PUBLICIDAD

Iberdrola

Washington et Téhéran reprennent les négociations indirectes au Qatar

Les représentants américain et iranien, respectivement Robert Malley et Ali Bagheri Kani, aborderont les questions empêchant la reprise de l'Accord nucléaire : le statut des Gardiens de la révolution et les sanctions contre Téhéran
atalayar-presidente-eeuu-usa-biden-qatar-doha-réunion

AP/ALEX BRANDON  -   Le président américain Joe Biden lors de sa rencontre avec l'émir du Qatar, Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani, dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington en janvier 2022

L'État du Qatar est redevenu un acteur clé dans les négociations nucléaires entre l'Iran et les autres pays du Plan d'action global conjoint (JCPOA). A cette occasion, le petit territoire du Golfe sera chargé d'accueillir les pourparlers indirects entre Washington et Téhéran, plus de trois mois après que les désaccords entre les deux puissances aient bloqué les progrès réalisés à Vienne. 

"L'Iran a choisi le Qatar pour accueillir les négociations en raison des liens amicaux entre Doha et Téhéran", a déclaré Mohamed Marandi, conseiller médiatique de l'équipe nucléaire iranienne, à l'agence de presse persane ISNA. Cette relation étroite était déjà évidente lorsque l'émir qatari, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, s'est rendu dans la capitale iranienne en mars dans le but de rapprocher les deux parties sur l'accord nucléaire. 

atalayar-iran-qatar-doha-teheran-relaciones-acuerdo-nuclear
AFP PHOTO / HO / PRESIDENCE IRANIENNE - Dans une photo d'archive du site officiel de la Présidence iranienne le 12 janvier 2020, le président iranien Hassan Rouhani serre la main de l'émir du Qatar Tamim bin Hamad al-Thani après une conférence de presse conjointe à Téhéran

La réunion qatarie a été annoncée à la fin de la semaine dernière par le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, après sa rencontre à Téhéran avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahain, afin de mettre fin à l'"impasse" des négociations. "Comme il s'agit de contacts bilatéraux entre l'Iran et les États-Unis, nous préférons le faire ailleurs (qu'à Vienne) pour ne pas créer de confusion", a déclaré Borrell, faisant référence à des questions telles que la mise en œuvre des mesures, les garanties de l'accord ou la situation des Gardiens de la révolution, qui seront traitées bilatéralement sans la présence de l'Allemagne, de la France, du Royaume-Uni, de la Russie et de la Chine.

C'est précisément cette branche des forces armées iraniennes, le Corps des gardiens de la révolution islamique, qui a été l'un des principaux obstacles aux négociations nucléaires, qui se sont arrêtées en mars dernier après plus d'un an de dialogue. Alors que Téhéran insiste pour que Washington retire l'organisme de la liste des organisations terroristes étrangères (FTO), la Maison Blanche a maintenu cette position comme une ligne rouge. Toutefois, l'agence de presse Reuters a rapporté qu'un fonctionnaire perse et un fonctionnaire européen ont déclaré que l'Iran avait abandonné cette demande, bien que les questions relatives aux sanctions n'aient pas encore été résolues.

atalayar-guardia-revolucionaria-iran-islamica-teheran-hosein
AFP/HO/ PRÉSIDENCE IRANIENNE - Photo d'archive. Des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (IRGC) défilent lors du défilé militaire annuel de la "Semaine sacrée de la défense"

"La reprise des pourparlers ne signifie pas que l'accord est proche d'être rétabli, car cela dépend de la volonté des États-Unis", a prévenu Mohamed Marandi. "La signature de l'accord est conditionnée par la levée des sanctions avec des garanties acceptables pour l'Iran", puisque, selon le conseiller des médias iraniens, le pays est "pleinement engagé dans l'accord nucléaire". Une chose qui, a-t-il critiqué, n'est pas partagée par Washington, qui l'a abandonné unilatéralement en 2018.

"La balle est maintenant dans le camp des États-Unis", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh. 

atalayar-ministro-relaciones-exteriores-iran-teheran-saeed
PHOTO/ARCHIVE - Saeed Khatibzadeh, porte-parole du ministère des affaires étrangères
Robert Malley et Ali Bagheri Kani 

L'envoyé spécial américain pour les affaires iraniennes, Robert Malley, et le négociateur en chef du nucléaire iranien, Ali Bagheri Kani, se rencontreront à Doha dans le courant de la semaine, selon des sources. "Robert Malley devrait arriver à Doha lundi pour rencontrer le ministre des Affaires étrangères du Qatar (Mohammed bin Abdulrahman Al Thani)", ont déclaré des sources proches de la visite. 

Dans le même temps, un responsable de la République islamique d'Iran a déclaré à Reuters qu'Ali Bagheri Kani sera également dans la capitale qatarie les 28 et 29 juin, ce qui coïncide avec le séjour de l'envoyé américain. 

atalayar-negociador-nuclear-iran-teheran-ali-bagheri-kani
REUTERS/SHAMIL ZHUMATOV - Photo d'archive. Le négociateur adjoint de l'Iran, Ali Bagheri, s'exprime lors d'une conférence de presse à Almaty en avril 2013

"Nous verrons si un accord est finalement conclu dans les prochaines semaines", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, répétant à plus d'une reprise que "les discussions seront indirectes", les représentants européens et qataris servant d'intermédiaires. 

"Les avancées nucléaires de l'Iran peuvent être inversées, pour autant que Washington remplisse ses obligations", a ajouté Khatibzadeh, faisant également référence à la violation par l'Iran des clauses de l'accord nucléaire limitant la pureté de la production d'uranium à 3,67 % et les stocks totaux à 202,8 kg. Ces chiffres ont été largement dépassés par Téhéran ces dernières années depuis que l'ancien président américain Donald Trump a annoncé la sortie unilatérale de Washington du JCPOA. 

atalayar-reunion-jcpoa-viena-acuerdo-nuclear
PHOTO/REUTERS - Le négociateur en chef du nucléaire iranien, Abbas Aragchi, et la secrétaire générale du Service européen d'action extérieure (SEAE), Helga Schmid, assistent à une réunion de la Commission mixte du JCPOA à Vienne, en Autriche, en septembre 2020

"Les États-Unis ont déjà montré qu'on ne peut pas leur faire confiance et qu'ils ne respectent pas leurs engagements", a condamné Khatibzadeh. "Nous avons pris ces négociations au sérieux, mais la plus grande garantie reste les capacités de notre pays", a-t-il prévenu.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra