PUBLICIDAD

Iberdrola

Un nouvel accord entre le Maroc et l'AIEA pour lutter contre le cancer et les épidémies

Dans le cadre de l'initiative "Rayon d'espoir", le pays alaouite et l'organisation viseront à accroître l'aide oncologique dans les pays africains qui ont le plus de difficultés à accéder aux soins de santé
oiea-mohamed

TWITTER/MAROC DIPLOMATIE  -   Le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a reçu à Rabat le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), M. Rafael Mariano Grossi, qui effectue actuellement une visite de travail au Maroc.

Le Maroc annonce son engagement en faveur des personnes souffrant de cancer. Cette maladie, dont souffrent encore des milliers de personnes chaque jour et qui est reconnue comme l'une des plus redoutables, est devenue l'objectif principal du pays alaouite. Le Royaume vient d'annoncer un nouveau partenariat avec l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique), qui cherchera également à lutter contre les pandémies dans un nouvel accord de coopération.

Selon l'Agence de presse étatique marocaine MAPNews, l'agence des Nations unies a signé un accord avec le ministère marocain de la santé et de la protection sociale. Dans un premier temps, les deux partenaires commenceront à renforcer leurs actions respectives dans la lutte contre le cancer. En outre, ils relèveront également le défi commun de la lutte contre les pandémies dans le sillage des récents développements mondiaux avec COVID-19. Ils se concentreront en particulier sur les zoonoses, des maladies qui se manifestent chez les animaux et commencent ensuite à se transmettre à l'homme, comme le coronavirus, Ebola ou Zika

salud-oiea-mohamed
TWITTER/MAROC DIPLOMATIE - Le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a reçu à Rabat le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), M. Rafael Mariano Grossi, qui effectue actuellement une visite de travail au Maroc.

L'accord sera établi prochainement et l'AIEA et le Maroc travailleront dans le cadre de l'initiative "Rayon d'espoir". Il s'agit d'un programme très récent, lancé après le dernier sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba. Cet effort de l'organisation africaine vise à améliorer l'accès aux soins contre le cancer (radiothérapie, chimiothérapie, entre autres traitements) pour les citoyens des pays du continent qui ont le plus de difficultés à accéder à un bon système de santé. Les données officielles confirment que plus de 70% de l'Afrique ne dispose pas de l'aide nécessaire pour atténuer la maladie.

Ces pays à faible revenu ne reçoivent que 5 % pour couvrir les coûts du traitement du cancer. L'AIEA, qui a plus de six décennies d'expérience dans l'amélioration des systèmes de santé basés sur la médecine nucléaire (radiothérapie, radiologie, etc.), aide depuis des années des pays comme ceux d'Afrique. Grâce à cela, chaque jour, de plus en plus de personnes peuvent accéder aux thérapies nécessaires pour guérir la maladie.

L'alliance avec le Maroc est l'une des tentatives pour faire en sorte que "Rayon d'espoir" touche davantage de personnes. L'organisation est actuellement en train d'établir différents types de partenariats avec des gouvernements, des institutions et des entreprises publiques et privées afin de recevoir davantage de fonds pour fournir plus de services de santé.

"Le Maroc est un fervent partisan de la promotion de la science nucléaire en Afrique et un acteur majeur dans l'accès aux soins contre le cancer et la réponse aux épidémies de zoonoses sur le continent", a déclaré Rafael Mariano Grossi, directeur général de l'AIEA. 

Engagé en faveur de l'environnement

"Rayon d´espoir" crée toutes sortes de projets basés sur la durabilité. Ainsi, ils offrent la sécurité aux patients qui reçoivent des soins médicaux de qualité grâce à une équipe qualifiée. L'initiative contribue ainsi aux objectifs imposés par l'Agenda 2030 et à l'Objectif de développement durable 3 (santé et bien-être). Selon son propre site web, l'AIEA vise à "réduire d'un tiers la mortalité prématurée due aux maladies non transmissibles".

mohamed-oiea
TWITTER/MAROC DIPLOMATIE - Le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a reçu à Rabat le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), M. Rafael Mariano Grossi, qui effectue actuellement une visite de travail au Maroc.
Une maladie en augmentation

Selon l'AIEA, rien qu'en 2020, le cancer a provoqué plus de 19 millions de nouveaux cas et dix millions de décès dans le monde. Et malgré tous les efforts déployés, les différents modes de vie des gens et la pollution continueront à alourdir la charge mondiale. L'organisation affirme que dans 20 ans, sur la base des chiffres actuels, il y aura plus de 30 millions de personnes atteintes de cancer et 16 millions de décès dus à cette maladie.

Au Maroc, selon le quotidien marocain Rue20, le ministère de la Santé et de la Protection sociale a révélé en mars que plus de 50 000 cas de cancer seraient recensés chaque année dans le royaume alaouite. Selon la députée Naima Al-Fatahawi, les plus fréquents sont le cancer du sein et le cancer du col de l'utérus chez les femmes, avec des taux respectifs de 35,8 % et 11,2 %. Chez les hommes, les cancers les plus fréquents sont le cancer du poumon, de la prostate et des lymphes, avec respectivement 22 %, 12,6 % et 6,7 %.