PUBLICIDAD

Iberdrola

Voici le nouvel Air Force One acheté par Trump, dans lequel Biden ne voyagera pas

Deux énormes Jumbo Jets 747-8I sont en cours de conversion afin que les futurs présidents américains disposent d'une nouvelle et numérique Maison Blanche volante
Sur une petite table du Bureau ovale de la Maison Blanche, Donald Trump a longtemps disposé d'une réplique à l'échelle du nouvel Air Force One aux couleurs de son choix, qu'il a expliqué aux visiteurs

PHOTO/AP  -   Sur une petite table du Bureau ovale de la Maison Blanche, Donald Trump a longtemps disposé d'une réplique à l'échelle du nouvel Air Force One aux couleurs de son choix, qu'il a expliqué aux visiteurs

Le majestueux et flambant Air Force One est la représentation aérienne du président des États-Unis. C'est le cheval ailé sur le dos duquel Joe Biden se déplace comme un roi, tout comme ses prédécesseurs au pouvoir, George Bush senior, Bill Clinton, George Bush junior, Barack Obama et Donald Trump. 

Petite Maison Blanche volante, elle devient la résidence officielle dans les airs du plus haut dignitaire de l'Union lorsqu'il effectue des voyages officiels dans des pays tiers ou des vols intérieurs long-courriers. Son apparence, avec ses douces couleurs bleu et blanc, est connue dans le monde entier, et son intérieur en bois dur comporte des chambres, des bureaux, des salles de réunion, des bureaux, des toilettes, des douches et des fauteuils pour accueillir un entourage de 70 personnes.

Il est équipé de systèmes de communication cryptés sur toutes les bandes de fréquences, revêtu de panneaux de protection contre les radiations nucléaires et doté d'équipements avancés d'alerte et de protection contre les missiles pour assurer la survie de l'avion et de ses occupants. Tout ce qui est nécessaire pour que le dirigeant de la nation la plus puissante de la planète puisse exercer à tout moment, de manière sûre et fiable, son rôle de cadre supérieur et le commandement suprême des forces armées américaines.

PHOTO/White House - Barack Obama en la réplica del Despacho Oval a bordo del Air Force One. Está acompañado por el secretario de Estado, John Kerry, la consejera de Seguridad Nacional, Condoleezza Rice, y su equipo de la Casa Blanca
PHOTO/White House - Barack Obama dans la réplique du Bureau ovale à bord d'Air Force One. Il est accompagné du secrétaire d'État John Kerry, de la conseillère à la Sécurité nationale Condoleezza Rice et de son équipe à la Maison Blanche.

Le dernier vol du VC-25A numéro 28000 - qui est le numéro de code officiel de l'avion dans lequel Biden s'est rendu en Espagne - a suivi la route Madrid-Washington. Il a décollé de la base aérienne de Torrejón le jeudi 30 juin au soir, après le sommet de l'OTAN. Le luxueux avion se trouve actuellement à cheval entre la base aérienne d'Andrews (Washington DC) et San Antonio (Texas), où il subit une maintenance coûteuse.

Mais le VC-25A 28000 est proche de la retraite. Il s'agit d'un poste de commandement aéroporté qui est en service depuis pas moins de 32 ans, depuis son entrée en service en août 1990, et 35 ans depuis son premier vol en mai 1987. Le temps ne passe pas en vain même pour un avion aussi choyé et, quelle que soit l'attention que les techniciens de l'USAF lui consacrent, son remplacement est déjà en route.

PHOTO/USAF - En el morro, bajo el acristalamiento de la cabina de mando del VC-25A, se puede observar la placa metálica que protege el sistema de reabastecimiento en vuelo, que jamás se ha utilizado en viajes presidenciales. Los VC-25B no disponen de tal
PHOTO/USAF - La plaque métallique protégeant le système de ravitaillement en vol, qui n'a jamais été utilisé lors de voyages présidentiels, est visible dans le nez sous la vitre du cockpit du VC-25A. Les VC-25B ne disposent pas d'un tel système. 
747 Jumbos d'occasion, mais inutilisés

La nomenclature militaire attribuée à sa relève est CV-25B, mais il conservera l'indicatif radio Air Force One, à condition que la plus haute autorité de la nation américaine soit à bord. 

Il convient de préciser que la désignation VC-25B ne correspond pas à un, mais à deux avions, tout comme le VC-25A. Tous les quatre sont basés sur le célèbre modèle 747 Jumbo à large fuselage et à deux couloirs du géant de l'aviation Boeing. Dans les deux cas, la grande entreprise industrielle a été et est aujourd'hui également le principal contractant qui transforme et personnalise les jumbos de passagers conventionnels en avions présidentiels. 

Le mérite de donner une visibilité publique aux nouveaux Air Force Ones revient à Donald Trump lui-même, qui s'est intéressé à la question juste avant de prêter serment en tant que président le 20 janvier 2017. Après avoir battu la candidate démocrate Hillary Clinton lors de l'élection de novembre 2016, Trump a tweeté le 6 décembre : " Boeing construit un nouveau 747 Air Force One pour les futurs présidents, mais les coûts sont hors de contrôle, plus de 4 milliards de dollars - annulez la commande ! ".

PHOTO/EFE - El equipo de Joe Biden, de acuerdo con el Pentágono, ha descartado utilizar la propuesta de diseño propuesta por Donald Trump, que pretendía acabar con la decoración externa vigente desde la presidencia de JFK en los años 60
PHOTO/AP-Evan Vucci - L'équipe de Joe Biden, en accord avec le Pentagone, a exclu d'utiliser le design proposé par Donald Trump, qui visait à supprimer la décoration extérieure en place depuis la présidence de JFK dans les années 1960. 

Toutes les sonnettes d'alarme ont été tirées chez le fabricant. Son président de l'époque, Dennis Muilenburg, a tenu plusieurs réunions avec Trump, jusqu'à ce qu'ils acceptent de réduire le contrat de 4,4 milliards de dollars à 3,9 milliards de dollars. La société a publié un tweet disant que "Boeing est fier de construire la prochaine génération d'Air Force One, fournissant aux présidents américains une Maison Blanche volante à un prix exceptionnel pour les contribuables. Le président Trump a négocié un bon accord au nom du peuple américain."

Le rabais a un piège. Au lieu d'acquérir deux avions neufs répondant aux exigences de l'USAF, M. Trump a admis avoir acheté deux Jumbo Jets 747-8I d'occasion, mais non utilisés. Ils proviennent d'un contrat bâclé de Boeing avec la compagnie aérienne russe Transaero. La compagnie aérienne a déposé le bilan en octobre 2015, alors que deux de ses avions étaient déjà construits. Boeing les a parqués en Californie pour les vendre sur le marché de l'occasion. Résultat : l'occasion s'est présentée et les deux parties ont gagné.

PHOTO/National Geographic-Scott Bateman - Salvo que en los últimos años haya podido ser actualizada, la aviónica de los veteranos VC-25A Air Force One es analógica. En los nuevos VC-25B, todas las tecnologías y equipos a bordo son digitales
PHOTO/National Geographic-Scott Bateman - À moins qu'elle n'ait été améliorée ces dernières années, l'avionique du vétéran VC-25A Air Force One est analogique. Dans les nouveaux VC-25B, toute la technologie et les équipements embarqués sont numériques.
Il ne sera pas disponible avant au moins 2026

La deuxième étape de Trump a été de donner aux avions son empreinte personnelle. Il a décidé de changer les couleurs blanches, la ligne d'or et les deux nuances de bleu qui sont utilisées sur les avions présidentiels depuis le mandat de John F. Kennedy dans les années 1960. Au lieu de cela, il a opté pour des rayures longitudinales dans les mêmes tons que le drapeau national : rouge, blanc et bleu. Alors que le programme VC-25B se poursuit, l'administration Biden a supprimé la décoration extérieure, invoquant des problèmes de compatibilité électromagnétique avec le câblage intérieur.  

Quel est le statut des deux nouveaux Air Force Ones ? Tous deux subissent un processus de modification radical, qui a débuté fin février 2020 dans la grande usine de Boeing à San Antonio, au Texas. Le cockpit, le groupe auxiliaire de puissance (APU) et tous les autres composants commerciaux ont été retirés. D'importantes modifications structurelles extérieures ont été effectuées, ouvrant des portes et des trous de différentes tailles et formes pour installer de nouveaux systèmes d'alerte, de défense antimissile et de communication de pointe, avec des terminaux cryptés de la National Geospatial-Intelligence Agency, qui fourniront des données et des informations essentielles pour la planification des vols. 

PHOTO/AP - Donald Trump y el presidente ejecutivo de Boeing, Dennis Muilenburg, alcanzaron un acuerdo y la venta de dos 747-8I ya fabricados y su conversión al nuevo estándar CV-25 se rebajó de 4.400 a 3.900 millones de dólares
PHOTO/AP - Donald Trump et le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, sont parvenus à un accord et la vente de deux 747-8I existants et leur conversion au nouveau standard CV-25 a été ramenée de 4,4 milliards de dollars à 3,9 milliards de dollars.

De nouveaux moteurs plus puissants, plus performants et plus propres ont été sélectionnés et testés, offrant près de 2 000 kilomètres d'autonomie supplémentaire et permettant des décollages et des atterrissages plus courts par rapport au VC-25A. La transformation bat son plein, mais le premier CV-25B pourrait ne pas être reçu par l'USAF à la fin de 2024 comme prévu. Le Government Accountability Office (GAO), organisme indépendant, identifie trois causes principales pour plus de deux ans de retard et un dépassement de coût de plus d'un milliard de dollars : la pandémie, la faillite du sous-traitant chargé de l'aménagement intérieur (GDC Technics) et le manque de main-d'œuvre qualifiée.

Boeing recherche d'urgence des ingénieurs, des techniciens, des inspecteurs de qualité, des mécaniciens de structure et des électriciens, ces derniers devant déployer avec soin les plus de 320 kilomètres de câbles blindés, coaxiaux et à fibres optiques que chaque avion transporte. Le principal problème de recrutement est le haut niveau de sécurité et de qualification exigé par le ministère de la défense pour admettre de nouveaux personnels. Un minimum de 10 ans d'expérience sur des avions VIP est requis, ainsi que la preuve d'une habilitation de sécurité valide de rang secret ou supérieur. 

PHOTO/Boeing - Todo el proceso de transformación se lleva a cabo en la factoría de Boeing en San Antonio, Texas. Con sobrecostes millonarios, el programa ya suma un retraso de 2 años y obliga a contratar un mayor número de técnicos para no acumular más demoras
PHOTO/Boeing - L'ensemble du processus de conversion se déroule dans l'usine Boeing de San Antonio, au Texas. Avec des dépassements de coûts se chiffrant en millions, le programme a déjà deux ans de retard et nécessite l'embauche de techniciens supplémentaires pour éviter de nouveaux retards. 

Le processus de remplacement du CV-25A a commencé avec l'administration Obama. Le projet a été soumis par la filiale américaine d'Airbus avec une proposition basée sur l'énorme A380. Ni le Congrès, ni le Sénat, ni l'USAF ne pouvaient autoriser leur président à piloter un avion européen, et l'offre retenue en janvier 2015 a été présentée par Boeing pour un prix fixe de 4,4 milliards de dollars. 

Les anciens VC-25A appartiennent au modèle 200 (747-200) datant de 1971, possèdent une avionique de bord analogique et intègrent un système de ravitaillement en vol. Pas les VC-25B, plus longs de quelques mètres, dotés de la technologie numérique, de la variante 8I (747-8I) et de la sixième et dernière génération d'un appareil qui, en décembre prochain, fermera sa chaîne de montage à Everett (État de Washington, sur le Pacifique) avec la livraison des trois derniers d'un total de... 1 574 appareils construits en 54 années ininterrompues !