg
PHOTO/ARCHIVO -  Le président américain Joe Biden rencontre le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg

En mars dernier, le Conseil a formellement approuvé la boussole stratégique, qui vise à mettre en œuvre un plan d'action pour renforcer la politique de sécurité et de défense de l'Union européenne d'ici à 2030. L'objectif de la boussole est donc de faire de l'UE "un fournisseur de sécurité plus fort et plus capable" par le biais d'un renforcement militaire, entre autres mesures. Cependant, cette stratégie ne définit ni l'ennemi, ni les risques, les défis et les menaces, ni ne détermine quels sont les éléments pour l'affronter, de sorte que, plutôt qu'une stratégie, il s'agit d'une déclaration d'intention, ce qui la rend militairement insignifiante au niveau mondial.

D'autre part, l'intégration de deux nouveaux pays - la Finlande et la Suède - dans l'OTAN est également un succès pour les États-Unis, qui aurait également porté le reste des pays membres à 2 % de leur PIB, une mesure qui n'aurait même pas été sur la table en l'absence de l'invasion russe. En outre, les pays européens qui sont également membres de l'OTAN rendent ainsi l'Alliance moins autonome vis-à-vis des États-Unis. Ainsi, la sécurité et la défense de l'Europe continueraient paradoxalement à dépendre de deux pays qui ne font pas partie de l'Union, à savoir les États-Unis et le Royaume-Uni. 

ucrania-rusia-guerra
AFP PHOTO/Ukrainian presidential press service - AP/SERGEI SUPINSKY - Un combattant des Forces de défense territoriale d'Ukraine, la réserve militaire des Forces armées ukrainiennes, monte la garde sur la place de l'Indépendance à Kiev, le 2 mars 2022.

Et dans ce secteur, ce sont les États-Unis, en tant que principal fournisseur, qui leur permettent de fixer les règles par le biais d'accords diplomatiques et de relations internationales. En outre, les intérêts des États-Unis sont différents de ceux de l'UE, puisque la politique étrangère de Biden se concentre désormais sur la région Asie-Pacifique, une zone à laquelle l'Europe ne serait pas particulièrement intéressée. Par conséquent, les États-Unis pourraient avoir intérêt à prolonger cette guerre jusqu'à ce qu'ils considèrent la Russie comme suffisamment usée pour ne plus être un allié "fiable" de la Chine.

Dans ce conflit, les États-Unis ont réussi à gagner une présence et une posture internationales, mettant sur le terrain le "America is Back" de Biden, qui n'était jusqu'à présent resté qu'un discours. 

afp-mapa-kiev
AFP/AFP - Carte des derniers mouvements après la contre-offensive ukrainienne dans la capitale Kiev.

Bien que les experts en la matière ne pensent pas que les États-Unis jouent un rôle d'instigateur direct, ils estiment qu'ils tirent le meilleur parti de la situation, "comme n'importe quel autre pays". D'autres pensent que "la politique de la réalité est ce qu'elle est". Les États-Unis ont d'abord leurs intérêts permanents, puis ils ont des intérêts qui coïncident avec ceux de l'Europe, mais ils ont aussi leurs propres intérêts".

Dans cette situation, et malgré le fait que les États-Unis connaissent une inflation similaire à celle de l'Europe, les États-Unis seraient assurés d'avoir des exportations, du gaz et du pétrole, ce que l'Europe n'a pas

Repenser la sécurité européenne

Dans ce contexte, l'Europe subit et subira les conséquences les plus directes de la guerre dans tous les secteurs. D'une part, l'Europe est sous le parapluie des États-Unis, ce qui signifie qu'elle perd presque toute son autonomie en matière de défense et de sécurité. En outre, l'Union finira par supporter les coûts de sa restructuration et de son maintien, sans parler de sa dépendance vis-à-vis de la Russie dans le secteur de l'énergie, ainsi que dans celui des minéraux et des métaux précieux.

Toutes ces raisons peuvent inciter l'Europe à perdre davantage de compétitivité en un temps quasi record. Entre-temps, les États-Unis auraient gagné en cohésion interne et en prestige international et auraient réussi à réorienter l'attention de l'OTAN vers la région Asie-Pacifique, qui ne fait pas partie de ses intérêts. En plus de ces gains stratégiques, Washington continue de gagner de l'argent grâce aux ventes d'armes, de pétrole et de gaz.

brujula-estrategica-ue
PHOTO/EU - La réunion informelle des ministres de la défense était présidée par Josep Borrell, en sa qualité de Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, sous la responsabilité duquel le Compas stratégique est placé

D'autre part, au sein de ce conflit, la Chine pourrait apparaître comme le pays le plus fort, car elle donnerait à l'ensemble de son entourage l'image d'un "partenaire fiable", non belligérant et continu. Cette image le rend extrêmement attractif pour des pays tels que le Cambodge, les Philippines, l'Indonésie et la Thaïlande, ainsi que l'Inde. En ce sens, elle aurait réussi à donner une image différente de celle des États-Unis, et encore plus après leur récent retrait en Afghanistan, qui a été perçu comme un "abandon".

Pour l'Europe, les solutions sont complexes. Tout d'abord, elle tente de gagner en cohésion interne et de contrebalancer l'affirmation croissante des États-Unis, mais jusqu'à présent, elle n'y est pas parvenue. En outre, les experts estiment que lorsque les États-Unis traverseront une grave crise interne, la société américaine ne s'intéressera pas à ce qui se passe outre-Atlantique, de sorte que le conflit en Ukraine deviendra un sujet mineur

soldado-eeuu-otan
AFP/CHRISTOF STACHE  - Uniforme d'un soldat américain à Grafenwoehr, près d'Eschenbach, dans le sud de l'Allemagne

Ce qui est proposé comme solution urgente, c'est l'exploration des possibilités de parvenir à un cessez-le-feu et de commencer à construire un avenir à moitié viable. Pour Gan, "les armes que vous donnez à l'Ukraine n'ont aucune importance. Tout ce que vous allez faire, c'est amener la Russie à une escalade unilatérale et à déclencher une arme nucléaire".

"Lorsque la Russie sera enfin poussée dans un coin, nous nous rendrons compte de ce qui va se passer" et si quelque chose devient clair sur le terrain, c'est que la Fédération de Russie ne va pas perdre, quel qu'en soit le prix.