PUBLICIDAD

Iberdrola

Zelensky appelle au départ forcé des civils de la région de Donetsk

Le président ukrainien a pris cette décision face à la dureté des sanctions subies par la région assiégée par l'armée russe
donetsk-evacuación-civiles-zelenski-rusia-guerra-ucrania-putin

AFP/UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE  -   Le président ukrainien Volodymyr Zelensky regarde une carte lors d'une visite à une position de l'armée ukrainienne

Le président de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky, a ordonné dans les dernières heures l'évacuation obligatoire des civils de la région de Donetsk face aux durs affrontements militaires avec l'armée russe alors que 158 jours se sont écoulés depuis le début de l'offensive le 24 février dernier. Le dirigeant ukrainien a envoyé un message via Telegram dans lequel il demande le départ obligatoire des civils qui se trouvent encore dans la zone, assurant que ceux qui entrent dans le processus d'évacuation recevront le soutien logistique et économique nécessaire. 

"Faites-moi confiance. Plus vite vous le ferez, plus les gens quitteront la région de Donetsk maintenant, moins l'armée russe aura le temps de tuer des gens", a souligné M. Zelensky, admettant qu'il y avait encore "des centaines de milliers de personnes, des dizaines de milliers d'enfants, dont beaucoup refusent de partir".

donetsk-evacuación-civiles-zelenski-rusia-guerra-ucrania-putin
Service de presse du service d'urgence de l'État ukrainien via REUTERS - Des sauveteurs libèrent un homme des décombres d'un immeuble résidentiel endommagé par une attaque militaire russe dans la région de Donetsk.

Dans une nouvelle adresse à la nation, M. Zelensky a prévenu que des milliers de personnes se trouvent toujours dans des zones de combat dans la région de Donbas, qui est la cible de violentes offensives de l'armée russe avec la région de Lougansk. Ces zones ont été reconnues par Vladimir Poutine comme des républiques indépendantes avant l'annonce de l'opération militaire spéciale contre l'Ukraine sous le prétexte de "dénazifier" et de "démilitariser" le pays ukrainien, une situation considérée comme une menace par le président russe.

"Il y a déjà une décision du gouvernement sur l'évacuation obligatoire de Donetsk", a déclaré Volodymyr Zelensky, mettant en avant les appels des autorités à quitter la région assiégée par les forces armées envahissantes. "Allez-y, nous vous aiderons", a déclaré Zelenski, ajoutant qu'"à ce stade de la guerre, la terreur est l'arme principale de la Russie".

Selon les chiffres officiels ukrainiens, le nombre de civils vivant encore dans la région assiégée de Donetsk est estimé entre 200 000 et 220 000 personnes. 

L'avis d'évacuation obligatoire émis samedi soir indiquait également que l'hiver à venir serait de la plus haute urgence, étant donné qu'il y a encore 50 000 enfants dans la région. 

"Ils doivent être évacués, vous ne pouvez pas mettre ces personnes en danger de mort en hiver sans chauffage, sans lumière, sans la possibilité de les garder au chaud", a déclaré le ministère de la réintégration des territoires temporairement occupés de Kiev dans un communiqué officiel.

donetsk-evacuación-civiles-zelenski-rusia-guerra-ucrania-putin
AP/NARIMAN EL MOFTY - Des équipes de secours se tiennent dans les décombres après qu'une roquette russe a touché un immeuble résidentiel dans la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine

D'autre part, Kiev a également demandé à la Croix-Rouge et à l'ONU d'avoir accès aux soldats détenus par les forces de Moscou dans cette région.

Dans son discours, M. Zelensky a également insisté une fois de plus auprès de la communauté internationale, et notamment des États-Unis, pour que la Russie soit officiellement déclarée "État parrain du terrorisme". Le président ukrainien a appelé à cela "plus comme une défense efficace du monde libre que comme un geste politique".

Dans le même temps, Pavlo Kirilenko, chef de l'administration militaire de Donetsk, a indiqué samedi que 662 personnes au total avaient été tuées dans la région au cours du mois dernier à la suite d'attaques russes, et 1 711 autres blessées, selon l'agence de presse EFE. 

donetsk-evacuación-civiles-zelenski-rusia-guerra-ucrania-putin
KREMLIN/MIKHAIL KLIMENTYEV via REUTERS - Le président russe Vladimir Poutine participe à une réunion avec le ministre de la Défense Sergey Shoigu à Moscou, en Russie, le 4 juillet 2022.

D'autre part, le ministère ukrainien de la Défense a fait état du meurtre de 50 prisonniers ukrainiens dans une prison de la République populaire autoproclamée de Donetsk dans la ville de Yelenovka (également appelée Olenivka en ukrainien), tandis que Moscou a totalement nié ce fait. Il a également été signalé que 73 personnes ont été gravement blessées lors de cette offensive. Dans cette affaire, Volodymyr Zelensky a accusé la Russie de "meurtre de masse délibéré de prisonniers de guerre ukrainiens".