PUBLICIDAD

Iberdrola

Un journal gouvernemental iranien se félicite de l'attaque contre Salman Rushdie

Le régime iranien de Khomeini a émis une fatwa de mort contre l'écrivain pour ses romans critiquant l'islam radical
líder iraní jamenei lanza fatua contra el escritor rushdie

PHOTO/ARCHIVO  -  

Le journal iranien Kayhan, financé par l'État du régime des ayatollahs, a publié samedi une tribune exprimant sa "joie" après l'attentat perpétré vendredi contre l'écrivain indien Salman Rushdie. 

L'éditorial célébrait l'attaque et remerciait l'auteur de l'attentat contre Rushdie. De son côté, l'État iranien n'a pour l'instant fait aucun commentaire officiel sur l'attaque. 

Rushdie a été attaqué vendredi à New York alors qu'il s'apprêtait à donner une conférence dans un centre culturel. L'agresseur l'a poignardé au cou et à plusieurs autres endroits du corps. Rushdie a survécu, mais il se trouve dans un état critique dans un hôpital américain, sous assistance respiratoire. 

Selon une déclaration de son agent, Rushdie risque de perdre un œil, a des lésions hépatiques et des lésions nerveuses dans un de ses bras. Selon la police de l'État de New York, l'agresseur a été arrêté. Il s'agit d'un musulman de 24 ans, résident de l'État voisin du New Jersey. Le motif de l'attentat n'a pas encore été révélé, mais tout porte à croire qu'il s'agit d'une attaque terroriste motivée par la haine de l'écrivain indien par l'islam radical. 

Depuis 1989, Rushdie a l'épée de Damoclès du régime iranien autour du cou, lorsque l'ancien ayatollah Khomeini a émis une fatwa contre l'écrivain pour la publication de son roman le plus populaire, les Versets sataniques.

Depuis lors, Rushdie vit sous protection, notamment de l'État britannique. Il est rarement apparu en public et on ignore souvent où il se trouve en raison des menaces qui pèsent sur lui.